Bas nylons et une drôle de bruit d’un drôle de bled

Il y a des chansons qui naissent par hasard et avec pas grand chose. Imaginez que l’on puisse faire un tube avec seulement une contrebasse et une batterie. C’est le cas de celle que nous allons voir et surtout écouter aujourd’hui. Dans les années 30, le jazz règne en roi, enfin surtout aux USA. Parmi ces orchestres, on trouve Glenn Miller, Benny Goodman, mais aussi Bob Crosby. Dans cet orchestre, il y a bien sûr un batteur, Ray Beauduc, et un contrebassiste, Bob Haggart. Il leur arrive parfois de faire sécession et de se produire en duo sous le nom de Bopcats, plus pour s’amuser que par fâcherie avec le reste de l’orchestre. Les deux instruments sont très présents dans le jazz et peuvent souvent s’exprimer individuellement, c’est une constante du jazz, mais sans autre instruments d’apport comme un piano par exemple, c’est difficile de construire un thème mélodique. Nos deux musiciens, pas rebutés par cet obstacle, arrivent quand même à mettre au point une mélodie qui tient la route en y ajoutant un instrument spontané qui ne fait pas appel à un musicien d’appoint, le sifflet. Pas celui du chef de gare, mais celui qu’il nous arrive d’employer en arrondissant la bouche et en soufflant. Ainsi naît « Big Noise From Winnetka », le nom d’un bled dans lequel une mama noire avait l’habitude de piquer de terribles colères et surtout faire pas mal de bruit. Avant d’aller plus loin, écoutons le résultat, celui du disque enregistré en 1938, et un bout de film dans lequel nous deux gaillards font une interprétation. De plus, vous connaissez très certainement cela dans une version ultérieure.

Vous avez certainement remarqué tout le travail génial qu’il y a dans cet interprétation, notamment le batteur qui joue sur la contrebasse et ce dernier qui continue de plaquer ses notes.  Evidemment, le disque connut un réel succès de par son approche assez facile à retenir. Même sans être un amateur de jazz confirmé, n’importe quel passant peuvait être séduit. Bien entendu c’est le genre de morceau que tous les orchestres voulurent mettre à leur répertoire, dans un esprit big band ou en y ajoutant aussi une interprétation vocale qui ne tarda pas à naître. La chanson traversa assez bien les années et connut un regain d’intérêt au début des années 60 avec la version de Cozy Cole, probablement celle que vous risquez d’avoir entendu, en attendant les infos à la radio ou dans un supermarché en musique de fond. Même les yéyés français s’y intéressèrent, car Eddy Mitchell et Nancy Holloway la mirent dans leur répertoire, « Quand Une Fille (Garçon) Me Plaît ». Il y a encore d’autres versions françaises plus secondaires.

Cette chanson prouve qu’en musique tout est possible, et à l’époque où les artifices de studio étaient peu nombreux, l’imagination a remplacé le reste.

Version Cozy Cole, la plus connue

Reprise vocale d’Eddy Mitchell

Version vocale et big band

 

4 réflexions sur “Bas nylons et une drôle de bruit d’un drôle de bled

  1. Bonjour M. Boss,
    Voilà un exemple plus que probant que l’on une chose énorme, d’un tout petit rien .
    C’est comme les belles photos qui illustrent vos messages, et comme quoi aussi les femmes d’un tout petit rien (bas nylon….etc ) sont magnifiques ……..
    Bon weekend
    cooldan

    • Hello Cooldan,
      Ah oui entre les femmes et la musique, ce sont souvent ces petits riens qui nous charment et je crois que l’on peut appliquer cela à bien d’autres domaines.
      Excellent weekend

  2. Bonjour Mr Boss,

    La jazz, le Ragtime… Du rythme endiablé !!!
    Ca me rappelle le film sorti en 1985 et intitulé « Cotton Club » qui évoquait la communauté afro-américaine dans les années 1930, sur fond de discrimination et de prohibition ( cf Eliott Ness ). Ou encore la « couleur pourpre » avec Whoopi Goldberg (1987) qui débutait (?).
    Merci d’enrichir nos connaissances. Bon WE. Peter’

    • Hello Peter,
      Oui, je crois que musicalement c’était une époque intéressante. La musique a aplani le racisme et pratiquement toute la musique moderne n’existe que par la présence et l’apport des Noirs. Sans eux je crois l’on en serait encore à danser le menuet.
      Je n’ai pas vu le film « Cotton Club » mais par contre j’en connais la musique.
      Votre commentaire dans la partie « enrichir les connaissances » me fait rire, car j’avais dans l’idée de faire prof. Alors à quelque part, je me rattrape.
      Bon weekend

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.