Cinébas, la suite…

Suite d’un précédent article, avec quelques films ou les bas sont mis à l’honneur…

Ah Les Belles Bacchantes – France 1954 – Réalisé par Jean Loubignac. Avec: Robert Dhéry – Raymond Bussières – Louis De Funès – Colette Brosset – Jacqueline Maillan – Jacques Legras – Francis Blanche – Michel Serrault  etc…

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce film faisait preuve d’une certaine légèreté à l’époque où il est sorti. Alors que montrer le bout d’un sein était presque indécent, les femmes y sont très déshabillées. Le film repose en grande partie sur les fameux Branquignols de Robert Dhéry qui tiennent différents et parfois plusieurs rôles. L’histoire se passe lors du montage d’une revue où tout va un peu de travers. C’est avant tout un film comique, avec pas mal de situations cocasses. Ce genre d’humour peut paraître un peu démodé, mais on rit quand même.

Un commissaire peu futé, (Louis de Funès) mène une enquête sur cette revue qu’il soupçonne d’être une atteinte au bonnes moeurs. Il se mélange parmi le personnel afin d’observer. Il en aura pour son argent. L’histoire est un prétexte pour enchaîner des défilés de robes sans robes, des crêpages de chignons où les robes sont les premières victimes, un striptease belle époque, un sur une corde raide. Bref tout amateur de nylon y trouvera son compte en dessous  version années 50. Un film plaisant sans trop de prétention, qui en vaut bien d’autres.

La Femme qui Pleure Au Chapeau Rouge – France 2010 – Réalisateur Jean-Daniel Verhaege.  Avec: Thierry Frémont – Amira Casar – Judith Davis – Ariane Ascaride – Pascal Elso etc…

Un  téléfilm qui retrace la vie sentimentale de Picaso dans les années 30. On y découvre un artiste bien plus hésitant sur le choix d’une femme que celui d’un pinceau. Thierry Frémont est étonnant et je pense assez fidèle au modèle. Puisque nous sommes à une époque ou les bas font partie de la garde-robe des dames, on y trouve quelques scènes. Mais en dehors de cela, cela peut aussi se regarder sans crainte, c’est plutôt bien réussi et constitue un bon spectacle, si toutefois on espère pas y trouver un musée dédié à sa peinture.


L’intégralité de ce film est visible gratuitement en streaming ici:

http://www.videoscourtesclic.com/film/drame/regarder-films-gratuit-streaming-la-femme-qui-pleure-au-chapeau-rouge

Un extrait

Le Train – France 1973 – Réalisateur Pierre Granier-Deferre. Avec Jean-Louis Trintignant – Romy Schneider – Maurice Biraud – Régine etc…

Juin 40, c’est l’exode. Les Allemands envahissent la France. La panique gagne les populations du nord qui tentent de fuir par tous les moyens devant l’incertitude des jours à venir. Des trains sans horaires précis avancent kilomètre par kilomètre en direction du sud. Un modeste réparateur  de radio (Jean-Louis Trntignant) et sa famille font partie de ces fuyards. De gens qui ne se connaissaient ni d’Eve ni d’Adam sont obligés de vivre en commun pendant quelques jours dans des wagons bondés, lors d’arrêts imprévus, allant vers un destin peu souriant. Très intéressante étude  sur les comportements humains, l’égoïsme, l’amertume, l’héroïsme ou la connerie. Une riche juive Allemande (Romy Schneider) fait partie du convoi, elle a plus que les autres de bonne raisons de fuir. Elle aura une aventure avec le réparateur. Au long du film, les amateurs de train à vapeur seront comblés lorsqu’il défile dans de magnifiques paysages. Les amateurs de bas ne resteront pas sur leur faim, quelques scènes au cours du film.
Excellent film, presque un documentaire, ce drame se regarde tout en découvrant un page sombre l’histoire de France, le tout soutenu par une magnifique musique de Philippe Sarde.


L’intégralité de ce film est visible gratuitement en streaming ici:

http://www.videoscourtesclic.com/film/anciens/regarder-films-gratuit-streaming-le-train

Quelques photos du film sur la bande sonore

9 réflexions sur “Cinébas, la suite…

  1. Merci pour ses infos je vais dès maintenant faire une nuit Nylon. A bientôt pour d’autres films avec des scènes avec des bas et des jarretelles.
    Cordialement.

  2. Merci pour ces références!
    Cela donne en effet l’envie de se payer une petite toile… n’était-ce la saison, quiinvite à d’autres activités vespérales…
    Mais en ce début de traversée du désert, c’est bon à prendre!
    Amitiés
    Léo

  3. Tant de décalage et de beauté nylonnée, merci pour vos références, que je note.

    Vous êtes une source d’informations passionnante, normal car vous êtes un passionné.

  4. Merci pour ce rappel cinématographique très bien étayé dans les détails « nylonés » et soyeux ! A noter que j’ai adoré « Le Train » et « La femme qui pleure au chapeau rouge », étonnante Amira Casar, femme amoureuse, face à Thierry Frémont, « cynique » et égoïste » artiste, amitiés.

    • Merci Valmont,

      Je suis comme vous, j’ai adoré « Le Train ». J’aime ces histoires une peu banales, sans grands effets de manches. Une histoire de quelques gens confrontés à une situation spéciale qui appelle une certaine noblesse d’âme ou le contraire. Je suis aussi ravi de « La Femme… », une bonne reconstitution d’une époque et de bons acteurs. . Par contre les »Bacchantes » me laissent plus sur ma faim. Cela sonne très vieux, mais quand même osé quand on pense que c’est sorti en 1954.
      Je peux me targuer d’être un cinéphile, surtout le vieux cinéma. Je parle de ces films ici parce qu’ils montrent des scènes de nylon et sont dans le thème du blog. Mais je n’ai absolument pas besoin de cela pour apprécier un film. D’ailleurs mes films préférés n’en montrent pas.
      Amitiés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s