Vendredi en nylon (5)

Citation de l’été

La jarretelle c’est le piment du nylon

Jeu

Il y a 7 différences entre la photo de droite et celle de gauche (agrandissez en cliquant)

Chansons que j’écoute depuis au moins 50 ans

Pour mes 14 ans, comme cadeau d’anniversaire, j’avais demandé des sous et je m’étais acheté un disque qui m’a laissé d’énormes souvenirs et charmé des  milliers d’écoutes, c’était celui-ci…

Revoici Eric Clapton et son envol vers les sommets. Un groupe qui portait tout à fait bien son nom… Cream! Le clip date de 1968 d’après le posteur, mais c’est l’enregistrement studio qui date de 1966. 

J’ai peu parlé des Rolling Stones jusqu’à présent. Et pourtant j’en ai écouté des tonnes dont quelques chansons qui reviennent régulièrement. L’une d’elles est leur version de « Money », j’adore ce son pourri dont ils savaient si bien tirer profit.

On ne peut pas dire que la production anglaise était décevante vers 1965-66. A côté des Yardbirds et autres il y avait le Spencer Davis Group qui a enregistré rien que des trucs intéressants. En voici un exemple en live avec Stevie Winwood. Et une petite photo, l’homme mystérieux c’est moi, et l’autre c’est Spencer Davis que j’avais attrapé pour une petite discussion devant un verre, d’autant plus facile qu’il parle le français bien qu’il dise l’avoir en bonne partie oublié. Un mec très cool…

Les Pretty Things figurent en bonne place parmi les groupes que j’adule depuis toujours. C’était assez violent dans certains titres et j’aimais bien. A noter que le groupe existe toujours aujourd’hui avec le pivot central, le guitariste Dick Taylor qui fut un membre des Rolling Stones à leurs débuts, et le chanteur Phil May. Je les ai vus deux fois à presque cinquante ans d’intervalle. Et encore une petite photo ou plutôt deux, avec Dick Taylor et Phil May. Je tiens à la main une sérigraphie que May a dessinée et qu’il m’a dédicacée. Je vous laisse découvrir ce qu’elle représente. Je n’ai pas eu trop de peine à me faire admettre et obtenir quelques faveurs, car ils connaissent très bien quelqu’un que je connais bien et j’avais des salutations pour eux. C’est un truc comme un autre.

Les Troggs faisaient bien sûr partie de mes écoutes. J’aimais leurs tubes, mais je préférais très souvent les faces B qui étaient au moins aussi plaisantes que les hits. Plusieurs de ces faces font encore aujourd’hui partie de mes écoutes. Parmi elles l’incontournable « I Want You ». Remarquez en passant qu’ils avaient déjà un petit air de punk dans leur musique très souvent basique. 

Je suis sûr que vous avez remarqué qu’il y a assez peu de trucs français dans mes écoutes. C’est que j’écoutais en majorité des trucs anglais, mais il y en a quand même quelques uns. Un de ceux que j’adorais et que j’écoute toujours c’est « J’avais Deux Amis » d’Eddy Mitchell. Ironie du sort, les musiciens qui l’accompagnent sont bien anglais, eux. Il y a notamment un certain Jimmy Page à la guitare, oui celui de Led Zeppelin. Ici Schmoll chante sur la bande orchestrale, ce n’est donc pas le vocal du disque un peu différent. Il a un avantage sur Johnny H. il a conservé sa voix d’origine. 

Si je devais citer un titre enregistré par un pionnier du rock and roll en dehors de sa musique originelle, c’est bien le « Bird Doggin' » de Gene Vincent qui me vient à l’esprit. Je ne suis pas très concerts, mais lui je l’ai vu, il y a pratiquement 50 ans jour pour jour.