Les 400 000 coups en parlant de vous

Oui, pour ceux qui connaissent François Truffaut, c’est une référence à son film, « Les 400 Coups ». Rarement cinéaste Français n’a autant montré des scènes avec des porte-jarretelles et des bas. Il y en a dans presque tous ses films. Etrangement c’est peut-être dans celui où l’on s’attend à en trouver le plus, « L’homme Qui Aimait Les Femmes »qu’il n’y en a presque pas. Steven Spielberg qui l’adorait, l’a fait apparaître dans « Rencontres Du Troisième Type ». Connaissant Truffaut et son influence, on s’étonne presque de ne pas trouver une scène où une charmante créature extra-terrestre descendrait de sa soucoupe volante en bas et porte-jarretelles.

Vous le voyez venir avec ses grands sabots le Boss, pourquoi il transforme le 400 de Truffaut en 400 000? Ceux qui me suivent régulièrement doivent bien s’en douter, j’ai franchi le cap des 400 000 visites. Ce que peut représenter pour moi cette barrière? Un immense sentiment de satisfaction, un truc incroyable. Je ne vais pas vous étaler tout un programme de statistiques, mais vous montrer un extrait de ce que WordPress m’a envoyé le jour de l’an. Oh il font plutôt le travail, offrir à chacun un condensé de son blog avec quelques appréciations, un étalage de relevés de compteur. Alors voici cet extrait qui parle de lui-même.

Si à Monaco la tenue de soirée est le bleu de travail, ici c’est plutôt les bas et les porte-jarretelles. Je ne sais pas si beaucoup de Monégasques viennent ici, mais je sais qu’il vient des visiteurs de toutes les régions du monde francophone, la France étant no 1, et nous comptons aussi des territoires comme la Nouvelle-Calédonie. Je m’étonne de trouver des pays comme l’Arabie saoudite, Israël, pas seulement d’après ce que je vois, qui viennent là par « accident ». Faut croire que les promesses de paradis éternel ne suffisent pas à une certaine partie des habitants, préférant s’assurer déjà un aperçu ici bas. Un paradis plein de nylon, oui c’est mon idée de cet endroit où je devrais normalement finir par atterrir. A mon avis, les dames ne peuvent qu’y paraître dans cette tenue, sinon ça sert à quoi d’y aller, je vous demande un peu. N’allez pas croire Messieurs que vous êtes les visiteurs exclusifs des lieux. La concurrence est féroce et même au niveau des commentaires il y a plus d’inscrites que d’inscrits. Maistrève de commentaires, nous allons voir les choses un peu différemment.

Mon blog n’existe que parce que vous existez, c’est une certitude. Alors plus que de parler encore de moi, je vais parler de vous, les fidèles parmi les fidèles. Ceux aussi, bien qu’ils n’apparaissent pas en évidence ici, sont aussi des personnes avec qui j’ai des contacts différents. Soit je les ai rencontrés en vrai ou alors ils entretiennent parallèlement un lien autre avec moi.

Quand une dame pénètre dans mon petit monde pour y manifester un certain enthousiasme, rien ne peut me flatter plus. Qu’elles se reconnaissent dans mes écrits, qu’elles apprécient ma manière d’en parler, mon humour, je leur laisse la liberté de leur choix. Si je devais dire qui m’a tendu le plus la perche pour développer mon blog, immanquablement ce sont les dames que je dois remercier. Elles m’ont fourni les plus longues perches pour y étendre toutes ces paires de bas nylons qui sèchent au soleil de mon plaisir et de mon enthousiasme. La première que je veux remercier, c’est Miss Nylon, la bien nommée. Avec elle, je peux dire que j’ai pris mon envol et si j’en suis là aujourd’hui, c’est en grande partie grâce à elle. Elle a depuis évolué sur la Toile en créant son propre site, tout en continuant de survoler son blog. Un article qui ne devait pas en être un est devenu l’un des plus visités de mon blog, plus de 10 000 visites, « porter des bas les conseils de Miss Nylon ». Comme nous formons une sorte de duo dans la défense du port des bas nylons, espérons que si 10% des personnes qui l’on lu ont réussi à faire admettre ou ont admis que porter des bas embellissait les jambes féminines en passant à l’acte, nous en avons 1000 de plus. On a pas gagné la guerre, mais une belle bataille… Bisous chère complice!

Une deuxième dame s’est manifestée avec son enthousiasme communicatif. Il s’agit de Miss Legs. Elle fait aussi partie des personne que j’ai rencontrées, donc je peux lui mettre un visage, pas besoin de regarder ses jambes ennylonnées pour la reconnaitre ah! ah! De plus, je lui dois une mention toute spéciale, c’est la personne qui a le plus commenté mes articles, c’est dire si elle se promène souvent par ici. Je la remercie et lui envoie selon sa formule magique des baisers soyeux

Par ordre d’entrée en scène, je ne voudrais pas oublier Sandrine. Elle c’est un peu différent. En plus d’être une adepte de bas, de chaussures sexy, et je crois dans une certaine mesure de belles bagnoles, elle possède plusieurs cordes à son arc. Elle apparaît, disons à visage découvert, elle aurait d’ailleurs tort de s’en priver, mais ce n’est pas le plus important. Parler de bas, c’est son métier. C’est un des jolis satellites qui tournent autour de la planète Cervin, je veux bien sûr parler de la marque de lingerie. Elle apporte ses compétences pour animer le site, le blog de la marque et sur un ton plus personnel, Lescarpin. Dire que les belles choses viennent de Cervin est un lieu commun pour un amateur de belles jambes comme moi. Je le sais d’autant plus que j’y suis allé, j’en parle abondamment dans mon article « Pélerinage au Show Room Cervin ». Tout un charmant programme animé par Sandrine. Bises bien méritées!

Plus récente dans mon univers de constellations en nylon, mais tout aussi brillante,  je veux parler de Cassiopée. En quelque sorte montée sur ressorts, pétillante, coquine, les bas n’ont plus de secrets pour elle. Elle vous les montrera sans aucune gêne et même avec délices. Son sourire, que l’on peut apercevoir au détour d’une image est aussi une très belle carte de visite. Cette complice virtuelle est celle qui possède parmi celles que je visite, le plus le sens de la répartie et un humour où la belle phrase et le jeu de mots ne sont pas absents. Si je considère que le bas nylon est une affaire sérieuse, elle prouve bien que d’en parler comme il m’arrive de la faire aussi, n’est pas à envisager sans avoir peur d’en rire. Bisous constellés d’étoiles!

Toute nouvelle dans la blogosphère voici celle avec qui je partage une partie de mes amours musicales, Sand. Elle a frappé à la porte où il était écrit rock and roll et est entrée. Elle a rudement bien fait, car elle semble en connaître un rayon sur le sujet. Partager mes goûts musicaux avec une dame sur un blog qui est aussi dédié à la musique est un plaisir certain. Tout en soulignant que nos goûts communs vont parfois chercher dans des trucs que l’on peut qualifier de branchés, ce qui ne fait qu’en augmenter le plaisir. Pour l’instant, son tout jeune blog illustre bien sa passion pour la nostalgie rock, car elle se pose en pin-up rétro  avec un soin de la restitution du détail.  J’ai la passion de ce style qui restitue la belle image de la femme, celle  qui fait partie des souvenirs nostalgiques. Le titre de son blog Sand’éconner cache aussi quelque chose qui mérite peut-être que l’on s’y attarde, regardez bien quand vous y allez. Bisous à ma rockeuse de charme!

Je ne pourrais non plus passer sous silence le blog de Coquine, un couple dont le pseudo est significatif, ainsi que celui de son complice. Des histoires de couple avec situations et photos en rapport avec les pseudos et leur imagination. C’est toujours un peu coquin, normal ils sont fait pour ça. Vous ne les verrez pas trop dans les commentaires, eux ont une autre méthode, ils m’envoient un petit mot en direct. Bisous à eux en direct!

Une découverte récente pour moi, le blog de Arlette Vilard, et c’est une bonne découverte. Par rapport au contenu de mon blog, on pourrait penser que je ne m’intéresse qu’à cet aspect des choses. C’est une erreur, car j’aime le rétro en général, le vieux cinéma, les bouquins et journaux du même cru. Les anecdotes sur la vie d’un autre temps,  sont autant de ces petits bonheurs qui jalonnent ma vie quotidienne. Je trouve dans son blog un peu de tout cela et même plus. Elle remonte  le temps dans sa machine et s’arrête à différentes époques pour en ramener des objets étonnants. Cela va de la lingerie vintage authentique aux objets les plus divers qu’elle nous présente de sa docte plume. Si d’aventure vous  croisez sa silhouette rétro, il faudra vous pincer pour savoir si vous ne vous êtes pas trompé de couloir temporel, des fois que le père Einstein et sa relativité vous aurait joué un tour à sa manière. Plutôt que de lui faire la bise des temps modernes, je vais adopter un comportement plus ancien. J’enlève mon chapeau et je lui présente mes hommages…

Une boutique de vintage en Suisse, y’avait pas le feu au lac, comme ils disent là-bas. Pourtant du côté de Lausanne, cela existe. Il y a quelques années, circulait une plaisanterie à propos d’un membre du gouvernement sur la question de savoir ce qu’elle faisait de ses vieux habits. La réponse était qu’elle les mettait. Pour ceux qui n’en ont pas et qui veulent paraître d’un autre temps, il reste le moyen de se rendre chez Chabada. C’est propre en ordre selon la devise helvétique et garanti pur vintage.

Et maintenant voici les messieurs

Je ne peux que commencer par GentlemanW, l’ami fidèle et incontournable des jambes en nylon. Lui, il est du genre plutôt prolifique, son blog est constamment mis à jour avec de nouvelles petites perles autour de ses multiples visions de la féminité. De plus, il a encore innové en proposant des articles destinés à ranger de manière élégante tous les secrets de ses dames en matière de lingerie. C’est le pendant de son blog.Un visite s’impose soit pour les cadeaux que l’on veut s’offrir ou ceux que l’on veut offrir. D’une manière ou d’une autre, c’est élégant.

Vieux complice, l’ami Léo est un chat qui traite avec douceur tous les beaux accessoires de la lingerie féminine. Il ne sort pas ses griffes excepté, peut-être pour faire passer de vie à trépas une paire de collants. On a beau être un chat, on a son humeur. Elle se fait bien plus badine quand il se lèche les babines à la vision d’un porte-jarretelles ou d’une gaîne. Là, il ronronne et l’écrit pour nous le communiquer. Un chat qui écrit? Ben oui, ça existe, la preuve…

La pin-up nous avons tous notre idée, celle de notre présentateur en chef Pinupmania nous en montre tous les aspects et c’est plutôt prolifique. De l’ancien modèle à celui d’aujourd’hui, elles sont toutes là. Gageons que vous y trouverez, exactement le modèle qui convient à votre idée de la belle pulpeuse. Le contraire m’étonnerait et lui aussi, car il les à toutes revisitées ou presque…

Un blog qui tend vers l’érotisme accompagné de belles paroles, c’est celui de Mr Valmont. Les articles sont distants mais soignés. Un panache de tout ce qui concerne l’actualité érotique, films, livres, anecdotes. Je vais y pécher de bonnes adresses, pour les films à voir, les bouquins à chercher. De plus il est un commentateur fidèle de mon blog, alors je ne peux que m’y retrouver dans ses conseils et analyses sur fond d’érotisme…

Et puis il y a ceux qui viennent ici pour y déposer un mot gentil. Ils n’ont pas de blog, mais savent bien montrer qu’ils se plaisent ici. Je ne citerai que les plus récents ou prolifiques, la belle Pussy, l’indispensable Benoît. Que ceux que j’oublie m’excusent, c’est involontaire ou je suis sans nouvelles d’eux depuis un moment.

Un merci tout spécial à Loudstart qui m’avait fourni une récit autobiographique « Buick Et Bas Coutures » qui est toujours l’un des plus parcourus du blog. J’espère qu’il se manifestera tantôt.

Un dernier grand merci à tous, car l’aventure des 400000 coups n’aurait pas été possible sans le soutien de chacun. C’est pourquoi j’ai tenu à parler de vous plus en détail, en glissant un petit mot pour chacun, vous faire part de mon plaisir à vous rendre visite, même si je n’ai pas toujours le temps de m’arrêter comme il me plairait de la faire. En route pour la suite…