Du nylon très 50-60

Merci à toutes les dames qui aujourd’hui nous font le plaisir de porter de bas. Ce coup de coeur, je l’ai toujours au bord des lèvres.  Il y a cependant une chose que je regrette un peu et hélas, elles n’y peuvent rien! C’est en quelque sorte l’intendance qui ne suit pas. Je m’explique. Porter des bas aujourd’hui est une chose relativement facile si on veut bien le faire. Il faut bien sûr une paire de bas pour commencer. Ensuite de quoi les tenir, porte-jarretelles, serre-taille. guêpière. Vous connaissez la liste aussi bien que moi, vous messieurs, qui reluquez de travers quand un pan de robe se soulève, n’est-ce pas? Vous mesdames, qui êtes confrontées directement au problème « matériel » de la chose. De ce second cas, il faut bien vous procurer le nécessaire et aller à la bonne place pour votre achat. En passant, faites vous offrir le tout, je connais pas un homme qui ne sortirait son PORTE-monnaie pour offrir un PORTE-jarretelles à sa belle. Vous voyez le mot porte est très bien accompagné dans la langue française, bien que je trouve le second nettement plus sexy, quoique certaines femmes peuvent penser le contraire. Ne tombez pas dans le piège de la lingerie à bon marché, conseil que l’on ne peut que répéter encore et encore. Une bonne pièce de lingerie ne court pas les rues, il faut aller chercher dans des endroits qui mettent un point d’honneur à contenter une clientèle exigeante et connaisseuse. Ils existent mais sont en fin de compte assez peu nombreux, quelques fabricants que l’on peut conseiller à travers le monde dont vous connaissez les principaux. Cela provoque immanquablement une certaine uniformité, une ressemblance dans leurs créations. Soulignons en France le cas de Cervin qui produit des bas sur un authentique métier à tisser d’époque, ce qui donne à leurs bas une classe incomparable et par définition des jambes qui peuvent prétendre en bénéficier. Le vieux nostalgique que je suis dans ce domaine, sait au moins une chose. A l’âge d’or des bas, ces fournisseurs étaient de milliers avec chacun sa manière de faire. La diversité de l’allure d’un porte-jarretelles était presque infinie. C’est un peu comme le visage humain, vous avez remarqué tout les différence que l’on peut obtenir avec deux yeux, un nez, une bouche et deux oreilles. Autant dire que le spectacle offert par une femme qui exposait ses dessous était d’une variété folle. Ce n’était jamais deux fois exactement la même chose. Des bas tenus haut, bas, avec revers plissé, tendus de manière lâche, extrêmement tendus, des élastiques longs, courts, avec longueur réglable ou sans, des jarretelles petites, grandes,  cachées par des rubans ou visibles au premier coup d’oeil et j’en passe!

Je me suis replongé dans les photos d’époque, une récolte qui tourne autour de la fin des années 50 à la première moitié des années 60. Vous pourrez y admirer de jolies  filles et un spectacle qui souligne mes propos. Epoque bénie, mais remercions encore une fois les femmes actuelles qui perpétuent cet art de l’élégance à nul autre pareil. Petit jeu: parmi ces photos se cache une actrice très connue, l’une des rares qui avouait porter encore des bas quand ce n’était plus la mode. Saurez-vous la reconnaître?

19 réflexions sur “Du nylon très 50-60

    • Bonsoir Sandrine et merci

      Je suis content que vous entriez dans mes vues. Le spectacle de l’époque était sans doute plus varié, mais ne croyez pas que celui d’aujourd’hui me laisse indifférent. Je revis en quelque sorte…

      Amitiés et bonne semaine

  1. Bonjour.

    Pour porter des bas toutes une journée, il faut un porte-jarretelles de chez Cervin ou Secrets in Lace. Conseil donné par une amoureuse des bas nylon.
    Très jolie série de photos.
    Amitiés

    • Merci Benoît,

      Je crois que les adresses mentionnées sont tout à fait ce qu’il faut et recommandables. Peut-être une petite préférence pour Cervin, car c’est plus près de nous et un peu moins business à l’américaine. Je pense que l’élégance est un phénomène plus français ou même italien. Que les américains s’y mettent, c’est très bien, mais il y a du travail.
      Amitiés

  2. Très jolie article joliment illustré, je dirais à vue de galbes et de bouche (la sienne) et d’yeux, une fille qui a fait vibrer le monde entier dans les années 1970, (dont moi, ado) : Michèle Mercier, angélique marquise des anges. Amitiés.

    • Bien joué mon cher Valmont,

      Elle ne vous a pas échappé celle-là, oui il s’agit de bien Michèle Mercier, la sixième photo. Je n’ai pas trop fantasmé sur elle, car je n’ai vu que ses films que plus tard. Je dois avouer qu’adolescent je m’intéressais au cinéma fantastique ou d’épouvante avant tout. Peut-être une des rares fois ou j’ai tilté sur une actrice, c’est Lily Palmer, aperçue dans « Montparnasse 19 » avec Gérard Philippe qui retrace une partie de la vie de Modigliani. En fait, j’étais plutôt chanteuses, Petula Clark représentait pour moi une sorte d’idéal féminin.
      L’anecdote concernant les bas, je l’ai entendue de Jacques Laurent, l’écrivain dans une interview.
      Encore bravo!

      Amitiés

  3. Oui, Valmont avait la bonne réponse. Ah ces parents, toujours là où il faudrait pas. Angélique avait une petite odeur de souffre à une certaine époque. Mais bon on va bientôt le projeter dans les maternelles maintenant
    Merci pour votre appréciation, je suis toujours flatté surtout de la part de dames élégantes. Venez et commentez quand vous voulez, vous êtes toujours bienvenue.

    Bien à vous

  4. Merci pour cet acte militant pour le port des bas nylon, et si nous avions l’idée de créer un ordre, une confrérie de la jarretelle ou de la couture, pour honorer et défendre le bas, d’utilité publique ?

    Nylonement

    • Merci Gentleman W,

      Un ordre de la jarretelle ou du bas couture, pourquoi pas, j’y ai déjà songé. Mais comment mettre cela en pratique? Dès qu’il s’agit de franchir les portes d’un certain anonymat et de se dévoiler un peu, il y a beaucoup moins de monde. Et pourtant c’est quelque chose que l’on peut avouer avec fierté, non? On peut toujours lancer la bouteille…

      Amitiés

  5. La sixième photo (avec Michèle Mercier) est la plus belle. Pourtant je ne l’ai pas reconnue alors que je connais la série « Angélique … » (suis-je trop « jeune » ?) Il m’a fallu tricher et lire le commentaire de Monsieur Valmont pour la reconnaitre … En tout cas c’est encore une fois un bel article, richement illustré, passionnant 😉 Bonne journée à vous.

    • Merci Dentelle,

      Ah Michèle Mercier était assez méconnaissable sur cette photo, je l’ai d’ailleurs choisie pour cela. On a souvent l’image d’Angélique en tête, mais elle avait d’autres facettes.

      Encore merci de votre passage et bonne fin de semaine.

  6. Tout comme Dentelle moi aussi je suis bien trop « jeune » ;)))))) mais maintenant que M. Valmont nous le souffle ;))… c’est effectivement évident après coup !! Ce cliché est mon préféré également ! une présence et une classe qu’il est beau d’admirer chez cette actrice, femme avant tout !!
    Un vrai porte-jarretelles avec de vrais bas, vous avez entièrement raison, ce n’est pas moi qui vous dirais le contraire !!
    Bises soyeuses Boss !!!

    • Merci Miss Legs,

      Oui la photo en « jette », une vrai femme. Mais rassurez-vous, je vous considère comme digne de faire partie de cette élite. Vos photos en témoignent, ce n’est de la lingerie de minette, mais de vrai femme. Vous savez combien je suis puriste en la matière et même aussi un peu connaisseur, je crois. Ne vous arrêtez pas en si bon chemin.

      De grosses bises soyeuses à vous

  7. Angélique…Angélique…! Rien que sont beau prénom me procurait des frissons alors de la voir si jeune si belle et en bas nylon…le rêve est atteint.Les clichés sont tous très beaux et sur la 9 à droite et la 10, je retrouve ce que je voyais enfant dans mon entourage.
    Merci Boss pour cette belle série en noir et blanc.
    Daniel

    • Merci Daniel,

      Je n’ai jamais tellement flashé sur Michèle Mercier, d’ailleurs à l’époque je n’ai vu aucun de ses films de la série. Une scène qui m’avait impressionné dans les années 60, c’était Michèle Morgan qui retirait ses bas dans « Les Orgueilleux ».
      Mais c’était quand même une sacrée époque, on se régalait avec peu d’argent.

      Amitiés

      • Oh oui le Boss! Michèle Morgan toute en sueur avec sa belle combinaison blanche à peine transparente?
        Elle m’a longtemps fait rêver la belle Michelle…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s