Un 45 tours en vinyle, une fille en nylon

C’est l’été, il fait (enfin) chaud. Le farniente s’installe et je n’ai pas envie de travailler intensément. Les plages de mon adolescence au fil des sixties étaient souvent envahies de transistors ou de petits magnétophones à cassettes et j’en avais un. Le choix était simple, ce que nous aimions. Souvenirs souvenirs, un choix de chansons qui firent sensation le temps d’une de mes saisons sentimentales. A part la qualité musicale plus ou moins présente, il reste surtout la chanson et quelquefois le nom de l’interprète, mais toujours l’image de la fille et de ses jambes  en nylon. Dix titres pour le meilleur et pour le sourire, musique qui colle aux prénoms des filles qui accaparaient mes pensées. Ce sont mes amours adolescentes, mais comme les mélodies qui les ont gravées dans un coin de mon âme, elles sont parties je ne sais où, vers d’autres coeurs. Si certaines chansons me font rire maintenant, l’image qui se cache derrière est un moment heureux de ma vie.


1963 – Les Beatles – Things We Said Today

1965 – France Gall – N’écoute Pas Les Idoles

1965 – Les Rolling Stones – Play With Fire

1965 – Chantal Kelly – Caribou

1966 – The Knickerbockers – Lies

1966 – Bee Gees – New York Mining Disaster 1941

1966 – The Vip’s – I Wanna Be Free

1967 -David Mc Williams – Days Of Pearly Spencer

1968 – Les Irrésistibles – My Year Is A Day

1969 – Fifth Dimension – Acquarius