Une partie de flipper bas…sionnante

Les retrouvailles avec un ancien copain d’école prirent un tournant tout à fait inattendu. Il y avait bien une bonne vingtaine d’années que l’on ne s’était pas vus. Il me présenta sa copine d’alors, une charmante petite brunette au sourire conquérant. Je notai en passant qu’elle portait une jupe en cuir et ses jambes étaient gaînées de nylon noir. Comme dirait le regretté San-Antonio, moi vous me connaissez? La jupe qui n’était pas très serrée, de plus d’un cuir assez épais, laissait planer un doute plus que certain sur ce qui pouvait s’y cacher par en dessous. Oui vous savez, ces fameuses petites bosses qui révèlent parfois la présence de jarretelles quand la personne a bien voulu s’habiller de manière aguicheuse. En fin de compte, la demoiselle était surtout venue en ce lieu pour jouer au flipper. Elle nous planta pour aller glisser une pièce dans la fente de l’appareil seul et unique qui trônait dans un coin du bistrot. Le copain et moi, on partit dans une de ces discussions digne de vieux copains de régiment qui avaient fait la guerre d’Indochine. En vérité, les seuls canons que nous savions un peu maneouvrer, se résumaient à ceux que l’on boit debout devant le comptoir du café du coin. Pendant ce temps, la miss attaquait sec sa partie de flipper. Et que je te fasse l’extra balle, et que je te double le bonus et que je te branle cette foutue machine. Justement, j’étais bien placé pour voir la scène, je l’avais en face de moi. Détail qui m’avait échappé, la jupe en cuir était fendue à l’arrière, mais la fente était fermée par une série de boutons, genre bouton à pression. Mais voilà, sous l’impulsion des coup de butoir de sa propriétaire, les boutons lâchaient un à un, si bien qu’une bonne trentaine de centimètres étaient libres de toute attache. Le spectacle en devint passionnant. Je pus me rendre compte que la miss portait des bas, tenus par des jarretelles noires, visibles de temps à autre selon les gestes accomplis par la demoiselle. Le spectacle dura un bon moment, mais je ne voulais pas trop fixer le regard sur cette charmante scène, car le copain aurait pu se douter de quelque chose. Il n’en fit rien ou ne le montra pas. Mais il est vrai qu’un peu plus tard, après un séjour au petit coin, les boutons étaient de nouveau crochés et il n’y eut pas d’autres parties de flipper.
Tant pis, mais j’avais quand même un sujet de satisfaction. J’avais retrouvé un vieux copain, ha! ha,! ha!…

10 réflexions sur “Une partie de flipper bas…sionnante

  1. Il est des situations où l’on oublie la discussion en cours pour se concentrer sur ces petits riens, ses douceurs de vitrine de boulangerie, accessibles juste avec les yeux.

    Apercevoir un bas, le début de revers d’un bas devient une source de rêve qui commence en même temps que notre ami, notre copain, notre client parle !

    Et l’on est plus en suspension, à la lisière de ce bas, de cette bosse de jarretelle que dans la discussion !

    Que l’on me pardonne ses égarements, mais le rêve éveillé d’un bas en mouvement , vaut tous les échanges de paroles !

    Vive la FEMINITE !

    Nylonement

    • Mon cher Wolford,
      Merci de votre commentaire. Je me suis permis de rajouter votre lien dans ma blogroll. Je crois que cela s’imposait, car nous défendons la même cause, belle cause s’il en est. Comme vous dites, vive la féminité

  2. Qui a dit que ça ne servait à rien d’avoir des copains…
    (quoi que je doute que l’un ou l’autre de mes copains ait la chance d’avoir une femme qui lui fait le plaisir de mettre des bas… les jupes sont déjà une exception dans la panoplie de la plupart de ces amies, hélas!).
    Ceci dit, j’aurais adoré voir la scène…
    Flippant!

    Léo

    • Merci mon cher Léo. Je crois que j’ai un peu plus de chance que vous, car j’ai dans mon entourage une ou deux connaissances féminines qui portent de temps en temps de bas. Elles ne sont pas légion, mais cela pourra faire une ou deux anecdotes par la suite.
      Amitiés

  3. Vous venez de redonner un intérêt au flipper… en quelque sorte. La jeune femme avec une console de jeu… se serait moins agitée pour notre grande déception… je comprends vos égarements à la vue de ce spectacle rare
    Amitiés

  4. Merci mon cher Dixden. Il est vrai que le flipper en présence d’une femme qui porte des bas, à tout soudain un intérêt que j’avais un peu oublié. J’ai encore une anecdote semblable liée à ce jeu et il se peut qu’un jour je la raconte dans ces pages.
    Amitiés

  5. Quelle chance d’avoir des copains d’école comme ça ! hélas ce n’est pas demain la veille qu’une telle aventure pourrait m’arriver… même sur copainsdavant, quasiment personne s’est manifesté, je n’ai pas dû leur laisser de bons souvenirs, va savoir !

    Très sympathique histoire comme toujours sinon 😉

    • Oh tu sais à l’école, c’était pas toujours un cadeau, mais il s’est bien rattrapé par la suite…

    • Merci pour votre découverte. En effet il pourrait y avoir un air de famille, bien que celle que j’ai vue jouait au flipper d’une manière plus classique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s