Bas nylons et zeste d’érotisme

Fondé en 1928, l’hebdomadaire Détective se consacra comme d’autres avant lui, à la mise en exergue des faits divers. De grands écrivains y collaborèrent, Kessel, Simenon, Mac Orlan, sans toutefois apporter un élan culturel majeur à la revue. Les faits divers restent ce qu’ils sont, du voyeurisme dont on peut quand même tirer des enseignements, mais je pense que c’est rarement le cas du lecteur assoiffé de sordide. Le journal fit quand même un grand effort pour sortir des sentiers battus en proposant des articles qui analysent tous les aspects de la criminalité, sans craindre d’avoir un regard froid sur la justice. Le côté positif de ce genre de lecture, c’est qu’elle permet de se faire une idée assez juste de la délinquance, surtout quand les articles sont présentés de manière neutre, ce qu’il faut quand même reconnaître au Détective des premières années. Remarquons aussi que certaines photos de premiers numéros sont d’un érotisme soft, mais n’auraient sans doute pas été publiées dans d’autres journaux comme la presse quotidienne. Je vous ai sélectionné quelques uns de ces articles illustrés par ce genre de photos. Cela tourne bien sûr autour de faits divers liés au sexe d’une manière ou d’une autre.

 

*****

*****

****