Cinébas au Texas

Les films qui se veulent presque des documentaires, tout en étant de la fiction, sont plutôt rares  quand ils avoisinent ce que l’on pourrait considérer comme un pur chef d’oeuvre. Si « American Graffiti » est plus les souvenirs de son réalisateur George Lucas, « The Last Picture Show (La Dernière Séance) » est tiré d’un roman de Larry McMurtry au même titre, dont l’auteur est aussi scénariste du film.

Nous sommes en 1951, dans une petite ville du Texas, Anarene.  Des événements s’y déroulent comme partout ailleurs, mais il ne s’y passe absolument rien. C’est une ville moribonde, agonisante par l’exode de ses habitants, attirés par les promesses des grandes ville. C’est la montagne de Ferrat, transposée dix ans avant dans une plaine du Texas. Par rapport à « American Graffiti », l’action se déroule une décennie plus tôt. Ici point de jeunes qui se défoulent sur des airs de rock and roll.  Ce n’est pas encore la révolution des idoles.

Nous faisons connaissance d’une bande d’adolescents entrant dans la vie d’adulte, qui expérimentent les rares plaisirs que l’endroit peut leur donner. Comble de malheur, le seul cinéma de l’endroit va fermer ses portes, ce qui donne le titre au film. Parmi les autres distractions possibles, il y a le football, conduire des bagnoles, faire les 400 coups et avant tout, les filles. Nous sommes à une époque où le sexe consiste surtout à connaître la chose par le bouche à oreille ou le ouïe dire. Pour une grande part, le recherche de ce plaisir encore inconnu pour les jeunes personnages du l’histoire, tant les garçons que les filles, accapare les pensées. On tire des plans sur la comète, on jalonne le terrain, quitte à faire un flop. Le garçons draguent et les filles se laissent draguer ou non. Nous suivons tous les petits faits et gestes des habitants de la ville, qu’ils soient l’aboutissement d’une conquête du sexe opposé ou le reflet de la vie de tous les jours. C’est en cela que le film est documentaire, mais on devine bien que tous les faits pourraient être réels et même qu’ils se sont produits dans un endroit qui pourrait s’appeler n’importe où. L’action du film est plutôt lente, mais même s’il n’y a pas un mort toutes les trois minutes, on suit avec intérêt les personnages, on se glisse même dans leur peau.

La reconstitution des décors, des habits, des attitudes, est très fidèle au contexte du début des années 50. Je n’ai pas vu d’anachronismes. Et puisque que nous sommes à un âge ou le collant n’était pas encore une torture pour la libido masculine, il y a des scènes en nylon, dont un  striptease du plus bel effet dans une piscine couverte.

Sorti en 1971, réalisé par Peter Bogdanovich en noir et blanc, le générique nous dévoile des noms d’acteurs plutôt débutants, mais en passe de devenir célèbres comme Jeff Bridges, Cybill Sheperd, Timothy Bottoms et pour les déjà confirmés, Ellen Burstyn, Cloris Leachman, Ben Johnson. Très bien accueilli en Amérique lors de sa sortie, on parle tout de suite de chef d’oeuvre, il est plus boudé en Europe. Mais c’est incontestablement un grand film, le genre qui traverse les saisons sans prendre une ride.

2 réflexions sur “Cinébas au Texas

  1. Ah, je n’ai pas vu ce film…mais la façon dont vous en parlez me le fait regretter, car outre les scènes montrant de jolis bas, il semble plutôt intéressant à voir.Je vais mettre son titre dans un coin de ma petite cervelle et si l’occasion se présente.

    Juste pour info, une scène au cinéma vue récemment avec une jolie paire de bas plutôt bien portée; Sophie Marceau dans  » Un bonheur n’arrive jamais seul ». Seule réserve : le film dans son ensemble…

    Merci pour cet article!

  2. Bonsoir Isa,

    Merci pour l’info, je n’ai pas vu ce film, si l’occasion s’en présente…
    Je ne peux que recommander ce film, je crois qu’il n’usurpe pas sa réputation. Certainement un des films qui font partie de ceux que j’aime bien revoir.Joli résumé sur la manière de vivre des années 50.

    Merci de votre passage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s