Vendredi en nylon (12)

Chansons que j’écoute et pochettes que je regarde depuis au moins 45 ans.

A partir de 1969, on peut dire que j’achète rarement, ce qui ne veut pas dire jamais, un disque qui a un succès commercial. Je vole de découvertes en découvertes et je n’ai jamais arrêté. Evidememnt la musique est plus sélective, je commence à fréquenter avec mes oreilles  des musiciens d’une autre carrure. 

Je suis assez partagé sur Black Sabbath et l’ensemble de sa carrière, mais cela avait rudement bien commencé et ça s’écoute encore.

J’ai toujours été un amateur de folk, mais un des groupes qui m’a définitivement attiré vers cette musique, c’est bien Pentangle, réunion de grands musiciens et une jolie voix. Je n’ai jamais cessé de les écouter.

Ah oui bien sûr il y avait aussi Led Zeppelin, une plutôt bonne réunion de quelques petits doués avec quand même la voix de Robert Plant qui domine le tout. Une de mes préférées…

Ten Years After a toujours, du moins pour les 4 premiers albums, été un de mes groupes préférés. Je trouve que c’est une belle alchimie de musiciens très pointus, d’ailleurs ils fonctionnent assez comme un orchestre de jazz, l’individualité n’est pas bannie. Et puis Alvin Lee était un sacré guitariste, si vous voyez les nuages passer dans le ciel à toute vitesse, c’est sûrement lui qui joue de la guitare là-haut!

Un truc indémodable. Un souvenir indirect aussi, j’ai fait une belle noce à Paris avec le cousin du chanteur Alan Wilson. 

Voilà l’histoire belge du jour vous vous souvenez de Wallace Collection ? Un joli mélange de soft pop et de classique. Je ne me suis jamais lassé de cette « Serenade ». Et je puis vous promettre que c’est efficace. Plus de 20 ans après sa sortie, j’ai dansé là-dessus avec un dame que je draguais. A la fin du disque elle a merveilleusement trouvé une suite :  « il faut que tu me montres où est ton lit! »

Une chanson que j’écoute depuis très très longtemps en de multiples versions. Mais une des mieux torchées c’est quand même celle-ci.

Pour moi Pink Ployd c’est surtout la première époque, après j’aime moins. Je possède à peu près tous les albums mais je ne les écoute pas ou peu. Par contre les deux premiers alors là ça tourne. Un de mes préférés sur le deuxième album.

L’albinos de service et un monsieur que j’ai suivi un peu toujours. Sans négliger de revenir à cette fameuse version du standard popularisé par Muddy Waters.

Evidemment autour de 1970, il était difficile de se passer de Frank Zappa, même encore aujourd’hui je ne sais pas faire, comme dirait un Belge de mes connaissances.

Je me souviens très bien j’avais trouvé l’album dans une grande surface, je me demande bien ce qu’il foutait là, car c’était vraiment pas de la musique pour minettes! Je n’ai pas tout de suite compris l’allusion érotique de la pochette, mais bon le contenu ça m’a marqué au fer rouge. Si si, je peux vous monter, j’ai encore les cicatrices….

2 réflexions sur “Vendredi en nylon (12)

  1. Merci pour ces souvenirs musicaux. J’aimais bien aussi « black masses » de Black Sabbath. La belle voix de Pentangle m’a rappelé celle de Renaissance et si Alvin Lee était hyper rapide, Leo Lyons n’était pas mal non plus.Ah Zappa, j’ai dans mes étagères les deux premiers LP des Mothers of invention, d’accès immédiat un peu difficile ! Quant à « Set the controls », la version longue dans Ummagumma était remarquable accompagnée de cigarettes bizarres.
    Encore merci pour ce blog autant nylon que vinyl …mais tout cela reste des produits Dupont de Nemours !
    Amitiés – Loudstart

    • Merci Cher Ami Musicien,

      Pour Zappa sur « Freak Out » j’ai d’abord croché avec « Trouble Comin Every Day » ainsi titré sur les premiers albums. Relativement accessible, le reste vient ensuite. J’ai fait souvent cette expérience, acheter un album pour un titre qui plait et se dire après que le reste n’est pas si mal. Zappa a souvent aimé jouer le plagiaire conscient. Sur cet album on retrouve un titre qui ressemble fortement à un doo wop des années 50. On retrouve de temps en temps un titre du genre dans sa discographie.
      En effet on retrouve un peu la voix de Mc Shee dans Renaissance ou encore dans Fairport Convention ou Steeleye Span, groupes qui ont en commun de très bonnes chanteuses.
      La version de « Set The Control » sur Ummagumma est aussi intéressante, mais comme j’ai connu d’abord l’autre, j’ai respecté la « chronologie ».
      Leo Lyons, j’ai une photo avec lui à quelque part, est certainement le bassiste le plus fou que j’ai vu sur scène. Je suis sûr qu’il va péter un fusible sur scène un jour, mais il est juste merveilleux!

      A bientôt pour la suite

      Amitiés Dupont de Nemours, nylon et musique on se refait pas!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s