Eclats de nylon et vieux papiers (35)

Eclats de nylon et une maison d’apparence bien banale

 

21-112016-20

 

21-112016-23

 

Les vieux papiers ou comment les journaux et autres nous donnent une vision de ce que furent la vie et l’actualité en d’autres temps

21-112016-14

Henri Lafont et Pierre Bonny

Dans toutes les époques de l’histoire, il y a des sinistres personnages qui surgissent. La période de l’occupation 1940-1944 n’en fut pas exempte. Les plus férus d’entre vous savent très bien ce qui se cachait sur la désignation de La Carlinge, rien de moins que la Gestapo française, sise au 93 rue Lauriston dans le 16ème arrondissement. L’endroit n’avait rien d’une caserne, une simple maison d’apparence banale quand on passe à côté. Pourtant combien de hurlements retentirent dans cette maison où on torturait assassinait presque par plaisir?

Son histoire est pour toujours liée à deux personnages, Henri Lafont et Pierre Bony, le chef et le sous- chef. Deux sinistres crapules qui profitèrent de l’air du temps pour accumuler un symbole relatif de puissance et finir dans les poubelles de l’histoire.

A la décharge de Lafont, de son vrai nom Henri Chamberlin, on ne peut pas dire que les fées se sont penchées sur son berceau. Né en 1902, il est très vitre confronté aux duretés de la vie et livré à lui-même dès l’âge de 11 ans. Nul doute qu’il dut subir plus d’une fois les aléas d’une société qui ne lui lissait guère le choix de penser qu’elle pouvait lui offrir un minimum de sourires. Devenu rapidement un délinquant, pas toujours condamné à bon escient, il risque d’être envoyé au bagne et il doit se cacher, il s’appellera désormais Lafont. De petits coup d’éclats en coups montés, quand l’occupation arrive, il finit par être engagé dans les rangs de l’Abwehr, le redoutable service de renseignements allemand pas toujours très regardant sur le passé de ses collaborateurs, terme qui aurait pu faire fortune en droit d’auteur durant cette période trouble. Il y devient vite un personnage puissant, redouté et redoutable. Nul doute qu’il tient là sa revanche sur la vie, il est quelqu’un et dispose d’une carte blanche qui sera vite teintée de sang. A l’instar des pratiques allemandes dans les camps de concentration, il s’entourera d’une équipe de lieutenants issus des rangs des droits communs, qu’il fera sortir de la prison de Fresnes avec la célèbre phrase qu’on lui attribue: tu es libre, mais tu m’appelleras patron!

Son principal adjoint est un ancien flic, Pierre Bonny, né en 1895. Il est déjà célèbre à sa manière, il a tenu des rôles plus ou moins troubles dans différentes affaires retentissantes, Seznec, Stavisky, Prince. Révoqué de la police et condamné pour corruption en 1935, on le retrouvera quelques années plus tard en compagnie de Lafont. A vrai dire le personnage est assez insaisissable, ambigu, peut-être vénal. Il semble avoir été un homme politiquement à gauche durant des années, alors comment peut-il se retrouver dans les rangs de la Gestapo. Une des explication données, il a toujours considéré sa destitution de la police comme une injustice. Si Lafont agit toujours avec un certain panache, Bonny est plutôt son contraire. Il est vrai que malgré les tonnes de livres qui lui sont consacrés, on a jamais très bien su quel personnage il était réellement, lui-même le savait-il?

Malgré son côté sinistre, le 93 de la rue Lauriston va devenir le centre d’intérêt de bien des personnages. Si on y torture quasiment sans relâche, c’est aussi un gigantesque centre de toutes sortes de trafics où tout peut s’acheter ou se vendre, même la liberté. Tout dépend de l’humeur du patron, il peut avoir une faiblesse pour un crime impardonnable selon les moeurs de l’époque, ou alors devenir un sadique pour une peccadille. Sans aucun doute, il sera pendant quelques années, une des personnalités de Paris. D’un clin d’oeil, il peut s’approprier de tout ce dont il en a envie, mais il peut vous décrocher la lune moyennant une valise de billets. Il mène grande vie, c’est un combinard, des personnages importants viennent le solliciter, disons pour une affaire les concernant. Il est aussi sur un plan plus militaire, il a le grade de capitaine SS, un fervent chasseur sans pitié de partisans.

Evidemment, cette sorte de paradis terrestre pour lui prendra fin brutalement en 1944. Alors que les collaborationnistes bien en vue fuient en Allemagne, il reste ainsi que Bonny, sans doute confiants en leur mauvaise étoile. Planqués dans une ferme, ils espèrent passer en Espagne, mais sont arrêtés le 30 août 1944.

Une fois les autres membres de la Gestapo encore « disponibles » mis hors circuit, un procès qui commencera en décembre 44 amènera les coupables devant la justice de l’épuration. On peut s’étonner de la rapidité de sa mise en route, l’est de la France n’est pas encore libéré. Comme tout ce qui touche à la politique est sensible, il ne faut pas se laisser les langues se délier. On peut très bien imaginer que certains personnages ne gagneraient pas à être connus. Ceux qui entrèrent dans la résistance à 23 h 59, ne seront pas les derniers à condamner cette pourriture dont ils se targuaient d’être les amis une année avant, oui c’était avant et il vaut mieux que cela ne se sache pas.
Ce procès a été quelque peu mené au pas de charge, il aurait dû se dérouler sur des mois, faire apparaître tous le tenants et les aboutissants. Il n’aurait blanchi en rien les principaux accusés, mais il en aurait noirci bien des autres, sans doute tout aussi coupables envers la justice qui devait moralement être rendue à tous ceux qui ont souffert à cause d’eux. Mais ça c’est une autre histoire, que l’histoire n’avait pas envie qu’elle figure plus tard dans ses livres.

Bien évidemment ce procès fut repris et commenté par la presse pour l’essentiel. Voici, sur la dizaine de jours qu’il dura, ce qu’en résume au jour le jour le journal Ce Soir, l’un des quotidiens de la libération. Assez minimaliste, il ne contient qu’une feuille imprimée des deux côtés, le papier est rare, aussi rare que les vrais résistants.

21-112016-1

21-112016-2

Pour ceux qui ne le sauraient pas, Geneviève de Gaulle, est la nièce du fameux général. Résistante, elle fut déportée à Ravensbruck, camp d’extermination des femmes. Elle en revint et mourut en 2002. 

21-112016-3

21-112016-4

21-112016-5

21-112016-6

21-112016-7

21-112016-8

21-112016-9

21-112016-10

21-112016-11

Source Gallica, BND, DP

4 réflexions sur “Eclats de nylon et vieux papiers (35)

    • Merci Claire,

      Vos préférences sont les miennes vous pensez bien. Bien que je pense que les dames qui portent exclusivement des bas sont plutôt rares, quoique j’en connaisse, celles qui savent alterner sont beaucoup plus nombreuses. Il faut juste choisir les moments où ils deviennent plus qu’un simple accessoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s