Rétro, j’aime trop!

Les anciennes photographies ont un charme certain. Je ne sais pas à quoi cela tient, mais elles ont quelque chose que le cliché moderne n’a pas. Une luminosité, une plastique que l’on ne retrouve pas ailleurs. Cela on peut l’observer dans d’autres domaines, la BD par exemple. Avec tous les moyens modernes à disposition on ne reproduit pas à l’identique ce qui a été publié il y a 50 ou 60 ans. Cela tient certainement à plusieurs facteurs, le papier, l’encre, la manière de faire. Dans la photo coquine, plus encore dans celle qui montre des bas  et des jarretelles, on constate la diversité du contenu. A l’époque où il y avait des milliers de fabricants, tant dans celui du bas ou de ce qui le tenait, chacun avait son petit truc qui le différenciait des autres. Aujourd’hui où les puissantes industries réglementent les goûts dans clients dans un tas de domaines, on ne peut regretter ce manque de diversité qui laissait plus de place au choix personnel. Dans le domaine de la lingerie, il en va aussi un peu ainsi. Une dame qui veut porter des bas devra se contenter d’un choix moindre. Il existe quand même dans une certaine diversité, surtout depuis quelques années, mais on en revient un peu toujours aux mêmes classiques. Avec un peu d’habitude un spécialiste qui contemple une jambe peut déjà vous citer la marque et imaginer ce qu’il découvrira si d’aventure la jupe se lève, le genre de revers, sa couleur, son aspect. Mais ne gâchons pas notre plaisir, un bas sera toujours un bas, même si sa découverte au toucher, au visuel, laisse la place à un peu moins de surprises. J’ai toujours autant envie d’aller à sa découverte.
Quelques clichés qui viennent d’un autre temps, admettons quand même que l’effet de surprise aurait joué un plus grand rôle à la découverte de ce que ces dames nous cachaient.

La presse prise en flagrant délire

Les perles j’adore, pas celles qui se mettent autour du cou, mais celles qui ornent les pages de la presse. Mais oui, la petite erreur de frappe, le journaliste qui ne se relit pas, l’emploi des mauvais mots qui sonnent comme des bons. J’en ai fait une petite récolte, plus spécialement celles qui tournent autour de la gauloiserie sans tabac, l’ami Luc qui devient un autre mot, si le lecteur oublie qu’il a des origines littéraires arabes. Les prendre telles qu’elles sont parues serait facile, alors pour un peu plus de difficulté, j’y ai ajouté un commentaire, une conclusion qui est bien de moi. Même si je n’ai pas trouvé d’histoire de bas, ce n’est bas triste.

Aujourd’hui les queues des spectateurs n’en finissent pas de s’allonger devant les salles

– C’est un spectacle destiné à être vu en bande

D’après le bulletin paroissial, ces fesses nues sont un triste visage de la France

– De nombreux paroissiens regrettèrent que l’article ne contienne que du texte.

Les nus très sensuels représentent des femmes en tenue de soirée

– Il y avait même une distraire en bas et porte-jarretelles

Face au conformisme ambiant, cette expo est un coup de semence

– Les conformistes, c’est tous des branleurs!

Pour la visite, le sous-préfet était peloté par Marie-Jeanne, directrice de la galerie.

– Après cela, ils procédèrent à l’érection d’une statue

Cet informateur est bien introduit dans les milieux homosexuels

– Depuis il a été obligé de faire marche arrière

A la gare, il s’est exhibé plusieurs heures d’enfilée

– Il montrait son instrument sans crier gare

Au palais, les langues vont bon train

– Tous des lèche-culs!

Il se masturbait dans le train en derection de Marseille

– Pris en flagrant délit, il se justifia en présentant un billet aller-retour

Le percussionniste, véritable homme orchestre, agitait les grelots accrochés entre ses jambes

– Il jouait souvent les deux orphelines

Le trésorier sera là pour la féconder

–  On recherche vérificateurs de comptes, entrée en fonction dans neuf mois

La nouvelle présidente mènera ses troupes à la braguette

– Avis: l’effectif des membres est déjà complet!

Jeux et autres activités lubriques ont remporté un vif succès

– A faire paraître dans la lubrique spectacles

Avoué cherche secrétaire pour petits actes courants

– Faire offres case postale 69

Insolite: une villageoise a vu un objet en forme de concombre avec un gros bout rouge

– On suppose qu’il  s’agissait d’un objet volant venant de la planète Eros