Les Rolling Stones et le Boss

En marge d’un excellent livre publié pour le cinquantenaire (déjà) des Rolling Stones, sur lequel je reviendrai, je vais vous raconter par le menu mes relations avec ce groupe qui est bien l’un des plus importants de l’histoire musicale du XX siècle.
A vrai dire, je ne me souviens pas de la première fois où je les ai entendus, c’est si loin, mais je crois que c’était « Carol ». Le phénomène a d’abord pris en Angletterre, ici on subit toujours un décalage. Decca France publia d’abord timidement un premier 45 tours qui passa assez inaperçu. La seule revue qui prit conscience du phénomène fut « Disco Revue » qui les suivit dès le début. Après ce fut l’embrasement général et vous connaissez plus ou moins tous la suite…
En parallèle avec les Beatles, on pouvait suivre les deux carrières, ces deux groupes qui étaient incontestablement ceux qui faisaient l’actualité. Ils gagnaient quand même rarement l’unité auprès des fans, il y avait les pour et les contre, chaque appartenance à un clan faisait détester cordialement les fans de l’autre. Dans la réalité, les deux groupes sont plutôt copains et mêmes intimes. Personnellement, je me suis plus vite lassé des Beatles qui me semblaient moins innovateurs que les Stones, excepté peut-être pour les géniales et efficaces compositions de Lennon et McCartney. Avec le recul je trouve le son des Beatles trop propre, trop net. Si on compare les titres qu’ils ont en commun dans leurs version respectives, les Stones sont supérieurs avec cette petite touche en plus. Il est vrai que les Stones sont d’une école qui puise ses racines plus dans le blues que dans le rock and roll, au contraire des Beatles. C’est je crois ce qui fait la grande différence, je n’irai pas dire que les uns sont meilleurs musiciens que les autres, l’approche est différente. Si les disques des Beatles entre 1963 et 1966 peuvent avoir un air de déjà vu par rapport au précédent, les Stones renouvellent constamment le son, il n’y a pas vraiment un titre qui ressemble au précédent. Les paroles sont aussi un peu plus provocantes, on dit des mots doux d’un côté et de l’autre le langage est plus cru. L’allure est aussi différente, les Beatles ressemblent à des mecs fréquentables, les rivaux ont ce petit air voyou qui plaisait tant aux filles d’alors, tandis que les garçons essayaient de les imiter.
Je me suis sans doute plus identifié aux Rolling Stones pour une ou deux raisons capitales pour le moi de cette époque. Je faisais sans soute plus ch… les adultes en écoutant leur musique plus brouillonne et j’étais plus excité par leur allure provocante.
Avec le recul, j’écoute les Beatles pour certaines raisons et les Stones pour d’autres. Quand j’ai envie d’écouter une belle mélodie les premiers sont à l’honneur. Mais si j’ai envie de me plonger dans la mélasse d’un son brut et ravageur, un rien infernal, les seconds débarquent. Je les ai suivis régulièrement, même des années après ils réussirent encore, sinon à m’étonner, du moins à me plaire. Ils faut bien admettre qu’ils ont une longévité exceptionnelle, un cas unique dans l’histoire, ceci sans jamais avoir levé le pied, ni fait de longues pauses. Un très bel exemple de quelques mecs liés par une passion qui est plus forte que les vents et les marées.

Quand j’ai envie d’écouter cette fameuse chanson, « Money », dont je possède des dizaines de versions, c’est celle-là qui vient en premier. Pas tellement que j’aime l’argent, mais plutôt ce bon vieux son qui leur est si typhique. Celle des Beatles est plus nue.

La fameuse réécriture du fameux « Green Onions » popularisé par Booker T, devenu « Stoned », mais pour éviter toute allusion aux effets de drogue, on  l’écrira « Stones ».

Evidemment leur reprise de « Carol » est beaucoup plus remuante que celle de son créateur, Chuck Berry.

Ils furent les premiers à faire un gros succès d’une chanson directement venue des fameux studios Chess, « Little Red Rooster », leur second no1 dans les charts anglais. Mick Jagger est très bien dans le rôle du petit coq rouge. J’adore ce disque!

Peut être ma préférée, chanson à l’ambiance envoûtante, oui j’aime jouer avec ce feu là!

Le hit qui mit tout le monde d’accord « Satisfaction ». Un rien avec des sous-entendus d’ordre sexuel, mais les musiciens préféreront le son de fuzz guitar.

Toujours excellents dans l’art de la reprise. Ici dans « She Said Yeah », débordant d’énergie

Celui-ci, une copine à ma mère me l’avait payé. Même si elle est morte depuis plus de 40 ans, chaque fois que je l’écoute, je me souviens d’elle. Ainsi vont parfois les choses dans la vie, Avec « Get Off Of My Cloud », elle n’est pas sortie de mon nuage, son prénom était d’ailleurs Angèle.

Elle restera l’une des préférées des fans, c’est normal ce titre est monstrueusement génial, quelle classe ce « Paint It Black »!

Le dernier disque des Stones que j’ai vraiment adoré! Si vous écoutez bien, vous y trouverez un petit air « à la Beatles », c’est normal ils font les choeurs derrière.

 Et puis ce piano envoûtant…

Avec le temps les passions s’apaisent, peu à peu les pierres ont roulées vers d’autres horizons, ailleurs que le mien. J’ai quand même acheté tous leurs albums pour une écoute polie. Ecouter les Rolling Stones dans les années 60, c’était suivre une évolution. Pour continuer à la suivre, je suis allé vers d’autres écoutes, d’autres avant-gardistes. Il y eut les Stooges, MC5, le psychédélique, l’underground, le punk, le psychobilly, la new wave, c’est là que je trouvais mes délices. Mais je dois donner décharge aux Pierres Qui Roulent, on ne traverse pas un demi-siècle d’histoire musicale sans ce petit quelque chose qui vous le permet. Dont acte!

Des talons sans pantalons

Voir un bas à coutures sans talons,  c’est un peu comme un gruyère sans trous. Là, il faut se méfier des citations populaires car le gruyère n’a pas de trous, c’est son presque voisin géographique, l’emmental, qui en possède. Son goût et son aspect est d’ailleurs assez différent, comme il serait d’un bas et d’un collant, visuellement parlant car je n’ai jamais mangé de bas. Je peux affirmer que malgré tout les temps modernes ont du bon. Il ne viendrait pas à l’idée d’une dame qui porte des bas à coutures de ne pas l’assortir avec une paire de souliers à talons. Evidemment une dame qui porte des bas aujourd’hui est bien plus rare que 50 ans en arrière, mais elle le fait en respectant cette association couture = talon. Dans mon enfance, j’ai vu des horreurs à ce niveau là, des bas coutures portés avec des sandales quand ce n’était pas des baskets. Tout au plus, il arrivait aux rockeuses des années 50 d’enfiler des ballerines, mais n’oublions pas que ces demoiselles aimaient bien danser, pas toujours facile de danser un rock acrobatique avec des talons. Enfin, je dirais que pour moi, tout port des bas de n’importe quelle sorte, même d’un collant, n’est visuellement bien qu’avec des talons. Pas besoin qu’ils soient vertigineux, mais pas de semelles plates, non merci.

Nous entrons dans un domaine assez fétichiste, bien de mes collègues masculins avouent assez volontiers ne pas être insensibles, sans se taxer de fétichistes,  à la vue d’un haut talon. Ce fétichisme peut aussi s’accorder d’une femme qui porte des pantalons, seul le talon attire son regard. J’avais un copain très porté sur la chose, nous avons discuté de nos goûts respectifs, mais lui se foutait tant bien que mal que la femme soit en jupe ou en pantalon. Pour moi, le bas passe devant car il me semble offrir plus de sensations, ceci d’un point de vue personnel en rapport avec mes fantasmes. Toutefois, je dois admette que les deux conjugués augmentent les sensations. Mais foin de grandes envolée lyriques, plongeons-nous dans les délices…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Intimebook à découvrir

Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais il existe un site très justement nommé Intimebook.
Comme le webmaster a demandé qu’on lui fasse un peu de publicité, alors je le fais avec plaisir.
Le but du site est de permettre des rencontres virtuelles avec des aficionados spécialement branchés lingerie, mais pas seulement. Vous ne serez pas dépaysés si vous êtes nylon. Cela fonctionne un peu comme Facebook, vous pouvez choisir avec qui vous voulez faire des échanges ou essayer de demander à faire partie de l’intimité de quelqu’un, libre à lui de refuser. Le site contient pour chaque membre une partie publique et une partie privée que vous pouvez consulter seulement si vous êtes intime. Il y a également un forum pour les échanges généraux.
Les points forts: c’est un super travail de la part de Jim, créateur et administrateur du site. Coquin, intime, convivial, on peut y retrouver des connaissances et en faire de nouvelles. De belles photos, souvent personnelles. On y met ce que l’on veut à qui on veut et on y vient quand on veut. Vous pouvez m’y retrouver sous le même pseudo, je passe de temps en temps.

Alors c’est ici…