Des bas nylons et des journaux

 

Vous croyez tout ce que l’on raconte dans les journaux?

Si c’est le cas, vous faites sans doute partie de ceux à qui l’on va vendre, ou risquer de vendre des action dans une mine d’or en Alaska. Pour être honnête, si je trouve une combine pour me faire de l’argent facile, tout en restant d’une parfaite honnêteté, vous pensez bien que je vais la garder pour moi. La concurrence dans ce domaine n’est jamais bonne. Il se peut quand même que l’on aie besoin de mon argent pour en faire quelque chose, quelqu’un peut avoir une idée géniale et pas le premier sou pour la mettre en valeur. Chaque cas est à examiner à la loupe et l’on doit décider de l’opportunité de faire confiance ou non à la personne qui vous tape.

Quand j’étudiais, j’ai appris une chose dont je me doutais déjà, que la presse écrite est un moyen d’éduquer les masses, entendez par-là qu’elle sert à forger son opinion dans un sens ou dans un autre. Libre à vous de choisir cette source. Avec la Toile, c’est un peu la même chose, mais en pire. Cela va très vite, d’autant plus que le danger réside dans le fait que chacun peut lancer un fake, comme on dit maintenant. Un politicien connu échappé d’un bocal de cornichons pilote son navire en lançant des tweets, la guerre des tweets a commencé pauvre de nous…

Dans nos pays occidentaux, la presse est quelque chose de relativement libre, on y tient beaucoup. Il n’y a qu’à voir comme le fameux Canard Enchaîné a changé le paysage politique français suite à une certaine affaire. L’accusé a maintes fois pointé un doigt vengeur vers lui, mais on attend toujours les résultats. La presse est d’autant plus libre qu’elle est indépendante financièrement, voir le film d’Orson Welles « Citizen Kane » en passant, et dans ce genre le Canard est un exemple unique. Qu’il le reste, quoiqu’en pensent les pisse froid.

Nous allons voir à travers des exemples comment la presse peut être mal informée et publier des informations plus ou moins fantaisistes. Pour cela j’ai choisi un fait divers célèbre, absolument pas politique, donc en principe nullement soumis à des pressions quelconques et sa relation à travers des journaux locaux. Je vous fais un résumé succinct.

Le 13 octobre 1972, un avion Fairchild loué par une équipe de rugby uruguayenne avec quelques supporteurs doit se rendre au Chili. A la suite d’une erreur de pilotage, l’avion s’écrase dans la redoutable cordillère des Andes à 3600 mètres d’altitude. Lors du choc, l’avion s’est brisé en plusieurs parties, il perd ses ailes, sa queue et une partie de la carlingue. En guise de logis, ils n’auront qu’une partie de cette dernière pour abri. Il y avait 45 personnes à bord, 12 meurent dans le crash, les autres survivent, mais certains sont très grièvement blessés et mourront les jours suivants. 

Evidemment des recherches sont entreprises, mais la carlingue comme l’avion est de couleur blanche et comme elle est posée sur la neige, elle est peu visible et ne sera d’ailleurs pas aperçue, bien qu’un avion aie survolé la zone du crash et a été vu par les rescapés. Au bout de quelques jours les recherches s’arrêtent, on est sans espoir de retrouver des vivants. On a la certitude que l’avion s’est écrasé à haute altitude, très probablement dans un endroit inaccessible où il est impossible de survivre longtemps.

Et pourtant, quand les recherchent s’arrêtent, il y a toujours des survivants. De 33 au départ, il ne seront plus que 16 à être encore en vie au moment du sauvetage, 70 jours après l’accident. Les autres mourront au fil du temps des suites de leurs blessures, de faiblesse, dont 8 lors d’une avalanche qui le 29 octobre, ensevelit l’avion sous des mètres de neige. 

Les conditions de survie s’avèrent immédiatement très difficiles. La nuit, il fait une température glaciale, vers – 30 degrés.  Ils ont peu ou pas d’habits chauds, c’est le printemps dans l’hémisphère sud, et le voyage n’est pas prévu pour faire de la haute montagne. Le pire, c’est la nourriture, il n’y a pratiquement rien à manger, seulement quelques maigres provisions emportées par l’un ou l’autre des passagers. 

Bien vite, il leur vient à l’esprit que la seule nourriture disponible se trouve être les corps de leurs amis décédés, heureusement avec le froid ambiant ils sont bien conservés, congelés est le mot qui convient. De plus, quand ils apprennent que les recherches ont cessé, ils ont un transistor en état de marche, ils sont persuadés que la seule solution, c’est d’envoyer une équipe donner l’alerte. Pour cela, il faut des forces tant pour ceux qui feront l’expédition que ceux qui resteront sur place. Malgré la répulsion, on commence à couper des bouts de viande sur les cadavres. Tous n’y arriveront pas, mais ceux qui sont retenus pour l’expédition doivent s’y résoudre.

Faire une expédition c’est une chose, mais ils n’ont aucune idée de l’endroit où ils se trouvent. Faut-il aller vers l’ouest ou l’est ? La vallée où ils se trouvent est entourée de montagnes qui semblent infranchissables. Ils n’ont aucun équipement adéquat pour faire de l’alpinisme, même pas des habits corrects.

Après bien des hésitations et des explorations aux alentours, dont l’une où ils retrouvent la queue de l’appareil, trois des survivants décident de partir en direction de l’ouest, c’est à dire vers le Chili, malgré la présence d’une montagne abrupte qu’ils décident d’escalader. Ce sont Fernando Parrado, Roberto Canessa, Antonio Vizintin, nous sommes le 12 décembre 1972. Le troisième jour, ayant estimé la quantité de « vivres » à disposition et ayant une idée plus précise de la difficulté de l’expédition, il est décidé que Vizintin retournera à l’avion, ils continueront à deux.  

Après un voyage aux innombrables difficultés en suivant une vallée qui s’étale au pied de la montagne qu’ils ont franchie, ils sont au bord de l’épuisement. Mais ils constatent que la neige se fait plus rare, et même ils trouvent un premier signe encourageant, une boîte de conserve vide signe que quelqu’un est passé par là. Nous sommes le 19 décembre. Le jour suivant, ils aperçoivent un cavalier qui se trouve sur l’autre rive du torrent qu’ils sont en train de suivre… ils sont sauvés!

Venons-en maintenant à ce qui est dit dans les journaux à propos de cette tragédie.

Au moment de l’accident et les jours suivants… rien!

On peut trouver une explication à cela. L’accident a eu lieu un vendredi, donc c’est un peu juste pour sa relation dans un journal du lendemain, au pire c’est pour lundi ou mardi. Ailleurs et à propos d’avion, il s’est passé quelque chose de bien pire à peu près en même temps. Un avion russe Iliouchine s’est écrasé près de Moscou faisant 176 morts d’après les chiffres communiqués, c’est l’accident d’avion le plus mortel enregistré jusque là. Et à cette époque c’est toujours la guerre froide, on aime bien compter les coups chez ces cons de communistes, c’est forcément l’incompétence du gouvernement qui est la cause indirecte de l’accident, y sont pas foutus d’entretenir un avion correctement. Et puis il y a toujours cette manière qu’ils ont de noyer le poisson. Ce commentaire est imaginaire, mais bien dans l’air de l’époque. L’accident du Fairchild est plus un fait d’actualité locale et on ne sait encore rien, sauf qu’un avion a disparu.

Mais les choses vont changer quand on saura qu’il y a des survivants, plus de 2 mois plus tard.

Officiellement, le 21 décembre est le jour où on sait de manière sûre qu’il y a des survivants.

Le 23, le journal publie une première information.

On voit ici que l’information est assez décalée par rapport à la vérité. Les rescapés  ne doivent rien au pilote. Il a probablement commis une erreur de pilotage. Mais il n’a en aucun cas limité les dégâts, ni évité la montagne. Il n’a pas dirigé son avion vers un endroit précis, une plateforme neigeuse comme dit dans l’article, c’est le pur hasard qui a fait que. La question de la nourriture est fausse, il n’y avait presque rien à manger, juste quelques bricoles totalement insuffisantes pour la trentaine de personnes encore en vie juste après l’accident. La question de l’avalanche est également inexacte. Personne ne s’était écarté de l’avion, elle se produisit pendant la nuit alors que tout le monde était à l’intérieur de la carlingue. Les seize personnes ne sont en réalité que 8, mortes par étouffement. On est là dans le vague typique journalistique, il semble que, on suppose que, on croit savoir que.  

Le journal ne paraissant pas le 24 (dimanche), le 25 (Noël), on retrouve la suite le 26 décembre, cette fois-ci en première page et dernière page.

L’article colle un peu plus à la vérité, une personne n’ayant lu que le premier article et racontant l’histoire d’après celui-ci émettra des propos assez fantaisistes. Même ici le résumé est encore assez imprécis. Ils n’ont jamais réparé la radio de l’avion dont les batteries se trouvaient dans la queue et la radio dans le poste de pilotage. Ils firent bien une tentative sans résultat, en amenant la radio dans la queue après sa découverte (le 17 novembre) lors d’une expédition dans les alentours des lieux de l’accident. Par contre, ils avaient bien un transistor avec eux. La question de la nourriture reste toujours clairement inexpliquée. A croire ce qui est inscrit, il se nourrirent de champignons trouvés sous la neige, des champignons à 3600 mètres d’altitude c’est à voir, et surtout de soupes avec des lichens. Il y a bien eu un essai dans ce sens avec quelques rares plantes trouvées dans les alentours. La question de l’eau ne se posant pas trop avec la neige, c’est vers le dixième jour qu’ils commencèrent à manger de la chair humaine. Ils le feront pendant deux mois. 

Le 28 décembre…

Cette fois le journal rapporte l’histoire du cannibalisme. Quant à dire qu’il y a eu des manifestations de colère, certes certains purent être choqués, mais les rues du Chili ne se transformèrent pas en défilés de protestataires. Les rescapés passèrent assez rapidement au rang de héros. Il y a certes eu quelques réticences de la part de certains parents dont leur enfant était mort et probablement mangé par les survivants, bien qu’ils restèrent toujours assez vagues sur qui avait mangé qui. D’autres furent plus prosaïques, à quelque part heureux du dénouement alors qu’on les croyait tous morts, même si le prix qu’ils durent payer était considérable. Et surtout on savait maintenant ce qu’il s’était passé et cela peut parfois soulager plus que tout autre chose. Un philosophe à sa manière souligna que s’il y avait eu ni morts, ni blessés, au moment du crash, ils seraient probablement tous morts. Quant aux autres, ceux qui n’y étaient pas et qui ne sont en aucun cas concernés directement par cette aventure, je crois qu’ils peuvent choisir entre deux possibilités, celle d’admirer le courage et les souffrances des rescapés, le dire, ou sinon… fermer leur gueule. 

Mais encore…

Pour une fois l’église s’est comporté de manière intelligente en soutenant les faits et les rescapés. L’Argentine est un pays profondément catholique, du moins à l’époque du drame, nul doute que la décision de Rome fut aussi un moyen d’apaiser la polémique, surtout que le suicide est selon elle un péché mortel. Ne pas s’alimenter, même avec de la chair humaine, aurait pu s’apparenter à un suicide vu sous un certain angle. Ce aspect ne fut jamais envisagé par les rescapés quand ils décidèrent de passer à l’acte. La seule volonté qui les anima fut celle de survivre.

Cette histoire m’a toujours fascinée, c’est une aventure très moderne, comme il pourra s’en vivre de plus en plus rarement, on peut penser heureusement à juste titre. Mais elle reste un beau témoignage de ce que l’homme est capable de faire dans certaines circonstances tragiques. Il est plus que probable que si cela se produisait maintenant avec les progrès de la technique, l’avion serait repéré assez rapidement.

Mais nous aurons quand même vu au travers cet article, une chose pas complètement inutile, qu’il ne faut pas prendre les journaux au mot et à la lettre. 

4 réflexions sur “Des bas nylons et des journaux

  1. Bjr, oui cet avion uruguayen je me souviens avoir vu un Paris Match….le poids des mots, le choc des photos !!Bonne journée

  2. Merci Cooldan,
    La presse de l’époque en a amplement parlé, bien que c’est surtout la livre de Piers Paul Read qui m’a intéressé. J’ai également vu le film, nettement moins intéressant. Quoiqu’il en soit, c’est une sacrée aventure.

    Bonne soirée

  3. Bonjour Mr Boss,

    Effrayant ce fait divers. J’étais très jeune à l’époque des faits. Ce drame a défrayé la chronique notamment pour les conditions de survie des passagers restants. Horreur absolue ! Et il revient à l’esprit dès qu’une catastrophe aérienne se produit en zone quasi-déserte.
    Merci pour les belles Miss en lutte. Surtout les numéro 3 et 4…
    Bonne soirée.
    Peter Pan.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s