Rétro, j’aime trop!

Les anciennes photographies ont un charme certain. Je ne sais pas à quoi cela tient, mais elles ont quelque chose que le cliché moderne n’a pas. Une luminosité, une plastique que l’on ne retrouve pas ailleurs. Cela on peut l’observer dans d’autres domaines, la BD par exemple. Avec tous les moyens modernes à disposition on ne reproduit pas à l’identique ce qui a été publié il y a 50 ou 60 ans. Cela tient certainement à plusieurs facteurs, le papier, l’encre, la manière de faire. Dans la photo coquine, plus encore dans celle qui montre des bas  et des jarretelles, on constate la diversité du contenu. A l’époque où il y avait des milliers de fabricants, tant dans celui du bas ou de ce qui le tenait, chacun avait son petit truc qui le différenciait des autres. Aujourd’hui où les puissantes industries réglementent les goûts dans clients dans un tas de domaines, on ne peut regretter ce manque de diversité qui laissait plus de place au choix personnel. Dans le domaine de la lingerie, il en va aussi un peu ainsi. Une dame qui veut porter des bas devra se contenter d’un choix moindre. Il existe quand même dans une certaine diversité, surtout depuis quelques années, mais on en revient un peu toujours aux mêmes classiques. Avec un peu d’habitude un spécialiste qui contemple une jambe peut déjà vous citer la marque et imaginer ce qu’il découvrira si d’aventure la jupe se lève, le genre de revers, sa couleur, son aspect. Mais ne gâchons pas notre plaisir, un bas sera toujours un bas, même si sa découverte au toucher, au visuel, laisse la place à un peu moins de surprises. J’ai toujours autant envie d’aller à sa découverte.
Quelques clichés qui viennent d’un autre temps, admettons quand même que l’effet de surprise aurait joué un plus grand rôle à la découverte de ce que ces dames nous cachaient.

13 réflexions sur “Rétro, j’aime trop!

  1. Merci Le Boss pour ces quelques clichés d’un autre temps, que les moins de 20ans ne peuvent pas….comme dirait Aznavour.
    Pour sûr que le noir et blanc avait du charme.
    Je remets le nez parfois dans de vieux numéros de Paris/Hollywood, de Cancan ou de Nadine…J’aimais beaucoup ces filles qui nous montraient leurs dessous, leurs bas, toujours avec un sourire.
    Leurs poses n’étaient pas provocantes ni vulgaires. Le papier, la qualité photo de l’époque reproduisait bien le reflet du nylon au niveau des revers. Cette brillance me faisait rêver. J’ai été un de ces adolescents boutonneux qui se régalait de ces parutions de l’époque.
    Nous nous les échangions entre copains…Quel délice alors de découvrir le nouveau N° DE P/H.
    Maintenant la photo couleur, retouchée, parfaite et avec des mannequins qui montrent parfois les dents dans des poses vulgaires me désole un peu…mais bon! Il en faut pour tous les goûts.
    A bientôt.
    Daniel

    • Merci Daniel,

      En effet, la photo moderne est trop souvent retouchée pour des effets de mode. Il nous reste heureusement l’ancien, PH par exemple, que j’ai découvert tardivement, il n’était pas en vente chez moi. Mais je me suis rattrapé aux puces à Paris où j’en ai trouvé un paquet pour quelques francs…

      Amitiés

  2. Nostalgique de l’authentique Boss ;))… vous avez bien raison, la beauté « fabriquée » à supplanter le charme bien souvent… bien trop souvent ! Merci d’entretenir notre mémoire (qui n’a plus 20 ans 😉 !)… Bisous doux Boss !

    • Merci Miss Legs,
      Oh il y en a qui sont bien « fabriquées » si vous voyez ce que je veux dire. Mais rien n’empêche de remonter aux sources, surtout que j’ai pleins de souvenirs qui datent de cette époque.

      Doux…zaine de bisous Miss

  3. bonsoir,

    je comprends d’où vient mon envie de montrer se qui cache sous mes jupes !!! je copie nos mères, coquines ou sages, qui portaient quotidiennement des bas nylon, les femmes prenaient le temps d’être féminines naturellement

    • Merci Miss Nylon,

      Je crois que cela résume bien la pensée de pas mal de monde, ceux qui montrent et ceux qui regardent. Etre féminine aujourd’hui prends certes un peu de temps, mais s’il y en a un qui n’est jamais perdu, c’est bien celui-là.

      Bisous

    • Merci mon cher Valmont,

      Sans être un défenseur absolu des rondeurs, je dois admettre que l’inverse ne me plaît pas plus. Le péché de la chair est sans doute proportionnellement moins grave aujourd’hui.
      – Vous avez commis le péché de la chair!
      – Oui mais y’en avait pas beaucoup!
      Amitiés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s