Nuit de nylon

La nuit étale paresseusement ses limbes

Alentour erre le parfum  enivrant de notre rencontre

La lune rousse est folle dans sa clarté

Son pâle rayon joue à caresser  ton corsage

Sur la couture qui guide mes mains avides

Je m’abandonne  sur tes bas

Tentation de désir soyeux mon âme est fiévreuse

La robe glisse en murmurant sur le nylon

A la frontière de tes secrets cachés

Mes doigts aveugles s’attardent langoureusement

Là où sont accrochés mes désirs en voiles fins

De tes doux gémissements  je m’abreuve

J’invente des noms d’étoiles lumineuses

Nouvelles constellations qui parcourent le plaisir

Mes tempes martèlent le rythme ascendant

Qui nous conduira aux tréfonds du merveilleux

A l’aube qui saluera de rose notre nuit

Quand tu enlèveras majestueusement

Cette lumière qui habille tes jambes

Fais que mes yeux puissent te voir

Comme si nous étions au premier matin

Qui vit naître le paradis

4 réflexions sur “Nuit de nylon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s