Demandez à ma secrétaire !

Oui je sais, les secrétaires vous passionnent. Il n’y a qu’à voir le nombres recherches effectuées ici ou là et qui atterrissent sur des blogs où l’on en parle, le mien par exemple. Mais dites-moi, qu’est-ce qui vous attire le plus vers cette gentille dame? Le fait que vous l’imaginez couverte de dessous affriolants ou celui qui vous transforme en patron le temps d’une rêverie? Je ne sais pas, à vous de répondre. Personnellement, j’ai un tas de secrétaires qui tournent dans ma sphère professionnelle, avec qui je dois collaborer de temps à autre comme préposé à certaines tâches administratives. La réalité de la secrétaire d’aujourd’hui est sans doute plus terne. Peu de dames qui s’habillent avec des tenues qui nous laissent deviner une envolée de charmes aguicheurs cachés sous des robes ou des jupes qui ne demandent qu’à êtres enlevées par le supérieur hiérarchique. Ce peu laisse quand même entendre qu’elles existent. Je dois répondre oui, car j’en ai connu quand même une ou deux. Trois serait exact. Une avec qui j’ai abordé le sujet, de manière bien détournée, m’a carrément avoué qu’elle portait quelquefois des bas. Remarquez que je la soupçonnais d’en porter. Pas fou le mec, je prospectais ailleurs qu’en terrain miné. La seule chose dont je ne suis pas sûr, elle ne m’a pas dit qu’elle en portait au travail. Mais comme je sais que ses relations matrimoniales ne sont pas tout à fait sous un ciel que l’on pourrait considérer comme bleu, il y a quelques chances. Je l’ai vue très souvent en jupe, mais c’était avant ses aveux. Peu après, elle a migré ailleurs et je n’ai pas pu me lancer dans d’autres investigations. Le seconde était plutôt une demie secrétaire, très attachée à ses bas jarretières qu’elle réajustait à travers le tissu de sa robe de manière pas toujours très discrète, avec claquement de l’élastique à la clef. Une sorte de son et lumière version feu d’artifesse, car elle avait plutôt l’air allumée côté libido. Elle aussi, est partie vers d’autres lieux. La troisième, la meilleure, était une secrétaire de direction venue faire un remplacement. Elle portait des jupes assez serrées et nous n’avions pas trop de peine à voir les bosses de ses jarretelles à travers. Quand je dis nous, je me marre. J »observais mes collègues masculins qui regardaient discrètement, l’air de rien, quand elle se pointait à quelque part. Bien sûr, ils n’admiraient pas sa chevelure, je peux vous le certifier. Un peu timides les mecs. La question que je me posais, c’était de savoir si elle ne cherchait pas un poste fixe. Mais bon, elle a fait son temps et nous a quittés, soit la technique n’en était pas une où elle n’a pas marché, allez savoir.


Alors si vous vous deviez engager une secrétaire, comment la définiriez-vous? Belle, efficace, souriante, basse prétention de salaire, elle porte des bas au quotidien et accepte de venir dîner avec vous? Oui le secrétaire idéale, allez, rêvez! Bien sûr elle doit exister, mais si vous avez un commerce de visserie en gros, elle ne doit pas être ce qu’il vous faut, on peut imaginer que ce genre de personnel vise un poste plus en vue, genre direction générale d’une grande entreprise. A moins que vous ne soyez le mâle irrésistible que toute femme femme rêve de conquérir, je sais il y des prétentieux comme cela. Là, je dois encore jouer un peu les trouble-fête. Si ce genre de femme existe, il existe c’est certain, je crois pouvoir dire qu’elle ne sont pas une majorité. Votre charme réside peut-être ailleurs qu’à l’endroit où vous l’imaginez. Regardez un peu les couples dans votre entourage, et vous comprendrez certainement la justesse de mon propos.

Mais pour continuer et conclure cette petite dissertation, je m’imagine un peu ce qui se passait dans les maisons avec une lanterne rouge à l’entrée, époque révolue mais encore présente dans la mémoire du grand-père. D’après ce que j’ai lu sur le sujet, il y avait une offre pour toutes les spécialités du genre. De la dame vêtue en bébé, à celle qui abordait fièrement son fouet ou celle qui était dans le wagon de chemin de fer simulant le roulement du train, il devait y avoir ou il y a peut-être eu une autre dame. Cette dame, assise derrière un bureau ouvert, tapant à la machine à écrire, croisant et décroisant les jambes, offrant subrepticement une vision de la lisière de ses bas tenus par une jarretelle qui joue à cache-cache. Oui je sais, c’est celle-là que vous auriez choisie, n’est-ce pas?

 

Une réflexion sur “Demandez à ma secrétaire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s