Le bas nylon en 2013

28 010613-4

Où en est le bas en ce début de 2013?

Je ne saurais être trop affirmatif, je dirais tout au plus que la situation est stationnaire. Une année d’observation un peu partout, tant dans le virtuel que dans le réel, me confortent dans mes idées. Il y a une prise de conscience de la gent féminine de l’importance du bas et de son érotisation à travers la mode. Elle peut l’accepter comme une tendance de la mode. C’est là un des grand danger qui peut le menacer. On sait tous ce que peuvent durer les modes, souvent le temps d’une ou deux saisons. Dans la presse, on présente la lingerie comme un atout de charme, sans toujours mettre le bas en avant. On parle volontiers des collants comme un pendant nécessaire au port de la jupe quand les jambes ne doivent pas ou ne veulent êtres nues. Je ne nie pas que le collant peut avoir un certain pouvoir dans certaines situations, mais c’est du un contre cent quand une femme enlève sa jupe pour nous dévoiler ce qu’elle veut bien nous montrer après l’avoir tenu caché.

28 010613-2

On peut remarquer qu’il y a dans toutes ces tendances, quelques écoles qui n’ont pas forcément le même but ni le même état d’esprit. D’abord, il y a la jeune demoiselle qui en a entendu parler et qui veut essayer. Elle se verrait bien porter des bas, du moins tenter l’expérience.  Elle achètera un peu n’importe quoi, je ne dis pas cela de manière péjorative, mais son choix ne se fera probablement pas en dehors d’une grande surface. Pour ce genre commerce, le but est de vendre, c’est juste un produit de marketing au même titre qu’un accessoire de beauté ou tout autre vêtement.  Si le porte-jarretelles est présent dans de nombreux rayons de lingerie, c’est qu’il se vend plutôt bien, sinon il ne serait pas là.  A titre d’observation personnelle, j’ai remarqué qu’il a refait son apparition au milieu des années 80, ce qui fait quand même 25 ans, un bail. Toutes les jeunes filles dont je parle peuvent appartenir au monde d’aujourd’hui ou à celui de la génération précédente. Commercialement, on cherche évidemment le meilleur rapport au prix de vente, sans l’associer à la qualité. C’est toujours les mêmes articles minimalistes, confectionnées à la va vite, à quelques rares exceptions près. On se souvient du fameux sexy kit de Dim, article très ciblé au nom bien moderne qui exclut la rêverie, on a l’impression d’acheter une perceuse. Que sont-ils devenus ces milliers de souvenirs coquins qui pour un jour ou un mois parèrent les dames d’atours non négligeables? J’imagine que la plupart dorment au fond de tiroirs qui sentent le renfermé. On en retrouve même de temps en temps dans certaines brocantes, article facile à dater et souvent à l’état de neuf. Pas tous, non. Gageons que certaines personnes  ont définitivement franchi le pas pour en faire un plaisir qui revient régulièrement. Je pense surtout  à celles qui ont atteint la quarantaine maintenant ou même un peu plus, enfin celles qui n’ont jamais porté de bas durant leur adolescence. Elles auront sans doute évolué vers des choses plus confortables, plus à même d’assurer un maintien parfait du bas. Elles ne sont pas des légions, mais elles existent, j’en connais quelques unes.

28 010613-1

Il y a le seconde catégorie, celle qui balance entre deux mondes. Celui un peu aseptisé du collant et celui nettement plus remuant du bas, avec son cortège de promesses. Il y a le choix entre celui qui tient tout seul et celui qui fait appel à plus de sophistication. Pour le premier, il ne demande pas beaucoup d’effort. Pas mal de femmes, tous âges confondus, l’acceptent sans trop de réticences. Seul un reproche d’inconfort patent et le possible accident qui le fait glisser le long de la jambe, peut soulever des commentaires négatifs. Elles auront certainement l’impression de faire leur devoir de séductrice en l’adoptant. Je suis pourtant moins affirmatif pour l’esprit masculin. C’est un mieux, mais pas le must. C’est un peu comparer un chant folklorique interprété de manière traditionnelle et une version rap de cette même chanson. Le choix du jugement final appartient à celle qui les porte, c’est évident, il faudra peut-être toute la persuasion d’un partenaire pour aller plus loin. On peut envisager la suite, qui peut être la continuité de ce qui précède ou alors franchir le pas sans transition. Je vois parfois des dames, spécialement dans le monde virtuel, qui veulent aller plus loin, tout en se posant certaines questions en  fin de compte bien légitimes. La légitimité est surtout affaire de questions pratiques. On considère un peu que porter des bas appartient à un certain art et on veut les bonnes astuces pour ne pas avoir à affronter un possible ridicule ou maîtriser cet art du premier coup. En toile de fond la volonté de séduire, de ranimer une flamme un peu éteinte à l’intérieur d’un couple, ne sont pas les dernières questions qui peuvent tarabiscoter une candidate. Tout en admettant qu’il peut s’agir d’une envie strictement personnelle. Ces personnes sont en grande partie déjà convaincues et on peut les considérer comme de futures inconditionnelles ou du moins de très régulières adeptes.

28 010613-3

On dit souvent que la jeunesse est l’avenir du monde, c’est une vérité, mais on peut mettre une interrogation sur ce qu’il sera vraiment dans le futur. Dans le domaine qui nous intéresse, c’est aussi valable. Verrons-nous un monde où le collant sera d’un parfait ridicule? Je ne pense pas, mais les données ont quand même un peu changé par rapport à dix ou vingt ans auparavant. Un peu comme nos ancêtres découvraient le french cancan, les anglicismes ne datent pas d’aujourd’hui, on découvre le burlesque. On se sait pas toujours à quelle sauce l’apprêter, entre modernité et rétro, mais il est bien là. Quand il se veut rétro, il entraîne avec lui toute sa panoplie. On retrouve nos bons vieux bas à coutures, nos corsets, nos porte-jarretelles au goût des années 50, nos musiques swing, même le rock and roll traditionnel.  Cela en passionne plus d’un ou d’une. Les uns retrouvent un charme d’antan et les unes un moyen de trouver une inspiration vestimentaire et elles ne s’en privent pas, caressant quelquefois l’envie d’une carrière à la Dita Von Tease. Et il y a tout le monde des blogueuses, dont certaines sont devenues des expertes en objets rétros, frisant parfois la maniaquerie. Elles s’affichent en bas coutures, gaines rétros, accrocher une authentique pièce d’époque à la collection est une victoire digne de considération. Elles semblent sortir d’un film rétro, une erreur de manipulation  sur la machine à remonter le temps. Contrairement à une certaine pudeur qui pouvait caractériser les générations précédentes, elles sont sans complexes. J’ai trouvé aux puces un vieux porte-jarretelles rétro, eh bien je vous le montre avec ma dernière paire de bas trouvée dans le grenier de ma grand-mère, c’est un peu le style qu’elles adoptent. Le plus grand atout, la chance qu’elles offrent, c’est se débarrasser du « bas ça fait pute » et le jettent aux orties. Elles semblent même écarter le fait que le bas peut avoir une notation sexuelle, et s’il en a une, pas plus qu’un jean serré ou un string qui dépasse. L’avenir du bas est peut-être là, enfin débarrassé de son folklore négatif, il pourra ravir ceux qui l’aiment. Les femmes le porteront toutes, enfin, sans complexes et les hommes trouveront enfin une satisfaction qui alimente leurs fantasmes depuis longtemps.

28 010613-6

Le bas n’est pas mort, il vit toujours, il se porte même plutôt bien au propre comme au figuré. Soyons vigilants envers son soutien. Le bas n’est pas un collant de substitution. Il est le charme allié à l’élégance. Le charme est une chose subtile, vous n’avez sans doute pas de sensation particulière quand vous en dégagez, mais les autres le ressentent toujours.

28 010613-5

15 réflexions sur “Le bas nylon en 2013

  1. Une erreur de manipulation sur la machine à remonter les temps ? Ouaaaaaaaaaaaaaarffff suis pliée en douze ! Bon, j’me déplie doucement (40 ans… les articulations… faut faire gaffe) et je corrige : en fait, on essaie de la réparer, c’te foutue machine qui a fait l’erreur de bloquer sur les 70’s et leur emballage douteux pour formes féminines reniées, leur transposition aux femmes de ce qui aurait dû rester une protection pour skieurs.
    Ou bien, pour être plus positive, on essaie de construire une jolie machine à voyager dans le futur, en toute fluidité, pour l’offrir en héritage à nos filles, nièces, jeunes amies… avec le concours de leurs amoureux(ses).
    Bref, aujourd’hui casquée, sécuchaussée, lomboceinturée, talkie à la ceinture, je vous jure que malgré les bas planqués dessous tout ça, je ne ressemble pas à une p… (ou alors, pour fantasmes très particuliers).
    On les leur montre quand, aux p’tites, tous les outils qui font qu’une paire de bas est beaucoup plus confortable qu’un collant ?
    Allez zou, la chargée de travaux erronée file sur son chantier 😉
    Bisoussssssssssssssssssssssss

    • Coucou Cassiopée,
      Oui vous avez raison, la machine a tendance à se bloquer sur certaines années. On va bien finir par la réparer, un peu d’huile ici, changer un boulon par là, on devrait y arriver.
      J’imagine la Cassio au boulot, tout un programme, féminine jusqu’au bout de jambes… Bravo!
      On leur montre quand? Maintenant, demain… toujours!

      Bisous du temps présent!

  2. Le charme est une chose subtile qu’il faut savoir déployer, le bas est l’accessoire qui nous aide à le révéler ! Gainez vos jambes de bas, fixez vos jarretelles délicatement et avec soin sur son revers… vous sentez… la magie opère, votre charme est comme décuplé !!
    Baisers infiniment soyeux Boss !!

  3. Il y avait dans le temps, la nécessite de porter des bas, puis est venue le temps de la curiosité pour celles qui ne l’ont pas connu et maintenant c’est le temps de la futilité et aussi celui de la liberté.
    Le tour est joué, la boucle est bouclée.
    quoi qu’il arrive, quoi que les dictats de la mode en pensent, les femmes mettront des bas quand elles en auront envie et quand elles voudront nous plaire encore plus.
    Internet plus que n’importe quel autre moyen de communication fait découvrir par ses sites, ses blogs etc…que le bas est bien là.
    Parfois pas très bien présenté, souvent et la plupart du temps, très bien présenté comme un ustensile de la mode et de l’habillement féminin.
    Tant mieux. Le bas navigue doucement mais surement et au passage ,il attrape dans ses mailles de nylon quelques néophytes qui sont charmées par sa douceur et l’élégance qu’il donne à leur jambes.
    Je ne suis pas inquiet.
    Je crois que ce qui rendrait le plus service aux bas en fait, ce serait de développer la mode de la jupe et de la robe.
    Tant que les femmes ne mettront que des jean’s elles ne se poseront pas la question de savoir si elles mettrons un collant, des bas UP ou de vrais bas.
    Le frein au développement et à la généralisation du bas est simplement le port généralisé du pantalon pour les femmes.
    Bon! Ce n’est que mon avis…!
    Daniel

  4. bonjour à toutes et tous, oui le pantalon !!! si facile à enfiler… qui peut être féminin, assez rarement, Marlène Dietrich ! malgré ce bel exemple nous devons rester vigilantes !! Postez-vous une fois devant un collège ou lycée, pas comme un voyeur 😦 et compter le nombre de jeunes filles en jupe ou robe…. vos 10 doigts seront largement suffisants. Donnons envie aux ados de remettre des jupes et robes, sans les priver des pantalons… en montrant l’exemple, en défendant la féminité, la différence des corps…

    • Coucou Miss,

      J’imagine bien que chez toi, les pantalons n’ont pas la cote et je t’approuve entièrement. J’ai fait la même constatation, je dirais même que je peux laisser une main dans la poche en comptant les jupes.
      Enfin vive celles qui ont compris tout le potentiel qu’elles peuvent tirer d’une robe et d’une paire de bas.

      Bises à toi

  5. Ha! Sur cette dernière image…
    Je sais que sur ce Blog j’ai affaire à spécialise expérimenté et reconnu de tout ce qui touche aux bas. Aussi tu peux sans doute répondre à ma question :
    Lorsque l’on voit cette couture verticale, peut-on affirmer avec certitude qu’il s’agit de bas et non de collants? Forcément à jarretelles?
    J’ai croisé une jeune dame dans la rue l’autre samedi et je me suis posé la question.
    Merci de ton expertise!! : )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s