Bas Nylons et jolies choses

Ceux qui me lisent dans mes chroniques musicales savent que j’ai une forte admiration pour tout ce qui est musique anglo-saxonne. Dans mes premiers contacts avec les magasins de disques comme client, j’achetais très peu de trucs français, sinon des disques pressés en France d’artistes étrangers. Il y avait quand même, à part les Beatles ou les Stones, quelques groupes qui étaient assez populaires ici, surtout via des magazines comme Disco Revue. On trouvait leurs disques dans les bacs encore fallait-il s’y intéresser. Parmi la dizaine de groupes qui m’ont vraiment marqués durant cette époque, il y avait les Yardbirds, les Kinks, les Troggs, le Spencer Davis Group, Them, les Moody Blues, les Zombies, les Sorrows, les Vip’s et dans le peloton de tête les Pretty Things (Jolies Choses, inspiré d’un titre de Bo Diddley).  Le premier disque que j’ai possédé d’eux fut in simple qui regroupait « Honey I Need » et « I Can Never Say ». J’adorais l’énergie qui se dégageait du premier, la guitare affûtée de Dick Taylor, le vocal rageur de Phil May, la frappe satanique de Viv Prince. Il est vrai que c’est un groupe qui ne faisait pas trop dans la dentelle. Les titres des débuts sont souvent de beaux exemples d’agressivité musicale, même si elle n’est pas toujours bruyante. Je décidai en quelque sorte de me marier musicalement avec eux. Je n’ai jamais cessé de les suivre depuis. Cela tomba d’autant mieux que le groupe évolua musicalement, tout comme moi. Une fois les feux du début consumés, ils recherchèrent une musique plus intimiste, plus élaborée, on peut tirer un parallèle avec les premiers Pink Ployd. Si leurs tentatives ne furent pas toujours récompensées du succès qu’elles méritaient, David Bowie mit quand même deux titres d’eux sur son album « Pinup’s, ils sont les responsables du premier rock-opéra (1968) jamais publié en disque « SF Sorrow », que l’on peut considérer comme le sommet de leur création. Ce fut à cette époque que je les vis en concert, mon deuxième concert. Leur histoire est longue, avec ses hauts et ses bas, mais jamais je n’ai décroché, en fan fidèle.

50 ans plus tard, il me fallait juger sur pièces ce qu’ils étaient devenus. Récemment comme ils passaient en concert, j’ai décidé de remettre ça. Bien sûr, ils ont quelques cheveux en moins et quelques rides en plus. Du groupe original, ils ne reste que Dick Taylor et Phil May, guitariste soliste et chanteur. Comme ils ont toujours été l’épine dorsale du groupe, je ne me faisais pas trop de soucis. La question qui m’accaparait le plus, c’était de savoir qui ce qui restait chez eux, de 50 ans de musique et d’enregistrements. Je fus plus qu’agréablement surpris car ils n’ont rien renié, puisant dans toutes leurs époques, le temps ne semble pas avoir passé. Une première partie avec les titres du début enchaînée ensuite avec la période psychédélique. Après l’entracte, retour à leurs  sources, un blues très traditionnel  à la guitare acoustique où ils revisitent Robert Johnson, qui se poursuit en revisitant l’époque 65-66 avec une superbe version de L.S.D. dans laquelle Dick Taylor  s’envole dans une démonstration à la Jimi Hendrix. Il n’a pas perdu la main, toujours très concentré sur sa guitare, il peut encore en remontrer aux jeunes question dextérité. Phil May toujours lui-même, ne manque pas d’humour et en plus il introduit  chaque titre provoquant quelques signes de satisfaction dans la salle. Parmi les autres membres, les nouveaux en quelque sorte, je retiendrai spécialement Frank Holland, seconde guitare compétente et accessoirement jouer d’harmonica dans les blues. Et en plus il est très poli, car je l’ai croisé dans la salle avant le concert, sans savoir que c’était lui, il m’a gratifié d’un « salut ». Phil May n’est pas en reste car passant près de ma table, il nous a également salués. Vraiment des gentlemen ces Jolies Choses.

Après le concert, j’ai attrapé les deux anciens. Le courant n’a pas eu de peine à passer, car nous avons des amis communs. Je me flatte d’avoir été le seul à qui Phil May a fait une dédicace personnelle sur une affiche, les références ça peut aider. Je n’ai pas eu de peine à leur demander de poser avec moi pour une photo souvenir, enfin je crois qu’elle le sera plus pour moi que pour eux, mais je vais la transmettre à qui de droit, on avait pas mal parlé Pretty Things entre nous.

29 060113-1

En 1965

29 060113-3

Dick Taylor et Phil May

29 060113-429 060113-5

Lors du concert

Pour le fun, les Pretty Things en 1966

Concerts récents

6 réflexions sur “Bas Nylons et jolies choses

  1. Bonjour M. Le Boss,
    Certains chanteurs ou groupes traversent mieux le temps, en ce moment avec la venue de Paul McCartney en novembre prochain , même si celui-ci est encore très prolifique (voir son nouvel album) sa voix sur certains titres n’est vraiment plus ce qu’elle était, ce qui ne m’empêchera pas de venir l’applaudir , car l’émotion de l’écouter sera toujours présente.
    Bon week end
    cooldan

    • Hello Cooldan,

      Le temps passe. et c’est valable pour tous. Moi-même, j’ai constaté que les Pretty Things étaient beaucoup plus calmes que par le passé et le voix du chanteur moins rageuse. Il n’en reste pas moins que c’est encore un plaisir d’être en contact avec eux, même s’ils nous ressassent un peu les mêmes trucs. Je suis toujours très étonné par Petula Clark, qui a 85 ans a toujours la pêche et sort des nouveautés qui tiennent bien la route. C’est de la variété, mais pas vieillotte, ça sonne bien aujourd’hui sans être du rap.
      Je vais écouter l’album de Paul, je pense que cela devrait me plaire.
      Bon week-end

  2. Bonjour Messieurs,

    Eh oui, avec le temps, les vieux lions ont usé leurs crocs ! Et deviennent de gentils vieux matous ronronnants. (Rires). Comme je le dis souvent, le classique reste incontournable.
    « Avec le temps, va, tout s’en va, même les plus chouettes souvenirs… » chantait le poète.
    Les groupes anglo-saxons que vous évoquiez en début d’article me font penser à tous ces groupes de hard-rock tendance « Metal » qu’écoutaient certains parmi mes camarades étudiants.
    En revanche, le style « Rap » véhiculé par certains de leurs compositeurs ne m’incite guère à les écouter. Ceci dit, chacun ses goûts et tant mieux.
    Au début des années 1980, arrive le style « HIP-HOP » et le rythme « Smurf « . Qui j’imagine n’a rien a voir avec le planétaire « MoonWalk » ce « pas lunaire » immortalisé par le grand Michaël.
    La chanson « T’as le look Coco  » chanté par l’artiste Laroche Valmont fut parait-il un précurseur du Rap à la Française. Parait-il…. Tout a bien changé depuis…
    Bon WE. Peter’.

    • Hello Peter,

      Les Pretty Things ont été pendant deux ans un groupe assez remuant, mais s’est bien calmé par la suite. En effet ces groupes sont les précurseurs du hard rock, tendance qui s’est affinée vers la fin des années 60 avec des groupes comme MC5, les Stooges et Blue Cheer. Les musiques actuelles sont en fait des musiques qui remontent à bientôt 40 ans, le mouvement n’est pas spontané, il évolué au fil de temps, c’est vraiment de la musique qui est née dans la rue et les ghettos.
      Michel Jackson est une continuité et une évolution de la soul à la Tamla Motown des années 60. Ce qu’il a fait n’était en fait pas une révolution, mais juste la suite de ce qui se faisait avant lui.
      Bonne semaine

    • Hello Olivier,

      Pour moi c’est inoubliable, de temps en temps je m’en écoute un ou je vais les voir en concert, c’est toujours bien de pouvoir échanger deux mots avec eux.
      Bonne semaine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.