Des dames sur la gamme (1) – Sharon Sheeley

Dans l’univers très machiste de la musique, les femmes sont à une contre cent. Pour le showbiz elles constituent tout au plus de charmants atouts pour vendre un disque. Des idées très très reçues font que la moindre chanson à succès est forcément l’oeuvre d’un mâle. Pourtant, un observateur attentif remarquera que ce n’est pas toujours le cas, de jolies chansons à succès sont le résultat de compositeurs qui n’ont point de barbe et quelquefois elles se transforment aussi en interprètes. Ces chansons vous en connaissez un grand nombre, pour autant qu’il vous arrive d’écouter de la musique. C’est vraiment dans les années 50 que le mouvement, féministe à sa manière, commence à marquer des points. Nous allons rendre hommage à ces talents via les succès qui ont fait leur gloire dans la période 50/60, la plupart de ces chansons ont traversé les années et elles sont encore aujourd’hui populaires et célébrées dans les circuits nostalgiques. Ecoutez-les et si d’aventure elles vous ont fait rêver, eh bien dites-vous que c’est à une dame que vous le devez. Merci Mesdames…

Sharon Sheeley (1940-2002) – Une grande dame de la composition. A 18 ans en 1958, elle est la plus jeune à obtenir un no 1 aux USA, grâce à sa composition « Poor Litte Fool », sa première chanson, chantée par Ricky Nelson qu’elle a repéré à la télévision. Elle lui présente la chanson en lui disant que c’est son grand père qui l’a écrite pour Elvis Presley. Fine mouche elle se doute qu’en disant la vérité, il aurait sans doute hésité avant de l’adopter. Il fit d’ailleurs un peu la grimace en apprenant sa véritable origine.

Comme elle est plutôt jolie, on lui prête des aventures avec les vedettes de l’époque, Don Everly, Elvis Presley et le futur PJ Proby. La chose la plus certaine c’est qu’elle fut la fiancée du célèbre Eddie Cochran, l’un des grands créateurs du rock and roll. Ceci aidant cela, elle lui compose quelques titres dont celui-ci « Love Again »

De cette love story émargea un des succès les plus connus « Something Else » écrit avec le frère d’Eddie, Bob, pour des détails de paroles concernant les voitures.

Elle composera aussi des titres que tous les fans de Cochran connaissent, « Cherished Memories », Think Of Me », « Lonely ».

En 1960, Eddie Cochran est en tournée en Angleterre en compagnie de Gene Vincent. Entre l’hiver anglais et un compagnon pas toujours abordable, il téléphone à Sharon de venir le rejoindre pour son vingtième anniversaire. Elle s’envole immédiatement, car elle espère devenir la femme du chanteur et c’est un signe encourageant. Elle se joint à la tournée. Brian Bennett, batteur de la tournée et futur Shadows, parle d’elle comme d’une fille admirable, tranquille et qui peut parler de musique en connaissance de cause. Le 17 avril 1960, elle est dans le taxi qui percute un lampadaire près de Londres. Eddie Cocharn est tué, Gene Vincent et elle, blessés assez sérieusement. Elle retourne aux USA, dépitée et veut définitivement quitter la musique. On la retrouve malgré tout en 1961 avec un grand succès pour Brenda Lee « Dum Dum » écrit avec Jackie De Shannon, autre célèbre dame que nous verrons plus loin. Cette dernière a eu un influence positive en lui proposant un partenariat.

Un hit pour les Fleetwoods enregistré en 1961.

Une ballade pour Brenda Lee « Heart In Hand » avec Jackie De Shannon

1963 Duane Eddy, en plein surf enregistre « Guitar Child »

PJ Proby, l’une des premières stars qui introduisit la touche de scandale en guise de support publicitaire

Ecrit pour Irma Thomas, « Break Away » ne fut pas immédiatement un succés. Il explosa bien plus tard dans la version qu’en fit Tracy Ullman dans les années 80.

Elle continuera de composer pour divers interprètes. Elle entreprit une autre partenariat avec Chris Curtis, le batteur des Searchers. Il en sortit « Night Time » pour les frères Paul et Barry Ryan, qui exploseront deux ans plus tard en 1968 avec « Eloise ».

Elle se retira peu à peu du circuit. Mariée au présentateur de télévison Jimmy O’Neil en 1961, elle divorce en 1967. Elle reste pour beaucoup de monde l’éternelle fiancée de Eddie Cochran tout en étant citée dans « La Bamba » le film en hommage à Ritchie Valens pour lequel elle a écrit « Hurry Up ». Elle meurt d’une hémorragie cérébrale en 2002. Une plaque souvenir est sur la tombe d’Eddie Cochran.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s