Léo coeur de nylon (4)

Léo, un ancien chanteur de charme devenu tenancier de bistrot, est un amoureux et inconditionnel du bas nylon. Il se rappelle avec nostalgie d’une époque où toutes les femmes portaient des bas et de toutes les coquineries que son status de vedette lui permettait pour assouvir sa passion, notamment les nombreuses photos qu’il prenait de ses conquêtes. Un soir, une dame en bas coutures pénètre dans son établissement. En observant ses chaussures, il remarque un détail qu’il avait jadis imaginé pour une de ses conquêtes. Les souvenirs envahissent les pensées de Léo. Il se souvient de sa rencontre avec un ministre et de la belle Léa, sa secrétaire. Mais les pièces d’un étrange puzzle s’assemblent peu à peu dans son esprit, Léo le sent.

Lire ce récit depuis le début

27 070613-5

Le ministre ne fut pas autrement interloqué par la question, au pire il l’admettait venant de sa part. La règle voulait qu’une secrétaire ne soit présentée seulement si elle avait  un rôle actif à jouer avec la présence du ministre. Ce n’était pas le cas présentement, elle était dans son rôle passif, celui d’une potiche joliment décorative. Mais la réputation de séducteur qui entourait Léo justifiait amplement le droit à une réponse.

– C’est ma secrétaire personnelle, Léa. Elle m’accompagne dans tous mes déplacements à titre officiel et quelquefois dans ceux à titre privé. Comme elle m’a avoué qu’elle était une de vos admiratrices, je n’ai pas hésité à lui offrir ce plaisir. Je ne pouvais lui cacher ma venue, elle sait en avance et bien mieux que moi, ce que je vais faire au cours des jours.

Léo la remercia et lui affirma qu’il était très heureux de la compter parmi ses admiratrices. Il ne put dissimuler un sourire que l’on pouvait  faire passer comme un signe de satisfaction. Mais dans sa petite cuisine cérébrale, la raison en était tout autre. Il remarqua que son prénom et le sien étaient très proches, Léo et Léa, qu’elle belle affiche cela pourrait faire. Il ne savait pas si elle était dotée d’une belle voix, et si cela pourrait faire un beau duo de scène, mais au lit il en avait imaginairement la certitude et physiquement le désir.

On servit le champagne, il y en avait toujours dans la loge de Léo. C’était une de ses rares exigences. Moins pour lui que pour les autres, il voulait tenir son rang et offrir aux éventuels visiteurs agrées, une boisson qui témoignait de l’honneur qu’il avait de les recevoir. Le ministre, accaparé par l’impresario de Léo, engagea quelques conversations aussi aimables que superficielles, il fut notamment question de l’excellence du champagne servi.

27 070613-2

Les yeux de la belle Léa lançaient des éclairs qui électrisaient les entrailles de Léo. Elle semblait être parfaitement consciente de ses effets, même qu’elle prenait plaisir à se faire encore plus désirer. En fine observatrice, elle avait remarqué que les yeux de Léo s’arrêtaient volontiers sur la bosse des jarretelles visibles de la femme du ministre. Bien qu’il le fasse avec une certaine discrétion, elle n’avait aucun doute sur la finalité de ses observations, il ne cherchait pas des taches sur la robe. Il n’y en avait d’ailleurs pas, il n’y en avait jamais. Jouant un petit jeu qu’elle improvisa, elle se mit à entamer la première partie. D’un geste innocent, elle saisit sa jarretelle arrière et la fit discrètement claquer, comme si elle lui avait causé un quelconque petit désagrément passager. Le léger bruit qui en résulta, n’échappa pas à l’oreille de Léo. Pour se donner une contenance, il but un peu de champagne sans quitter Léa des yeux, rassuré que le champagne ne soit pas entré en ébullition au contact de ses lèvres.  Amusée par le résultat, elle lui sourit d’un air entendu. Elle tenait sa coupe à la main et de l’autre semblait s’attarder sur l’endroit, où à travers sa robe ample, on pouvait supposer que la jarretelle avant tenait son bas. Ne pouvant détacher son regard de Léa, Léo nota du coin de l’œil la position de la main. Agitée de petits mouvements, comme un aveugle qui lit en braille, elle semblait vouloir inviter une autre main à venir se poser là. Le manège continua, mais Léa introduit une autre variante à son jeu. Son talon droit, posé sur la pointe, pivota à angle doit. Il laissait entrevoir la couture de son bas, qui traçait une ligne droite sombre en jaillissant de l’empiècement en dessin cubain. Sans s’attribuer le titre d’expert, Léo connaissait la différence des talons du bas, qui se faisaient une petite guerre entre le cubain et le français. Il s’en foutait un peu, n’étant pas général d’une armée qui s’affrontait dans une guerre en dentelles. Tout au plus, il regrettait que le bas sans coutures prenne le dessus sur son rival. Pour son éternité personnelle, le bas à coutures resterait l’étendard sous lequel l’élégance partirait au combat. Son lot de consolation, la couture restait de mise dans les soirées ou le spectacle était certainement dans la salle, mais aussi sur les jambes féminines en particulier.

27 070613-4

– Eh Léo, tu sembles bizarre ce soir, encore perdu dans tes rêveries ?

– Faut pas chercher à comprendre, j’étais avec un ministre !

– Ah tu fréquentes les ministres maintenant ?

– Pas maintenant, mais jadis j’en ai rencontré un.

– Et il buvait quoi, ton ministre?

– Du champagne, mais ce n’est pas pour les buveurs de gros rouge comme toi !

– Oh tu sais, si tu en as, j’ai les moyens pour en boire avec toi.

– Je te prends au mot, mais fais voir l’argent d’abord !

– Avec ça, ça ira ?

-Oui, ça ira, ça ira, et on va pas foutre les bourgeois à la lanterne !

Le champagne était à la cave, il y en avait quelques bouteilles réservées pour les grands soirs. C’était peut-être un grand soir, qui sait. Il avait retrouvé Léa et son ombre l’accompagna en descendant les escaliers. Ce n’était qu’une ombre, mais elle lui faisait un bien énorme. Il ne savait pas ce qu’elle était devenue, elle s’était envolée avec les derniers applaudissements de sa carrière. Il avait certes un peu bu, mais pas assez pour ne plus y voir clair. Sa lucidité ressemblait à un réverbère et ce réverbère commençait à éclairer d’étranges choses.

27 070613-1

27 070613-3

27 070613-6

Lire la suite

2 réflexions sur “Léo coeur de nylon (4)

  1. Décidément j’aime bien ce Léo qui a de vraies bonnes pensées concernant l’évolution du bas et la disparition (regrettée) du bas à couture.
    C’est un pur ce Léo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s