La belle aux bas dormants

Sous ce titre qui fait rêver se cache un très beau documentaire. L’émission phare de l’ORTF Chefs-d’oeuvre en péril n’est plus d’actualité, mais elle aurait très bien pu y figurer si elle avait perduré jusqu’à nos jours. Oh, ce chef-d’oeuvre est d’un genre bien particulier qui ne fait plus guère déplacer les foules aujourd’hui, une métier à tricoter en ligne. Et pourtant, plus que n’importe quel studio de Hollywood, elle arrive à fabriquer du rêve et du plaisir. Cette dame élégante qui passe dans la rue sous votre regard admiratif, peut-être porte-t-elle des bas, de vrais bas, avec une vraie couture? Je devine le trouble en vous, le trouble à les admirer. Peut-être est-ce vous jolie dame? Je devine en vous la fierté et le plaisir d’en porter, car la femme qui en porte n’est pas tout à fait comme les autres. Vous le savez et moi j’en suis sûr. Dans notre monde moderne, uniforme, cette vision d’élégance n’est pas une aberration spatio-temporelle qui nous ramènerait vers une image du passé, mais un fait bien réel, bien du présent. Pour en arriver là, il a fallu quand même se tourner vers hier, sauver la belle ouvrage de jadis qui menaçait ruine, là-bas, dans un coin du Gard. Un passionné a sauvé un métier à tricoter de la ferraille, Monsieur Riquet, dont nous avons déjà parlé. Un métier qui de fil en fil nous tisse de beaux bas à couture qui feront la joie des connaisseuses et des connaisseurs.
Un autre passionné, Claude Vittiglio, journaliste et cinéaste averti, s’est rendu sur les lieux pour réaliser un documentaire splendide. C’est un peu comme regarder une de ces vieilles locomotives à vapeur, ces machines qui ont encore une âme, dont on peut tâter le pouls et apprécier le caractère. Oui c’est là, l’antre de la fée un peu mystérieuse, qui fait aller sa baguette magique, la belle aux bas dormants…

.

4 réflexions sur “La belle aux bas dormants

    • Merci de votre passage. En effet, c’est très impressionnant. Et puis c’est de la belle mécanique. A l’heure des commandes numériques, on ne peut qu’admirer ces machine d’un autre temps qu’il fallait surveiller et bichonner sans cesse. Nul doutes que les produits qu’elle façonne sont une garantie d’authenticité.

  1. Machine magique. Bécane merveilleuse…! Les métiers à tisser (type Reading) qui tisse à plat le vrai bas nylon, tournent dans ma tête et je compte les bas nylon que les gouges ont inlassablement tricoté.
    Que dire de plus à Monsieur Riquet pour sa ténacité et sa volonté de faire revivre pareille machine.
    J’ai eu le plaisir de le rencontrer dans ses bureaux parisien: C’est un homme charmant qui nous a montré quelques échantillons de sa vaste collection de bas dans leur pochette…
    Je me souvient gamin d’être passé par Sumène et nous devions visiter l’usine. Cette visite a été annulée à la dernière minute. Ce fut un véritable drame pour moi…
    Daniel

    • Merci Daniel,

      Ah c’est une belle bécane, dans le style je ne vois que les locomotives à vapeur qui peuvent concurrencer. Je connais aussi Mr Riquet pour l’avoir rencontré, un maître en nylon, on est des enfants à coté.
      Sumène je ne connais pas, mais je ne désespère pas d’y aller un jour, pour moi c’est une sorte de Mecque.
      Amitiés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s