Léo coeur de nylon (31)

Léo, un ancien chanteur de charme devenu tenancier de bistrot, est un amoureux et inconditionnel du bas nylon. Il se rappelle avec nostalgie d’une époque où toutes les femmes portaient des bas et de toutes les coquineries que son status de vedette lui permettait pour assouvir sa passion, notamment les nombreuses photos qu’il prenait de ses conquêtes. Un soir, une dame en bas coutures pénètre dans son établissement. En observant ses chaussures, il remarque un détail qu’il avait jadis imaginé pour une de ses conquêtes. Les souvenirs envahissent les pensées de Léo. Il se souvient de sa rencontre avec un ministre et de la belle Léa, sa secrétaire. Mais les pièces d’un étrange puzzle s’assemblent peu à peu dans son esprit. A la fermeture du bistro, Léo consulte son album de photos, se couche et pense à son ancienne conquête, Léa. Après une nuit d’insomnie, il parle avec Marly qui devrait l’aider à élucider la mort mystérieuse d’une de ses anciennes conquêtes, Lucienne. Léo attend le soir où il va pouvoir parler avec Marly et son amie, en espérant que la lumière jaillira de sa conversation. Lors de la conversation, l’amie cite un nom qui fait réagir Léo, un ancien musicien de Léo qui semble tremper dans une histoire louche. La conversation se poursuit, il veut montrer une photo de son ancienne conquête, ils concluent qu’ils doivent informer la police de leurs découvertes. Un policier demande à voir Léo. Il lui pose des questions destinées à faire rebondir l’enquête sur le meurtre de son ancienne copine. Après le départ du policier, Léo invite Marly à discuter et manger un morceau. Une information éclaire l’histoire sous un jour nouveau. En attendant la suite, Léo va raconter une de ses histoires vécues dont il a le secret. suite à une tempête de neige, il doit prendre le train pour aller à Marseille donner un concert. Il a rencontré la charmante Huguette, qui l’accompagne dans son voyage. Une troisième dame les rejoint dans le compartiment, assez démonstrative et ensuite le contrôleur. Ces dames profitent pour changer leurs bas sous l’oeil de Léo. Après le concert, Léo et ses invités se rendent dans le magasin de lingerie d’Huguette, compagne d’un soir pour Léo. Un agréable imprévu s’annonce. Pendant son récit, un inconnu entre dans le bistrot et demande à voir Léo, il a des révélations à lui faire.

Vous pouvez lire le début complet de ce récit en cliquant sur l’image ci-dessous.

30 030114-1

Léo marqua un grand signe d’ébahissement, mordit dans sa clope et poussa un long soupir.

– Elle ne m’a jamais parlé de ça, pas un mot ! Je la croyais plus ou moins libre de ses sentiments. La première fois que je l’ai rencontrée, c’est par  hasard quand j’étais à une soirée avec une de mes autres conquêtes, Léa. Comme j’étais pas une exclusivité de cette Léa, je l’ai draguée et elle a répondu à mes appels.

– La Froideur ne demandait pas non plus l’exclusivité, il ne la voyait pas pendant quelques jours sans problèmes. Il ne lui demandait même pas ce qu’elle avait fait, tout au plus si elle s’était bien amusée, avec un sourire moqueur. Il savait qu’elle pouvait éventuellement commettre des infidélités. Il était comme ça avec les femmes, il aimait leur présence quand il avait des envies, mais le reste du temps, les affaires importaient plus. Mais j’en viens à ma visite.

– Cela mérite encore un verre de champagne, dit Léo en faisant la tournée des verres et en les remplissant.

– Le flics, d’après ma conversation avec eux, m’ont l’air assez bien renseignés. Une chose qu’ils ne savent pas et que moi je sais, c’est que mon chef et employeur avait posé un contrat* sur un certain Monti.

– Le souteneur ?

– Oui ! La Froideur détestait cordialement les souteneurs. Pour lui, ce n’était que des demi-portions qui n’avaient pas assez de couilles pour gagner malhonnêtement leur vie, aller au turbin en payant de sa personne. Bon, je dirais qu’ils sont un mal nécessaire dans le milieu, souvent ils sont des indicateurs, pas seulement pour la police, mais aussi pour eux. Monti était franchement amoureux de Lucienne, il voulait la mettre sur le trottoir, c’est leur manière d’aimer. La Froideur commençait à le trouver un peu trop envahissant, il avait proposé de lui racheter Lucienne, ce qu’il avait pris carrément pour une insulte. Cela aurait pu se résumer à un simple avertissement, mais il y avait plus grave. Monti voulait absolument introduire dans le milieu, un certain bonhomme qui avait un magasin à Pigalle, genre import américain.

30 030114-2

Léo coupa la conversation.

– Un flic est venu vers moi me poser des questions récemment, il m’a dit qu’ils étaient en train de le rechercher.

– Oui, il s’appelait Kastler. Le problème, c’est que Monti le servait comme indicateur pour son compte. Il croyait, là il prenait ses désirs pour des réalités, que les gens le milieu lui faisait des confidences, qu’il était adopté. Monti voulait préserver sa tranquillité et son coin de trottoir en donnant quelques indications aux flics, manière de se montrer coopératif. Le problème, c’est qu’ils lui ont tendu un piège. Devant Kastler, ils ont monté une cabale qui pouvait faire croire à Kastler qu’ils étaient en train de préparer un coup, un hold-up, mais complètement imaginaire.

Léo regarda Marly et Isabelle, il leur glissa un clin d’œil, il semblait ravi d’écouter les histoires de Seiler.

– La piège a fonctionné, au lieu supposé du hold-up, c’était bourré de flics en planque, preuve que Kastler  travaillait pour Monti. Mais ils signaient leur arrêt de mort, ce genre de trucs ne pardonne pas. La Froideur donna des ordres.

– On sait que Monti a été descendu, mais Kastler ?

– Ce que je vais vous dire, vous êtes les premières personnes en dehors du milieu à le savoir. Je n’en ai jamais parlé aux flics, ni à personne. Kastler a été exécuté et il a été enterré discrètement dans un lieu que je connais. Monti pouvait avoir été descendu par un tas de personnes. Kastler était trop ciblé, les flics auraient tourné de manière trop précise autour de La Froideur. Il valait mieux qu’il disparaisse à jamais.

30 030114-3

– Mais pourquoi tu nous raconte tout ça ?

– J’ai mes raisons. La première est que Lucienne était de mon sang en partie, je veux éclaircir les circonstances de sa mort, j’ai aussi le droit de savoir et cette affaire rebondit grâce à toi.  La seconde est, comme je vous l’ai dit, j’ai quitté le milieu et ils m’ont laissé tranquille. Pas sans raisons. La Froidure est mort, si vous ne le savez pas, emporté par une leucémie. Le reste de l’équipe est en prison, ils ont fini par se faire attraper pour une raison ou une autre. Mais ils ont des condamnations qui peuvent encore leur laisser un espoir de sortir un jour. Mon secret de longévité, c’est qu’au moins pour un d’entre eux, le second de la bande, je détiens la preuve qu’il est un meurtrier. Le flingue qui a servi à buter Monti et Kastler est en ma possession. Dans un endroit, que je suis seul à connaitre, avec une confession très précise très précise sur ses états de service. Je les ai avertis que si je venais à disparaître, il surgirait de l’ombre. La solidarité du milieu a joué, ils m’ont foutu la paix, tout en leur certifiant que je me tairais, ni n’exercerait un chantage quelconque envers eux.

– Je comprends, approuva Léo. Un meurtrier joue les innocents en prison, mais il n’a fait que tuer deux fripouilles. Pas besoin de l’enfoncer plus, c’est donnant-donnant .

– C’est exactement cela. J’ai choisi cette manière de me tirer de ce monde, tout en laissant Lucienne se débattre avec eux.

– Ton histoire ne nous mets pas sur les traces de son meurtrier et comment les chaussures sont arrivées sur les pieds de la miss qui les portait à la réception.

– Là, je peux peut-être vous aider, c’est aussi pour cela que je suis venu. Je voudrais voir les photos que tu prenais de tes conquêtes, je me suis rappelé de quelque chose que Lucienne m’avait dit peu de temps avant sa mort. Je n’en dis pas plus, mais je crois que je tiens une piste. La solution est peut-être dans tes photos.

A suivre

30 030114-4

30 030114-5

Une réflexion sur “Léo coeur de nylon (31)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s