Le Boss s’amuse avec vous et le nylon

Une petite série légère en s’amusant autour du nylon

Prélude:

Le Boss enfile sa peau de loup, grand, gentil, dans une petite bio express…

Déjà alors qu’il n’était qu’un loup…iot, il avait remarqué que les jambes des dames avaient un voile de charme. Rempli de loup… ables intentions, il chercha à en savoir plus. Sans questionner un loup… stic qui lui en aurait révélé les secrets, il partit dans sa quête en espérant ne rien loup…er. Bien vite il s’aperçut que les secrets cachés sous les jupes des dames méritaient loup…ange. Jeter un oeil sous la robe  pouvait sembler loup…foque, mais riche en enseignements. Il aurait pu se transformer en loup…bard, mais il n’en fit rien, préférant loup…cher quand la vision d’une jarretelle  croisait son regard. Pas de quoi gagner des loup..is pour s’acheter des loup…koums, ni de chanter en loup…Garou.

Et maintenant amusons-nous un peu:

Tout le monde vieillit ça c’est sûr. Quand on avance en âge, on garde volontiers le souvenir des personnes que l’on aime ou admire à une image qui correspond au moment des premières rencontres, plus spécialement si on ne les voit pas pendant des dizaines d’années. Et tout à coup, on les revoit et on peut mesurer toute la différence qui résume les années qui s’accumulent. Cela arrive qu’on ne les reconnaisse pas. Voici une personne célèbre qui a pris de l’âge. C’est qui d’après vous?

Nul doute que ces messieurs qui se promènent parmi nous imaginent les stars des années 40 et 50 avec des dessous très affriolants. La vérité est parfois plus prosaïque. Voici une des ces grandes stars, une superstar même. Vous avez vu les dessous? La Dita est quand même plus sensuelle. Nous sommes bien d’accord. A propos de la superstar, l’avez-vous reconnue?

On se plaint que la vie est chère, que tout augmente. Rassurez-vous ce n’est pas nouveau. Témoin cette photo qui date des années 50 et qui illustre le propos d’une manière très plaisante. On en vient presque à regretter que la vie n’augmente pas plus. Peut-être qu’alors on verrait un défilé de ce genre à quelque part. Mesdames, ne sentez-vous pas la contestation qui monte en vous?

Vous aimez les charades?

Mon premier est un palmipède Mon second est de faire les choses de belle manière Mon troisième est une rivière de Suisse Mon quatrième est une avance sur un contrat Mon cinquième est un héros légendaire suisse Mon tout est un objet Vous voyez? Vite la réponse: jarretelle – jars-art-aar-arrhes-tell. Ben oui c’est un bègue qui l’a faite!

Voyez-vous un anachronisme sur la photo ci-dessous?

Devinez quel est le personnage du milieu en si charmante compagnie?

Pas contre le pet

L’art de la contrepèterie est plutôt ancien. On prête volontiers à Rabelais l’apparition des premières tentatives du genre. Nous sommes au XVI siècle et il est l’auteur de la célèbre « femmes folles à la messe », ce qui nous donne « femmes molles à la fesse ». Bel et simple exemple de la part d’un personnage qui n’était pas forcément triste. La langue française est sans conteste avec les langues voisines latines, un bel exemple de la mélodie que peut avoir une langue. J’aime me perdre dans les dédales de cette langue, jeux de mots, rythmes des mots, son des mots et bien sûr cette fameuse contrepèterie, presque un art de la jonglerie mentale. Souvent présentée comme un conseil de bienséance, elle prend sa signification coquine et parfois franchement salace quand on la décortique. Exemples simples, il arrive que de véritables chapitres soient rédigée dans ce style:

Mon oncle perd courage devant les amas de patentes

Les femmes n’aiment guère le marc trop doux

On voyait la ribaude de la tente aux festons

J’aimerais faire déchirer ces superbes nylons

Une perso,

On demande si le bois est en sous-main

Maux croisés

Les mots croisés vous aimez, moi pas mal. Comme j’en vois qui s’ennuient mortellement au boulot, voici une grille que j’ai imaginée avec des définitions qui tournent autour du nylon, ben voyons. La lettres des cases oranges remises dans un certain ordre devraient vous donner des métiers. Pour les plus courageux et surtout le premier ou la première, je voudrais voir figurer ce mot dans les réponses pour déclarer le meilleur et le plus rapide d’entre vous. Comme je sais que je n’ai que des visiteurs très instruits, cela ne devrait pas poser trop de problèmes. Mais je dois admettre que je suis plutôt tordu avec les définitions.

Horizontalement 1 Seuls les vrais bas en ont une. 2 Ne sera jamais là-bas sauf si on se déplace – Dans sa course, elle a beau faire, elle est toujours après Saturne. 3 Quand on a envie de partir à sa conquête, les bas et porte-jarretelles ne sont d’aucune utilité. 4 Plus besoin de trait d’union puisque c’est déjà fait – Initiales d’un canton suisse – Une île sur la gamme. 5 Pour savoir le poids des ans on a nul besoin de la faire – Une forme d’être. 6 Quand une femme discrète réajuste ses bas, elle peut craindre de l’être. 7 Se dit d’une montée faite avec effort. 8 Branché, mais pas sur le courant – Quand une femme parle de mettre de bas, les hommes le donnent volontiers – S’emploie avec ta soeur. 9  Les femme qui portent des bas le sont. 10 On peut dire que ça l’est pour une femme qui porte des bas seulement deux fois par an Vertical 1 Pas tout à fait un vrai bas – Même si vos bas brillent, il y a peu de chances qu’elles vous les volent. 2 Dita von Teese en fait certainement partie pour la mode. 3 Si vous voulez porter des bas discrètement, il faut les éviter – Le premier tour d’horloge chez les Anglophones. 4 Partie avant d’un navire. 5 Les anges l’adoptent volontiers comme siège – Le Boss le donne souvent ici. 6 Très pressant – A peu près un antivirus gratuit. 7 Une teinte de bas chez les Anglais – Ne peut se faire si vous portez des bas. 8 Se dit d’une  chose qui ne bouge pas ou de la force qu’il faut pour la faire bouger – Oeuf allemand. 9  Donne le choix – Un espace européen – Logo pour un disque de café. 10 Une bagnole qui inspira la guitare de Eric Clapton et Cream – Est donc utile.

Pensons maintenant aux amateurs de musique avec une vidéo qui n’a pour but que de vous faire rire. Elle met un scène un groupe anglais assez prestigieux des années 60, les Nashville Teens.  Il connurent quelques hits dont leur fameuse reprise du standard « Tobacco Road ». Alors que le succès est un peu à la baisse, il connaissent via la France un succès indirect en 1965. Un de leurs enregistrements « Find My Way Back Home », est un hit pour celui qui en a fait une adaptation française sous le titre « Fais Attention ». Bien sûr, les connaisseurs  savent qu’il s’agit de Ronnie Bird. Cela permet au groupe de venir en France pour faire un peu de promo pour leur disque qui est publié ici. Il passent à la fameuse émission d’Europe 1 « Salut les Copains ». Je me souviens très bien d’avoir écouté l’émission ce jour-là, car  cela m’incita à me procurer le disque des Nashville Teens. Un concert est prévu, probablement à l’Olympia, heureusement filmé et vous verrez pourquoi. Le groupe se distingue par une particularité, ils ont deux chanteurs Ray Philips et Arthur Sharp, qui sont censés chanter en duo harmonieux. Mais voilà lors de ce fameux concert, ils arrivent sur scène passablement bourrés, d’où une certaine peine à assurer des vocaux à l’unisson. Un morceau d’anthologie. Pour leur rendre justice, je vous mets en lien la version originale en studio et vous verrez que là, les vocaux sont parfaits.


Version studio

Encore une séquence musicale, mais qui ravira aussi les amateurs  qui ont l’oeil en trou de serrure. Un groupe de garage punk sixties, the Choir, connu seulement de quelques spécialistes  joue « I’m Going Home ». Cela n’a rien à voir avec la chanson de Gene Vincent. Celui qui l’a posté sur YouTube a fait un petit montage avec un film italien, regardez et vous verrez. Et ce sera tout pour aujourd’hui

3 100 1000


Salut,

Il est temps que je te donne quelques nouvelles depuis le temps que nous n’avons pas échangé quelques paroles, mais tu es si loin. Comme tu le sais, j’ai toujours aimé les belles plantes. Parfois, elles me font penser à des jambes gracieuses et leurs feuilles sont souvent douces comme de la soie ou du nylon. Il y a deux ans, il m’est venu à l’idée d’organiser une exposition pour les plus belles. Au début, j’avais des doutes sur la réussite de mon projet, j’étais curieux sans plus. Le premier mois, j’ai eu seulement quelques visites. Mais, petit à petit, les visites furent de plus en plus nombreuses. Bien sûr, je ne peux pas toujours être présent, mais j’y consacre du temps quand je peux. Il m’est aussi venu l’idée de mettre un fond de musique pour la présentation et je sais qu’il y en a qui viennent me rendre visite autant pour elle que pour les plantes. Avec le temps qui passe, j’ai tissé des liens avec de charmantes personnes qui partageaient les mêmes passions que moi. J’en ai même rencontrées quelques unes à Paris lors d’une charmante exposition. Les dames présentes avaient toutes l’art de présenter élégamment leur plus belles plantes dans une démarche qui nous tiraient des regards admiratifs. C’était un peu comme contempler le paysage depuis le haut du Cervin, cette fameuse montagne attire tous les connaisseurs. Il est vrai que certains visiteurs m’ont fait une belle publicité, les dames d’abord, mais aussi les messieurs qui comptent parmi eux de vrais gentlemen. Je ne sais comment faire pour les remercier, mais le mieux est je pense de continuer mon exposition. Après deux ans, le résultat est pour moi très étonnant. Il y a eu 100 000 visites, puis 200 000, aujourd’hui tiens toi bien, le cap des 300 000 est franchi. Certains jours, j’ai plus de visites que je n’en avais en un mois par le passé. Le mois de septembre est un record, plus de 26 000 visites. Le moins qu’on puisse dire, c’est que si tous les visiteurs se mettaient à danser sur les musiques de mon exposition, il faudrait une sacrée salle de bal pour les accueillir.
Comme tu vois, mon idée n’était pas si mauvaise. J’espère que de plus en plus d’amatrices ou d’amateurs partageront cette passion. Comme je l’ai dit au début, c’est doux et agréable comme la soie ou le nylon. C’est une image bien sûr, mais je ne trouve meilleure comparaison. Dommage que tu ne puisses pas venir. Avec mon humour que tu connais bien, je ne vais pas t’envoyer un billet d’avion pour venir à mon exposition, je sais que tu en as une trouille bleue. Et comme à la nage ou en bateau c’est un peu long, tu ne la verras sans doute jamais, dommage. Enfin peut-être un jour je ferai un blog, c’est à la mode.

Bien à toi et à bientôt de te lire