Les Doors – Strange Days

Sans doute un peu moins visible que le premier album pas mal aidé par le succès de « Light My Fire », le second de la discographie des Doors n’en constitue pas moins un opus dégoulinant du monde angoissé de Jim Morrison. On l’a souvent dit le groupe c’était Jim Morrison et les Doors. Oui si on veut, mais si les trois instrumentistes n’avaient pas enrobé de sons les poèmes de Morrison, nous n’en serions pas à honorer le poète maudit qu’il était et qu’il serait resté. Devenu un des chanteurs les plus charismatiques de toute l’histoire de la pop, il hésitera toujours entre l’ombre et la lumière, préférant sans doute la première. Cette ombre dans laquelle les poètes se sentent plus à l’aise, loin des foules qui empêchent le poète de poèter. Cet album est encore un voyage qu’il faut faire, un de ces lieux à visiter, encore hanté des mille fantômes surgis des ces jours étranges. Nous devenons les gens étranges de ces jours étranges, ces visages laids que regardent les solitaires. Les jours étranges nous ont trouvés, mais quand la musique sera finie… qui sait?

Ecouter gratuitement et télécharger The Doors – Strange Days sur MusicMe.

Crosby Stills Nash & Young – Deja Vu


Dans nos jeunes années, souvent nos parents nous accusaient d’écouter de la musique sans queue, ni tête, pour reprendre une expression que j’ai quelquefois entendue. Et pourtant en écoutant cet opus, on a envie de les traiter de cons. Cette musique est bien loin d’un rock and roll à la Jerry Lee Lewis, c’est plutôt soft et mélodieux. Et puis rien qu’en écoutant les harmonies vocales, on peut rechercher parmi les artistes qui tirèrent les larmes aux yeux de nos géniteurs un équivalent, on en trouvera un ou deux, mais c’est tout. Et encore c’est pas sûr qu’ils aient fait mieux. Dont acte.
Cet album est le résultat d’une synthèse des voies ouvertes quelques années plus tôt par les Byrds, dont David Crosby fit partie. Groupe qui travailla passionnément un folk électrisé. Un outsider, Buffalo Springfield, aligna de belles harmonies vocales tout en ne reniant pas le style des Byrds. Ce fut le fief de Neil Young et Stepen Stills. Et puis il y a un Anglais de service, Graham Nash. Lui vient des Hollies, un groupe rival des Beatles, mais dans la catégorie sérieux. Et encore, il avaient aussi un petit air à se donner de la peine pour les vocaux.
La réunion des tous ces ingrédients ne pouvait que donner un album passionnant. De la pop baba cool, des mélodies apaisantes, des voix qui chantent la passion. Il y a quand même plus de trouvailles et de variations dans deux minutes de leur musique, que dans toute la carrière d’un rappeur. Je sais, cela va peut-être en faire bondir certains, c’est comme ça. Ce que comprends en musique est sans doute plus vaste que les murs gris des banlieues qu’il ne suffit pas de chanter pour pour qu’un arc-en-ciel se pose dessus.
Cet album sert juste un peu à me rendre la vie un peu moins chiante, mais pour ça il faut l’écouter. J’ai essayé et ça marche.

Ecouter gratuitement et télécharger Crosby Stills Nash & Young – Deja Vu sur MusicMe.

Bo Hansson – The Lord Of The Rings


Avant que le Seigneur des Anneaux devienne un événement commercial et cinématographique, c’est d’abord un livre de J.R.R Tolkien qui intéressa spécialement les lecteurs branchés sur la fantasmagorie. Au tournant des années 60 et 70, l’apparition d’une musique basée sur les effets électroniques commence à devenir populaire. Le style est déjà exploité depuis longtemps par des musiciens comme Pierre Henry en France, Gershon Kingsley ou Mort Garson aux USA. A l’époque, on appelle souvent cela de la musique expérimentale. Le synthétiseur et ses dérivés commencent à faire des adeptes parmi les musiciens pop comme les Moody Blues, seconde époque. De plus en plus les albums sont thématiques, il racontent et tournent autour d’un sujet , d’une histoire. Des artistes deviendront très célèbres en exploitant ce style à leur manière. On pense à Mike Oldfield, Tangerine Dream, Jean-Michel Jarre et bien d’autres.
Un des premiers, pour ne pas dire un des pionniers est un Suédois, Bo Hansson. Né en 1943, il est dès le milieu des sixties un musicien très connu dans son pays, qui a eu l’honneur de voir une de ses compositions « Tax Free », enregistrée par Jimi Hendrix. En 1970, comme musicien multi-instrumentiste, il compose un album dont la musique lui est suggérée par le livre de Tolkien, première oeuvre musicale inspirée par cette histoire. La publication d’un disque en fait un succès dans son pays. En 1972, sa publication par le label Charisma lui donne une résonnance mondiale qui confirme la beauté de la musique de Hansson auprès des amateurs. Malgré d’autres disques dans le même style, Bo Hansson sera toujours plus apprécié pour ce premier opus.
Musique intimiste, planante, prenante, elle ouvre la voie à d’autres albums devenus fameux par la grâce du maniement de l’électronique. Ce n’est qu’un des premiers à avoir exploré le style, mais c’est un excellent début, une référence connue des spécialistes, qu’ils soient littéraire ou musiciens.

Ecouter gratuitement et télécharger Lord Of The Rings sur MusicMe.