Des voeux, mieux que ça!

18123012-1

18123012-2

Le Boss m’ayant confié à moi, Achille Talon, érudit connu dont le nom associé à haut est déjà un frémissement de volupté pour les spectateurs avertis de la contemplation muette, le soin de vous présenter 2013, accompagné des vœux qui pimentent d’un agréable soupçon de sincérité l’envol vers les promesses alléchantes des jours heureux et futurs, je m’exécute l’âme légère et compatissante.

A l’heure de l’artisan qui pose sa clé à pipe comme l’on jette un mauvais jeu de mots au silence rédempteur et affable. A l’heure du sportif qui n’a plus qu’un ski pour briller sur les pistes glissantes de sa libido. A l’heure où la paire de rangers cherche preneur dans une solderie aux prix qui font sourire les gens de bien et rire les avares. A l’heure où la poissonnière emballe sa marchandise dans un journal étalant ses nouvelles aussi peu fraîches que ses filets, l’année se termine sur les pavés luisants de souvenirs. D’un balai à l’humeur joyeuse, balançons dans le caniveau avec l’élan de la main du destin qui ne tremble pas, la poussière des jours défunts.

L’avenir a coiffé son haut de forme pour saluer en se soulevant d’un geste altier et précis tous les matins couronnés de soleils qui sentiront la rosée des jours rieurs. Les cloches de la basilique aux sonnailles envoûtantes qui relèguent le rap au rang de borborygme incontrôlé et fétide, salueront toutes les dames qui, le geste sûr et précis, accrocheront leurs bas nylons à la jarretelle diabolique et si agréable pour nos sens en quête de pèlerinage aux sources de la beauté qui galbe les jambes. Sous le palmier qui suggère les tropiques de notre désir, l’océan amènera ses vaguelettes paisibles mourir sur la plage aux mille reflets de soie. Le porte-jarretelles au ton de coquelicot nous offrira ses pétales d’extase pour caresser le string qui l’accompagne dans ses nuits folles. La guêpière envoûtante fera les déesses dansant devant nos yeux qui n’ont pas envie de dormir, avides de contempler les portes du paradis et ses parfums qui enivrent les âmes perdues mais sereines. La gaine aimable qui enveloppe les coquines formes sur le présentoir du désir exacerbé et confiant, face au smartphone à l’œil inquisiteur mais serviable.

Ainsi donc, moi Achille Talon, grand visionnaire à côté duquel les voyantes célèbres sont justes bonnes à prédire le passé, aucune n’avait prédit le succès du blog, je vous vois tous succomber sous des tonnes de nylon, des kilos de jarretelles, une santé de fer pour assumer tout ça, et bien sûr un tas de bonheur, en sachet, en boite, en tube, en cataplasme, en infusion, mais du bonheur !

BONNE ANNEE!!!

Note: j’avais emprunté à Cassiopée les mots clé à pipe, poissonnière, ski, palmier, borborygme, haut de forme, rangers, coquelicot, smartphone, basilique, je les lui rends donc en espérant en avoir fait un bon usage, avec des tas de bises en guise d’intérêts.