Nylon paparazzi (29)

32-091516-10

Allons encore une fois nous promener dans les journaux canadiens francophones…

Nous somme juste après la guerre, il faut relancer le commerce. Deux petites pubs qui concernent des gaines, l’une pour dames, l’autre pour jeunes filles. Rappelons quand même un fait, dès l’âge de 12 – 13 ans les filles commençaient à porter des bas, c’était quasiment naturel. Quand j’étais à l’école, en 1965, je me souviens d’une fille de 11 ans qui en portait déjà, avec un magnifique porte-jarretelles que je pouvais voir sécher au soleil devant la maison les jours de lessive. Essayez d’envoyer votre fille ainsi à l’école aujourd’hui!

32-091516-1

32-091516-2

32-091516-6

32-091516-16

En 1956, un journal reprend ce que l’on pourrait intituler « histoire de la torture féminine de l’antiquité à nos jours ». Cet article relate ce qui touche au corset et à ses diverses formes à travers les âges. De tous temps la femme a voulu avoir la taille la plus fine possible, du moins pour ce qui était des sociétés que l’on pourrait considérer comme occidentales en adoptant la géographie actuelle. Jusqu’au début du 20ème siècle et des premiers mouvement d’émancipation féminine, la plupart des femmes considéraient comme une obligation d’avoir la taille serrée à l’extrême, plus spécialement dans les milieux bourgeois et royaux. On imagine péniblement les paysannes et glaneuses aller accomplir leur travail en corset. Cet article est instructif, car il présente une synthèse avec illustrations des différentes époques et de l’évolution de ce vêtement selon les moeurs d’antan. On peut cliquer pour une meilleure lecture.

32-091516-3

32-091516-15

Quelques publicités étalées sur plus de 40 ans. En 1923, il n’était pas encore question de bas nylon, c’était le bas principalement fabriqué avec la soie. Bien sûr, c’était réservé aux grandes occasions, car il était plutôt onéreux. Mais soyons honnêtes, toutes les dames ne montraient pas leurs jambes, seules quelques téméraires et plus ou moins séductrices professionnelles se permettaient une certaine forme de jupe courte, au pire en dessous du genou. La minijupe est encore un rêve de couturier, la femme honnête s’habille de long. Les jambes sont cachées et pour ce qui est de leur habillement, des bandes molletières pourraient tout aussi bien faire l’affaire.
En 1927, on propose à la vente des bas de soie qui présentent des défauts de fabrication. Le prix en est réduit, ainsi les fauchées peuvent crâner à moindre prix. Plus loin, un article entre la gaine et le corset. Il est proposé avec six jarretelles, c’est la première fois que je trouve ce genre de mention dans une publicité. On est encore à quelques grandes encablures de ce qui deviendra presque un standard aujourd’hui pour celles qui « osent » porter des bas. Autre fait assez marrant, un pack de six jarretelles de secours coûte 7$, tandis que le tout vous coûtera 11$. Il est vrai qu’aujourd’hui certains accessoires de voiture reviennent presque plus chers que la voiture elle-même.  De l’autre côté nous allons vers 1967, alors que le bas est en train de disparaître. C’est une époque de flottement, toutes les jeunes filles ne portent pas encore des collants, on peut encore titiller la possible cliente pour une gaine qui affiche encore le mot jarretelle dans sa description.

32-091516-4

32-091516-13

Un article beaucoup plus récent datant de 1991. Il fait le point de la lingerie chez les Canadiennes. On peut comparer avec ce qui se pratiquait chez nous en même temps.

32-091516-5

32-091516-11

Complètement à part, un article de 1950. Au canada il existe des écoles où l’on séjourne en interne. Bien sûr il faut avoir son petit bagage avec soi, le nécessaire quoi! Voici une liste établie des choses plus ou moins indispensables. C’est un bon thermomètre pour savoir ce qui était bien ou mal vu chez les élèves. Pour les filles, par exemple, le pyjama est proscrit. S’il n’est pas fait allusion au bas nylon pour ces demoiselles, par contre on trouve les jarretelles ou jarretières pour les garçons. Alors au Canada on encourage le travesti? Je ne crois pas, car il faut se mettre en tête que le sport national au Canada est le hockey sur glace et il est pratiqué par presque tous les garçons. Et ma foi, cet accessoire est assez courant dans la pratique de ce sport qui requiert un équipement voisin de nos bonnes vieilles armures. D’une part pour le froid, et aussi pour se protéger des contacts enter joueurs et pas du tout, ou rarement, sanctionnés par l’arbitre s’il n’est pas résolument volontaire. Ces jarretelles servent à tenir les gros bas qu’ils portent et agissent un peu à la manière d’un fixe-chaussettes. Ce n’est pas un accessoire de séduction, mois un article utilitaire. Quand à affirmer que les dames en raffolent, je n’irai pas aussi loin. Mais chacun fait ce qu’il veut. 

32-091516-7

32-091516-12

32-091516-9

32-091516-8

2 réflexions sur “Nylon paparazzi (29)

  1. Un historique remarquable qui nous remet bien en mémoire le bas nylon et les gaines jarretelles aussi bien pour la femme que pour la jeune fille . Et comme la pub de 1967, chez Fernande…je B…….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s