Nylon paparazzi (11)

Sans doute avez-vous entendu parler de Siné, c’est un dessinateur-humoriste-anarchiste à la longue carrière, de plus de 80 ans. Il est toujours en activité dans le mensuel qu’il a fondé, Sinémensuel. Si le journal se veut satirique, ce n’est pas sans raison au vu de l’esprit de son fondateur. Dans chaque numéro, il a l’habitude d’écrire un éditorial à la main où il casse bien volontiers du bois sur le dos des travers de nos chers politiciens et autres actes de la vie moderne. Dans le numéro de mars j’ai relevé un passage où il parle de spots publicitaires, qu’il trouve pas ailleurs nuls, à une exception toutefois, voyez laquelle…

C’est peut-être un visiteur de mon blog, dans ce cas bienvenue mon cher Siné, tu y trouveras matière à méditation!

Les cas d’observations nylonesques commencent à se faire rares, c’est la saison qui veut ça, il faudra s’y faire. Quand une belle observation me passe sous le nez, j’ai parfois regretté de ne pas avoir du matériel de qualité pour en saisir un petit souvenir. J’ai depuis rattrapé ce retard avec une caméra de super qualité qui permet de filmer assez discrètement. Je ne vais pas aller la glisser sous les jupes des dames comme certains, je suis bien trop respectueux de la femme pour cela, mais pour immortaliser ce qu’elle veut bien montrer. Remarquez que si elle m’en donne l’autorisation, je ne vais pas me gêner. Mais comme elle abordent rarement un écriteau avec la mention « il est autorisé de filmer sous mes jupes », je ne vais sans doute pas ramener grand chose de ce côté là. Tout récemment,  j’ai fait une petite balade avec ma caméra enclenchée dans les rues d’une charmante petite ville où j’ai quand même aperçu deux dames qui portaient des collants, enfin je suppose. J’en ai extrait des photos, juste pour vous montrer ce qu’il est possible de faire avec ce matériel. Des jambes anonymes, qui passaient par là.

Je regrette d’autant plus de ne pas avoir eu mon matériel un mois en arrière, car j’ai fait une magnifique observation. J’aurais pu en ramener un joli souvenir, tellement la chose était visible. Cela se passe dans un brocante ou j’étais à la recherche des nouvelles vieilles choses.  Je farfouillais dans les stands quand j’ai remarqué une dame dans la quarantaine qui venait dans ma direction. Elle avait les jambes couvertes de nylon noir et une jupe assez courte. Je remis à plus tard la consultation du livre que j’avais dans les mains pour me consacrer entièrement au spectacle. Bien m’en pris car selon les balancements de sa jupe un peu montée sur ressorts, il m’apparut bien vite qu’elle portait des bas. Non seulement je voyais la lisière, mais également la peau de ses jambes en dessus par intermittence. Je n’eus aucune peine à mettre un nom dessus, elle portait des Dim Up qui se reconnaissent assez facilement aux reflets argentés que forme le silicone sous la dentelle et à leur dessin particulier. C’est dire si cette observation était facile, j’en étais presque vexé, tout en étant fortement charmé. Je pense que la guêpe n’était pas tout à fait inconsciente du spectacle qu’elle offrait. Il me semblait qu’elle se penchait fort à propos sur les rayons quand elle me savait derrière, m’offrant une vue encore plus étendue. Ah si j’avais eu ma caméra!


La suivante entre dans le visions tout à fait inattendues, même pas recherchées. C’est même grâce à un chien que j’ai pu admirer un spectacle, bref mais joli. Une jeune demoiselle stationnait avec son toutou, 50 centimètres de haut sur pattes, à l’entrée d’un centre commercial. Plutôt jolie, une jupe moyennement longue et plutôt ample, des jambes en nylon noir. Assise sur une sorte de pierre qui pouvait aussi servir de siège, en face de moi, elle fumait une clope. Le chien, jusque là sagement assis sur son popotin, manifesta un désir de caresses et une envie de faire joujou. Sa patronne s’assit par terre, pour être disons à sa hauteur. Ne se sentant plus de joie, le chien entreprit de lui lécher le visage avec une langue bien baveuse. Sans doute pour éviter ce contact trop direct, la demoiselle recula sa tête en direction du sol. Ce faisant, elle ramena ses jambes, jusque là étendues à plat  sur le sol, contre elle. Ce qui devait arriver arriva. Elle m’offrit, et tout ça gratuitement, une vision des plus charmantes sous sa jupe. Un slip coquin tout noir et pourtant il n’avait rien bu, mais surtout de magnifiques bas jarretières, dont je n’aurais pas trop soupçonné l’existence au vu de la personnalité de la dame. La preuve que l’habit ne fait pas la nonne. Bien vite, elle se releva n’ayant visiblement plus trop envie de jouer à montrer ses dessous aux passants. Un après-midi de chien, c’est le titre d’un film, je crois. Eh bien, je peux déjà vous dire que j’ai vu un remake pas mal du tout!

Je ne résiste pas à revenir sur quelques pubs qui nous rappellent une glorieuse époque, celle où la lingerie qui n’avait pas de prétention coquine s’étalait dans les pages des journaux. Comme celle-ci, pour un magasin charmant qui s’appelait « le Panier Fleuri », tout un programme!

Ou encore celle-ci qui date de la fin des années 60, dans laquelle on solde porte-jarretelles et bas avec une sensible réduction de prix.

6 réflexions sur “Nylon paparazzi (11)

  1. Tout est là! Le plaisir de suivre une paire de jambes nylonnées dans la rue ou dans une brocante. Le spectacle est si rare qu’il nous apparaît presque comme surprenant…
    Moi, je n’ai pas cédé à la caméra et aux indiscrétions qu’elle permet mais j’avoue que parfois…
    Merci pour cet article.
    Daniel

    • Merci Daniel,

      Ah la caméra va servir à un tas d’autres choses. Ce n’est pas mon style de jouer les indiscrets. Par contre le spectacle brut, tel qu’il nous est offert parfois, là ça m’intéresse plus. Si je prends ma première petite histoire, il n’y avait absolument pas besoin de forcer la main, tellement le spectacle était visible, je me demande si ce n’était pas délibérément voulu, mais je ne l’avais pas à ce moment là. les deux photos que j’ai extraites de mon film sont bien plus dans ce que j’aime, le spectacle piqué au hasard qui nous laisse travailler l’imagination. Peut-être y avait-il des bas là-dessous, on en sait rien, tout est supposition.
      Ceci dit, il m’est arrivé de photographier des dames en tenue légère, mais là c’était à ma demande, selon leur désir, mais avec leur consentement. Je suis un voyeur, ça c’est sûr, mais je ne ne franchis pas certaines frontières, je prends avec plaisir tout ce que l’on veut bien me montrer, volontairement ou accidentellement.
      Il est vrai que le spectacle inattendu a un saveur certaine.

      Amitiés

  2. Si certains prennent un plaisir respectueux à admirer les jambes nylonées, j’avoue que certaines prennent un immense plaisir à les montrer ;)… Oh vous auriez du être à mes côtés ce week-end, vous n’auriez pas su où donner de la tête devant quelques belles nylonées 😉 Bisous Boss !

    • Je n’en doute pas, mais hélas je n’étais point là. Mais ce sera certainement pour une autre fois, je rattraperai le retard, c’est promis!
      Bisous Miss

  3. Votre histoire se dévore comme ces éclairs de chair et de soie que nous mangeons parfois des yeux, ici et là, dans des situations identiques… Amitiés.

    • Merci mon cher Valmont,

      Nul doute que nous vivions parfois des situations identiques. Je suis même certain que votre ressenti est pareil au mien. Nous somme né dans le même creuset, en nylon bien sûr!

      Amitiés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s