Vendredi en nylon (15)

Disques que j’écoute et pochettes que je regarde depuis au moins 45 ans

La fameux « Tobacco Road » est un titre qui fut créé  par le conuntry singer John D Loudermilk et mis en lumière par les Nashville Teens en 1964. Une des plus fameuses version est celle d’un groupe américain peu connu, Jamul. Sous une photo de pochette qui fait un peu penser aux méchants dans un western spaghetti, le contenu est succulent, surtout cette reprise du titre de Loudermilk bien appuyée. Je me dis parfois que j’avais à l’époque un disquaire qui savait trouver des sacrés trucs!

Voilà un de ces trucs comme je les adore. Vocal à l’arraché, guitares baveuses. Ce titre avait été créé par Them cinq ans plus tôt, c’est mon préféré du groupe. Mais cette version est splendide, c’est du lourd!!!

Les Moody Blues, encore et je dirais toujours. Encore un de ces groupes dont j’écoute plutôt les albums avec de petites préférences pour certains titres. Un que je connais quasiment par coeur…

Un peu dans le même trip, un truc bien torché

En 1968, deux ex-membres de groupe allemand no 1 les Rattles, Achim Reichel et Frank Dostal , fondent un groupe baptisé Wonderland avec aux claviers un prometteur Les Humphries qui cassera la baraque dans les années 70 avec son groupe Les Humphries Singers Singers. Publié en 68, un plaisant premier single auquel je suis resté fidèle « Moscow ».

Les Byrds que je n’ai jamais abandonnés, je les suis encore en 1970 et je suis ravi par ceci…

Un petit Jefferson Airplane, ça j’écoute encore pas mal, un de ces groupes qui peut prétendre à une certaine éternité.

La grosse artillerie avec un certain Lemmy Kilmister au chant et à la basse. on appelait ça du space rock.

En 1972 l’album Cosmic Century des Allemands Wallenstein fut presque un truc que j’aurais pu élire disque de l’année. Mélange de pop, de classique, et de musique planante. Je ne me suis jamais lassé de ce truc.

Le groupe Pacific Sound vient de Suisse et enregistra un album « Forget Your Dream » pour un label local en 1972, Splendid. Edité en petite quantité, l’album est rarissime et recherché par pas mal de collectionneurs du monde entier. Il est monté jusqu’à 1200 euros sur Ebay. Personnellement j’aime bien cet album sans toutefois le mettre au pinacle. Je préfère nettement un titre qui ne figure pas sur l’album « Ballad To Jimi » et sorti en 45 tours dans plusieurs pays. Le voici…

6 réflexions sur “Vendredi en nylon (15)

  1. Bonjour,
    Toutes ces musiques et ces groupes, je me revois dans la discothèque de mon lycée, où je me précipitais après le repas de midi de la cantine pour écouter avant la reprise des cours !
    Bon weekend

  2. Bonsoir Mr Boss,

    Là, j’avoue décrocher un peu. A la décennie suivante, celle de ma prime jeunesse, toutes ces gloires étaient moins sur le devant de la scène et les émissions télévisées côté français programmaient beaucoup de variété pop’.
    Aviez vous à l’époque du Lycée, eu l’idée de fonder un groupe de musiciens
    influencé par ces vedettes ? Vedettes que vous avez peut-être rencontré par la suite…Ca doit être très émouvant de se retrouver à parler avec ses idoles, j’imagine. Des moments inoubliables en perspective.
    Peter Pan.

    • Hello Peter,

      Eh bien parlons-en…

      J’ai un peu pratiqué la guitare avec bien sûr l’intention de jouer avec un groupe. Mais par le manque de participants, je n’ai jamais réussi à mettre quelque chose au point. J’ai quand même eu le modeste plaisir de jouer dans l’orchestre de ma compagnie lorsque j’étais à l’armée, mais c’était plutôt de la musique en accord avec le style militaire. Par la suite j’ai complètement abandonné.
      C’est un peu pour cela que dans les années 80, je me suis un rabattu sur le journalisme musical, vu la facilité que j’ai pour écrire. Après quelques tâtonnements, j’ai pu collaborer régulièrement avec un magazine connu, je suis disons journaliste occasionnel, mais je n’ai jamais pu vivre de cela. Cela m’a quand même ouvert quelques portes et m’a permis de rencontrer pas mal de monde. J’ai, comme vous le dites, eu le plaisir de rencontrer des musiciens anglais qui ont bercé mon enfance en quelque sorte, et qui sont des références mondiales musicalement parlant. J’entretiens une longue amitié avec certains d’entre eux. On se voit de temps en temps, selon le hasard des tournées et des événements. J’ai donné à mon fils comme prénom, celui de mon meilleur pote dans ce domaine. La dernière fois que l’on s’est vu, il l’a d’ailleurs mentionné à sa nouvelle secrétaire qui ne me connaissait pas. J’ai participé récemment financièrement et modestement à la mise en chantier d’un nouvel album, j’aurai au moins mon nom sur la pochette dans les remerciements quand il sera publié, cela laissera un petit souvenir que j’ai passé par là. J’ai aussi eu comme satisfaction et pour moi tout seul le groupe MC5, une référence de Chicago, pour une interview destinée à la télévision. Malheureusement, elle n’a jamais été retransmise, car la célèbre Patti Smith, veuve du chanteur et détenteur du nom, a mis un embargo sur les images du concert et de l’interview, d’après ce que je sais elle voulait surtout de l’argent. C’est raté, mais c’est un bon souvenir.
      Je ne suis pas trop étonné que vous ne connaissiez que peu de choses dans ce que je propose, mais je les propose aussi pour découvrir. Je sais depuis longtemps que la valeur d’un artiste ne se mesure pas aux passages radios ou télé, cela fait juste vendre, mais dans les traces qu’ils laissent dans l’histoire de la musique, même modestement. Depuis bien longtemps, je n’ai jamais ou presque acheté un disque parce que je l’ai entendu à la radio. C’est souvent à travers des discussions avec d’autres passionnés que l’on découvre ou fait découvrir des choses. Je peux me comparer à un drogué qui fume quelques joints pour commencer et qui essaye des trucs de plus en plus forts, c’est ce qui m’a amené à découvrir des musiques plutôt bizarres que je n’aurais pas pu aimer sans avoir écouté des trucs plus simples au départ. Par contre je ne renie jamais ce que j’ai aimé, la preuve je propose des trucs que j’écoute depuis 50 ans, il y en a juste d’autres qui sont venus s’ajouter et qui sont parfois très différents, une sorte d’évolution.
      Excellent weekend

  3. Bonjour Mr Boss,

    Merci pour tous ces souvenirs… On a un peu le sentiment d’y participer par votre évocation personnelle. Vous en parlez avec beaucoup de passion. C’est important aussi la passion pour quelque chose. Il faut entretenir cette flamme comme le feu sous le boisseau. L’espace de quelques minutes le temps fait marche arrière et se fige comme pour prendre la pause chez le photographe.
    Moi qui ne suis pas doué pour la musique , j’admire les artistes qui font
    « chanter  » n’importe quel instrument sous leurs doigts. Chapeau !
    Ne dit-on pas que « la main est le prolongement de la pensée » ?
    Bon Week-end.
    Peter Pan

    • Merci Peter,

      Vous êtes pas le seul, je suis toujours époustouflé de voir un musicien reproduire des notes rien qu’en les écoutant. C’est un art que je possède hélas pas. C’est assez bizarre car nous sommes tous plus ou moins aptes à chanter une mélodie que nous connaissons, même si le voix est mauvaise. Il manque la case qui nous permet de transposer cela sur un instrument de musique. Il m’arrive de composer des thèmes musicaux sur synthétiseur pour illustrer des vidéos, heureusement là je ne me réfère qu’à mon oreille, j’ai même l’avantage de savoir si elle n’existe pas déjà, avec les milliers de chansons que j’ai en mémoire. C’est toujours étonnant ce que l’on peut faire avec sept notes, ça me fascine.
      J’ai un pote musicien avec qui j’ai passé quelques soirées. Il y a plus de 50 ans qu’il est dans la musique en tant que professionnel. Il joue indifféremment de la guitare basse ou solo et il chante aussi. Au fil de sa carrière, il a fait partie de groupes plus ou moins célèbres. Comme il est professionnel, il lui arrive parfois d’être engagé pour tel ou tel travail. Il est justement capable de se glisser dans n’importe quel style, il vient et il fait ce qu’on lui demande et personne ne remarque rien, c’est comme s’il avait toujours été là. Il racontait qu’il avait lors d’une tournée remplacé le bassiste de Dire Straits. Lui qui est plutôt habitué à jour dans des clubs devant cent personnes, il jouait devant des milliers de personnes. Un des musiciens présents à ce moment a dit de lui, qu’il avait joué dans plus d’endroits qu’il avait mangé de repas chauds. Je pourrais encore citer un tas d’histoires, mais je vais faire court car j’y passerais des heures.
      Bon dimanche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s