Bas nylons et un disque à en perdre son scalp

Retournons vers une de ces chansons qui a une histoire et qui est un monument d’inspiration pour un tas de musiciens. Elle se situe exactement dans le même contexte que celui vu dans un article précédent au sujet des musiciens anglais qui n’arrivent pas à s’exporter sur le continent américain à l’âge d’or du rock and roll.  La chanson qui nous intéresse en est encore une belle illustration.

Jerry Lordan (1934-1995) fut un compositeur interprète anglais qui enregistra quelques disques au succès modéré à partir de 1959. Mais son atout le plus évident est la composition. En 1959, une de ses chansons interprétée par Anthony Newley est un succès anglais troisième au hit parade. Mais le truc qui va le rendre définitivement célèbre ne sera pas enregistré par lui, il s’agit d’un instrumental, car il n’y a pas de paroles. Dans un premier temps, il le propose à un guitariste anglais qui vient d’avoir un gros tube avec un arrangement de « Guitar Boogie », Bert Weedom. Il l’enregistre, mais Lordan n’est pas entièrement satisfait de la manière dont il l’a enregistrée, et on pourrait ajouter qu’il a raison. Lors d’un concert, il aborde le bassiste et leader des Shadows, qui est alors Jet Harris, et lui parle de cette chanson. Celui-ci en discute avec ses collègues, la mélodie leur plaît et il se pressent de l’enregistrer dans une version nettement meilleure. Ce disque qui va faire trembler le monde entier s’appelle « Apache », il donnera à une multitude d’adolescents l’envie de jouer de la guitare.

Les Shadows sont déjà connus pour être les accompagnateurs de Cliff Richard, mais sous l’appellation des Drifters, nom qu’ils devront changer pour Shadows (Ombres), car il existe aux USA un groupe qui opère sous cette identité et qui est en passe de devenir très célèbre. Sous le nom d’origine, ils ont enregistré un single avec deux instrumentaux  « Driftin’ / Jet Black » qui n’est pas une éclatante réussite au niveau du succès. Les deux titres figurent aussi dans des versions différentes sur le premier album live de Cliff Richard. Mais avec la publication de « Apache », les choses vont littéralement changer et faire d’eux des vedettes à part entière. Cela inaugure un cas assez rare dans le showbiz, la vedette et les accompagnateurs qui font la course pour être no 1 au hit parade au fil des années. Après sa publication avec en face B la solide reprise d’un air traditionnel arrangé par le guitariste Bill Sheperd « Quatermaster’s Stores », le disque est no 1 pendant cinq semaines en Angleterre. La version de Bert Weedom est publiée dans la foulée, mais devra se contenter des restes. Ce titre qui deviendra un des rocks instrumentaux les plus célèbres du monde, rendra quelque peu la monnaie de sa pièce aux Shadows, car c’est une autre version que la leur qui aura les honneurs du hit parade américain où elle manquera d’une marche la première place, celle enregistrée par la guitariste danois Jörgen Ingmann.

En France, la disque fut publié en EP avec les titres du précédent 45 tours instrumental. Il existe une reprise chantée par Orlando, le frère de Dalida, qui devient « L’Amour Fait La Loi », un truc très kitsch. Evidemment elle fera partie du répertoire d’innombrables groupes amateurs et les versions enregistrées ne se comptent plus. Avant d’êtres supplantés par les Beatles, les Shadows seront vraiment le groupe anglais qui servira de modèle à tous les débutants, car leur succès ne s’arrêtera pas à cette première réussite.

La publication française de 1960. Les premières éditions ont le logo du disque vert, les suivantes rouge. Ce montage photographique servira aussi pour un EP français des Ventures (ci-dessous)

Ironie du sort, en 1963 en plein début de Beatlemania, deux anciens membres des Shadows qui participèrent au fameux enregistrement, Jet Harris et Tony Meehan, détrônèrent de la première place du hit parade leur anciens compères avec une autre composition de Jerry Lordan « Diamonds ».

Un des clips où les Shadows jouent leur fameux hit en playback. Je pense que le réalisateur a voulu donner un aspect un peu « mauvais garçons » au groupe plutôt assez édulcoré sur les pochettes de disques.

Même Jeff Beck…

4 réflexions sur “Bas nylons et un disque à en perdre son scalp

  1. Bonjour M.Le Boss,
    Et dans cette période, comme je l’ai déjà dit je pense, c’est ce qui sûrement a influencé la composition Harrison/Lennon : « Cry for a Shadow » …..
    Bon week-end
    Cooldan

    • Hello Cooldan,
      Oui dans tout ce que j’ai lu sur le sujet, c’est la source admise. Et puis en écoutant le titre, on peut remarquer que la construction du titre est très « Shadows ». Bien sûr après ce sont plutôt les maîtres qui ont admiré les élèves, comme quoi rien n’est jamais définitif. Pour la petite histoire, il semblerait que Jeff Beck aie demandé au bassiste, Jet Harris, de faire partie du Jeff Beck Group, mais ce dernier ne semble pas avoir répondu à l’appel.
      Bon week-end

  2. Bonjour Mr Boss,

    Les Shadows , plutôt mystérieux comme nom, sont surtout connus mondialement par le titre « Apache ». Bâtir sa gloire sur quasiment un seul titre même s’ils en ont eu d’autres. Un peu à l’instar des jeunes chanteurs/chanteuses de la décénnie 80’s. Un peu comme Herman Hermit et son matinal « No milk today ». Rires.
    Dans ce music-hall, ça passe où ça casse au premier coup, j’imagine.
    Merci pour cette rétrospective.
    Peter’.

  3. Hello Peter,
    L’origine du nom n’est pas mystérieuse. Devant changer de nom et en considération du fait qu’ils étaient accompagnateurs de Cliff Richard très connu, il étaient un peu dans son ombre.
    Les Shadows ont inspiré pratiquement tous les musiciens anglais venus ensuite, tous l’admettent sans sourciller. C’est encore un de ces groupes dont on trouve encore aujourd’hui, comme pour les Beatles, des formations qui jouent exclusivement leurs morceaux. Herman’s Hermits sont connus chez nous principalement pour « No Milk Today », mais dans le reste du monde ils ont été présents dans le hit parade pendant cinq ans et dans les premières places.
    Bon week-end.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.