Eclats de nylon et vieux papiers (5)

18 022516 16

18 022516 17

18 022516 18

18 022516 21

18 022516 22

18 022516 23

18 022516 24

Froissons les vieux papiers…

En 1905, que pouvait représenter la Russie pour un citoyen de l’Europe occidentale?

Le premier mot qui pouvait venir à l’esprit est celui de tsar. Nous avions nos rois, eux ils avaient leurs tsars. En ce début de siècle, le dernier règne encore, Nicolas II. Il est à la tête d’un empire, l’un des plus étendus de la planète, le seul qui se situe géographiquement sur deux continents d’un seul bloc. On ne connaît alors la Russie que par bribes, quelques compositeurs classiques, des ballets russes, quelques écrivains, une langue, pas si vilaine que ça, que l’on peut parfois entendre en de rares occasions. 

Le meilleur moyen de s’en faire une idée est encore de lire Jules Verne et « Michel Strogoff », mais l’histoire se situe déjà dans le passé. Le présent, c’est 1905. On ne peut pas dire que le peuple de Russie vit dans l’opulence, le pouvoir, lui, vit confortablement, très confortablement. Le tsar a bien tenté quelques réformes pour répondre à la révolution industrielle. Malgré toutes les richesses du pays en matières premières, des plaines immenses propices à la culture, tous ses efforts ratent leur cibles. D’un côté, il n’appuie pas à fond sur la pédales des gaz, il se contente de quelques réformettes, des libéralisations qui ne sont suivies d’aucun véritable effet de mise en place.

Le mécontentement s’installe durablement et finira par fomenter de graves troubles dont le symbole le plus connu est le nom d’un bateau, le Potemkine. Une mutinerie éclate à son bord en octobre, elle sera le phare de tous les mouvements de revendication qui enflamment le pays à travers une grève générale. Historiquement, elle sera la première révolution que fera trembler le pouvoir d’alors sans le faire tomber. Elle se déroule en juin 1905, mais celle qui transfigurera le pays est celle de 1917, dite révolution d’octobre.

Les journaux occidentaux accorderont une place assez importante à cet événement, presque du direct pour certains en feuilleton quotidien. Si on s’y intéresse, ce n’est pas hasard. La Russie est quand même une grande puissance militaire et économique. C’est un océan dont les vagues, s’il s’agite un peu trop, peuvent atteindre nos rivages. 

En avril 1903, on ne parle pas encore de mutinerie, mais on peut en voir poindre une des causes et comprendre les origines du nom du bateau qui fera l’actualité deux ans plus tard.

18 022516 2

Jeudi 29 juin 1905, premier article sur le sujet, commenté en plusieurs endroits de l’édition. Si vous êtes attentifs, vous remarquerez que Varsovie est encore inclus sans l’empire russe, il en sera autrement après la guerre 14-18. 

18 022516 1

On y va carrément, on parle de guerre, tout en donnant des précisions sur ce qui s’est passé sur le bateau.

18 022516 3

Samedi 1 juillet 1905, plus de détails.18 022516 4

Samedi 3 juillet 1905, on voit assez bien toutes les fantaisies que peut entraîner un période trouble. Le Potemkine qui avait été annoncé comme arraisonné le jour avant semble encore bien en forme. Cela correspond à la vérité historique. La propagande, a beau jeu face aux moyens de communication rudimentaires.

18 022516 5

6 juillet 1905, le journal pourtant assez à droite semble soutenir les insurgés. Il emploie des mots assez durs tout en craignant une possible émergence des mouvements socialistes, bon faut quand même pas trop pousser. La révolution oui, le socialisme non.

18 022516 7

11 juillet 1905, le feuilleton qui alimente l’odyssée du cuirassé quotidiennement relate ce qu’il advient de lui. On apprend qu’il s’est arrêté dans un port de Roumanie, il a bien sûr quitté le port d’Odessa. Les membres de l’équipage connurent des fortunes diverses, condamnation à mort ou à des lourdes peines de prison pour ceux restés en Russie. D’autres restèrent en Roumanie, terre d’accueil, certains partirent en Amérique du sud. Le pouvoir russe survécut plutôt mal que bien à cette page de son histoire. Mais le ver était dans le fruit, l’idée de renverser le tsar ne fut pas pour autant abandonnée. Lénine et ses camarades y travaillèrent incessamment. Après la révolution de 1917, quelques anciens marins en exil rentrèrent en Russie et furent accueillis en héros. La révolte devint un symbole national pour les Communistes. Ils commandèrent à Sergueï Eisenstein son fameux film, le Cuirassé Potemkime, sorti en 1925, pour se rappeler de l’événement. Il est considéré comme un monument du cinéma mondial, par tellement pour les opinions politiques qu’il affiche, mais pour sa grandiose mise en scène. 

18 022516 8

Près de trois semaines après, on publie un témoignage qui raconte, selon la version du témoin, comment on est arrivé à la mutinerie.18 022516 9

Ne nous y trompons pas, cette révolte a façonnée l’Europe de manière durable. Sans elle, la révolution d’octobre n’aurait peut-être jamais eu lieu. Ce fut la fin du régime des tsars avec l’exécution de Nicolas II et d’une partie de sa famille en 1918. Une autre partie préféra partir en exil avant que la situation ne devienne trop dangereuse pour eux. On trouve encore aujourd’hui des prétendants au trône de Russie, dont la liste est soigneusement mise à jour par les descendants des tsars. J’en ai même rencontré un par hasard, alors que j’étais client dans un magasin lors d’un séjour à Genève.

Il était environ 18 heures, lorsqu’un monsieur, un octogénaire d’apparence encore alerte, entra et s’adressa au gérant:

– Vous permettez que je téléphone? Je suis attendu par des amis et ma voiture vient de tomber en panne.

Avec l’autorisation de patron des lieux, il se saisit du téléphone et compose un numéro:

– C’est le prince Romanov, je suis en panne avec ma voiture et j’arriverai un peu plus tard… non, non, je me débrouille tout seul, merci!

Evidemment ce n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd. J’ai fait ma petite enquête. Il s’agissait de Nicolas Romanov, arrière-arrière-petit-fils du tsar Nicolas I. Depuis 1992, selon la descendance, désigné par la famille et au cas où, il pouvait monter sur le trône de Russie. Honnêtement cela n’avait pas l’air de le préoccuper plus que cela. Il est décédé en 2014 à un âge très respectable. Vous voyez que je fréquente du beau monde…

******

En 1905, quel pouvait être le prix d’un loyer et à quoi cela correspondait-il par rapport au coût de la vie?

Pour s’en faire une petite idée regardons cette offre qui fixe le prix d’un appartement de 3 pièces à 450 fr par an, soit 37,50 fr par mois. Remarquez que l’annonce précise dans maison d’ordre, on peut imaginer qu’il faut se tenir à carreau. Le journal, un quotidien, dans lequel est paru cette annonce annonce un prix d’abonnement de 10 fr par an. Comparez aujourd’hui votre loyer et un prix d’abonnement du même type au journal local. Ici, le prix du loyer est de 45 fois plus élevé que l’abonnement. Pour mon cas personnel, j’arrive à un calcul qui me dit que c’est à peu près la même chose maintenant, environ 42 fois, mais pour un appartement de plus haut standing et plus vaste. 

18 022516 10

Un divertissement, tel que l’on pouvait en trouver à l’époque où le cinéma et la radio étaient encore quelque chose de marginal dans un coin perdu de province. J’ai été intrigué par la vedette, Mathilde D’Antin, un nom qui sonne bien parisien et que l’on classe comme chanteur légère. Dans le langage de l’époque, c’est un autre terme pour chanteuse de variétés, non elle ne montre pas ses cuisses. A mon étonnement, j’ai retrouvé sa trace dans un journal cannois de la même année où elle se produisait au casino. Donc il semblerait qu’elle avait une certaine notoriété. 

18 022516 12

18 022516 15

Dans ce même journal, deux entrefilets où l’on peut y voir une pointe d’humour.

Ca sent la m…

18 022516 13

Eh oui déjà…

18 022516 14

Et pour finir, un chauffard version 1905

18 022516 11

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s