Eclats de nylon et vieux papiers (36)

Eclats de nylon et imaginons l’imagination

30-120316-15

30-120316-16

Les vieux papiers ou comment les journaux et autres nous donnent une vision de ce que furent la vie et l’actualité en d’autres temps

Votre imagination travaille toujours, même si vous ne le savez pas. Quand on vous parle de quelque chose, immédiatement vous créez une image abstraite ou réelle de ce dont on vous parle. Elle sera abstraite si, par exemple, l’on vous raconte un récit dans une ville dont vous n’avez jamais entendu parler. Par contre si vous l’avez visitée il y a 20 ans, vous ferez appel à ce qui constitue vos souvenirs de votre passage dans cette ville. Ces souvenirs peuvent être lointains et déformés dans votre mémoire, mais vous en contenterez certainement sur l’instant. L’endroit aura certainement changé, mais pour vous, il sera comme lors de votre visite. Vous avez certainement tous vu un film avec Louis de Funès, là quand je vous cite le nom, vous avez bien une image du personnage qui vous est venue à l’esprit, assurément celle d’une scène que vous avez vue dans un de ses films. Dites-moi, le personnage n’avait plus beaucoup de cheveux sur tête? Vous allez me répondre oui, car il y a de fortes chances pour que ce film soit l’un de ceux où il tenait la vedette, après 1964-65. Pourtant, bien plus chevelu, il apparaît dans d’innombrables fils où il n’a que des rôles assez secondaires. C’est une illustration de la manière dont les choses peuvent évoluer au fil du temps. On garde plus volontiers le souvenir de ce qui est récent, à la limite dans le cas de l’acteur, vous n’arrivez pas à vous le représenter chevelu.

En parlant de Paris, on voit la ville comme elle est aujourd’hui, très étendue avec sa banlieue. On a l’impression d’y être bien avant de fouler ce qui est véritablement Paris et ses vingt arrondissements. Elle fut bien moins étendue évidemment. En 1730, sous le règne de Louis XV, on peut voir son étendue sur une carte. Pour se repérer au niveau des distances, on peut prendre l’avenue des Champs Elysées qui existe déjà, de la Place de l’Etoile (en haut à gauche), à l’actuelle Place de la Concorde (environ 2 km). A l’époque c’est principalement des jardins et des potagers, même aujourd’hui le bas de l’avenue est peu construit, ce sont toujours des jardins. A l’ouest c’est la frontière de Paris, la frontière à l’est étant à peu près l’emplacement de la Place de la Bastille.

30-120316-3

La bastille justement, on en parle beaucoup mais peu de gens savent à quoi elle ressemblait. La voici, c’était une prison et impossible de s’y tromper en la regardant.

30-120316-2

Et Versailles, que voici vers 1660

30-120316-4

30-120316-1

Le Louvre vers 1620, encore résidence royale sous Louis XIII, un jeune roi. Louis XIV choisira Versailles. Il est le plus grand palais européen.

30-120316-5

Le Pont Neuf, achevé en 1607, plus vieux pont de Paris encore en activité. Louis XIV l’a sans doute franchi quelques fois.

30-120316-6

Une photo qui pourrait poser quelques problèmes pour quelqu’un qui voudrait identifier la ville dans laquelle elle a été prise. A première vue et d’après l’architecture on pourrait penser à une ville d’Orient. Mais, on voit au fond quelque chose qui pourrait ressembler à La tour Eiffel. C’est bien elle et c’est bien Paris. Cette photo a été prise lors de l’Exposition Universelle de 1900, une exposition qui s’affichait avec un grand faste et qui se voulait universelle selon les critères d’alors, d’où ces bâtiments qui ne sont pas à proprement parler d’inspiration architecturale française. En dessous, le pont Alexandre III tel qu’il paraît aujourd’hui, débarrassé de ses maisons éphémères. Vous remarquerez que les lampadaires sont quasiment identiques. 

30-120316-7

30-120316-8

En conclusion, vous aurez compris que les souvenirs peuvent être fugaces et évoluer au fil du temps. C’est une constante des personnes qui aiment l’histoire, il n’y pas beaucoup de hasard, si tel ou tel endroit paraît ainsi aujourd’hui, il y très probablement une bonne raison, encore faut-il la connaître. Et j’adore Paris pour cela, c’est une magnifique « machine » à remonter le temps.

Sources Gallica, BNF, DP

8 réflexions sur “Eclats de nylon et vieux papiers (36)

  1. très bel article que ce soit par les photos de ces belles dames , que ce soit par ce retour dans le passé de Paris ainsi que de son évolution , la ville a beaucoup changé et elle le continuera encore je l’espère 🙂 bon week-end 🙂

    • Merci l’Ami,

      Paris sera toujours Paris, il change, mais pour moi c’est toujours la ville de tous les possibles. L’évolution de mon blog et mes articles dans d’autres domaines ont toujours eu Paris comme point de départ.

      Bonne semaine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s