Des cadeaux à la manière des Beatles

Le succès des Beatles repose pour une grande part sur la facilité du duo Lennon et McCartney pour trouver les petits trucs qui font qu’une chanson accède à un semblant d’éternité, certaines plus que d’autres. Si cette musique avait de quoi faire hurler les parents, ils peuvent ravaler leur venin, on les enseigne maintenant dans les écoles, entre « A la Claire Fontaine » ou un texte de Desnos.  Je ne connais pas une de leurs chansons originales qui n’aie pas fait l’objet de quelques interprétations par d’autres artistes. Il y en avait assez pour remplir tous leurs albums et leurs 45 tours, et même plus. Certains artistes concurrents bénéficièrent même d’un truc de gratifiant, une chanson en provenance des Beatles rien que pour eux. C’était pratiquement la possibilité de faire un tube sans trop se casser la tête. Passons en revue les artistes qui profitèrent de cette manne inattendue pendant la période 1963-1965, époque où ils dominaient tous les rêves des adolescents.

29 070613-1

Une photo de famille en quelque sorte. Quelques artistes managés par Brian Epstein. De gauche à droite:  (Beatles): John Lennon – Ringo Star – George Harrison – Paul McCartney / (Gerry And The Pacemakers):  Gerry Marsden – Freddie Marsden – Les Chadwick – Les Maguire / Billy J Kramer And The Dakotas): Robin McDonald – Mike Maxfield – Billy J Kramer – Ray Jones – Tony Mansfield -/ Brian Epstein.

Billy J Kramer et son groupe les Dakotas furent ceux qui en profitèrent le plus,  ils étaient produits par George Martin, managés par Brian Epstein, qui s’occupaient aussi des donateurs. Leur premier tube « Do You Want To Know A Secret » est aussi une chanson des Beatles, mais elle figurait sur leur premier album et ne leur était pas spécialement destinée. Par contre la face B « I’ll Be On My Way » est bien un inédit des Beatles, qu’ils chanteront de temps en temps en concert. Pour la suite, Martin et Epstein arrangèrent bien les choses, ils fournirent des exclusivités qui permirent à Kramer d’obtenir de grands succès pendant deux ans. Voici toutes les chansons qui concernent cette période, celles qui furent strictement interprétées par le groupe en premier et publiées sur disques . On reconnait quand même la « patte » des Beatles sur certains.

Paul McCartney avait une petite amie de nom de Jane Asher. Cela tombait bien car son frère chantait dans un duo nommé Peter And Gordon. Il leur offrit, « A World Without Love » qui devint un très grand succès, managés par Brian Epstein. La suite fut un peu moins brillante malgré deux autres composition de la même provenance.

Ray et Dave Davies des Kinks avaient une frangine qui s’appelait Megan et qui jouait de la guitare basse au sein des Applejacks. Après un bon succès « Tell Me When », pour le disque suivant, Decca essaye de mettre le paquet et leur fait enregistrer « Like Dreamers Do », signé John et Paul. Ce n’est pas exactement un cadeau des Beatles. On sait presque tous que les Beatles ont auditionné pour Decca, mais ils sont recalés. Lors de cette audition les Bealtes ont interprété une de leurs premières compositions, justement le titre en question. Il est repêché et devient par ce coup de pouce un cadeau détourné. Malgré le charme assez évident de cette chanson, il n’obtiendra qu’un modeste succès.

Tommy Quickly fait partie de ces chanteurs qui se lancèrent à la poursuite des Beatles, sans jamais les rattraper. Sa chance fut d’être managé par Brian Epstein. Pour son premier disque, il réussit à lui fournir une chanson des Beatles « Tip Of My Tongue » qu’il enregistra pour la label Piccadilly en 1963. Cela ne suffit pas à lui apporter la notoriété. Son seul petit succès se manifesta l’année suivante avec « Wild Side Of Life » qui n’a rien à voir avec les Beatles. Cette mise en lumière attira l’attention de Vogue en France qui publia le titre en y incluant la fameuse chanson de Lennon et McCartney. Edité en 4 titres avec pochette illustrée, il est très recherché par les collectionneurs de Beatlemania. C’est en gros la seule raison pour laquelle on se rappelle de lui aujourd’hui.

Toujours sous la houlette de Brian Epstein, les Fourmost se virent aussi attribuer une chanson des Beatles pour leurs débuts « Hello Little Girl ». Cette chanson ne fut jamais exploitée réellement par les Beatles, elle fait aussi partie de l’audition chez Decca. Il fut d’abord proposée à Gerry & Pacemakers, qui l’enregistrèrent, mais qui ne fut pas publiée. Finalement, ce fut les Fourmost qui en profitèrent en en firent un bon succès, qui fut suivi d’un autre de même provenance « I’m In Love ».

Avec Dusty Springfield, Cilla Black fut la chanteuse anglaise la plus populaire dans son pays au cours des sixties. Aussi managée par Epstein, il lui fit refiler « Love Of The Loved », une autre chute des sessions Decca. Elle obtint un modeste succès, mais fut la rampe de lancement pour sa grande et longue carrière. Elle obtint un plus grand succès l’année suivante avec un autre titre portant la prestigieuse signature « It’s For You ».

PJ Proby fut une sorte de star dont on cultiva le sens de l’excès que ce titre peut comporter. Il trouva en Angleterre le succès qu’il chercha en vain dans son Amérique natale. Il bénéficia lui-aussi d’un apport Beatles avec  « That Means A Lot ». Cela n’ajouta, ni n’enleva rien à son semblant de gloire.

Le dernier de cette liste est vraiment une obscurité dont on ne parle presque pas et dont on sait pas grand chose. Le groupe The Strangers with Mike Shannon (rien à voir avec le second chanteur des Chats Sauvages), enregistra « One And One Is Two », après semble-t-il, le refus de Billy J Kramer et des Fourmost. Enfin la voici…

L’histoire n’est pas finie. Par la suite il y eut d’autres artistes qui eurent la chance d’avoir une spécialité offerte par Lennon, McCartney ou les deux. Notons que la signature du duo fait toujours cause commune. Certaines chansons sont plus le fait de l’un ou de l’autre, mais attribuées aux deux. Mais c’est quand même entre 1963 et 1965, que chanter un titre inconnu des Beatles a le plus de prestige.

Quelle belle histoire et que de souvenirs qui vont se raconter dans les maisons de retraite, très bientôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s