Bas nylon et humour breton

 

Une petite exploration à travers L’Indépendant dinannais, à travers un de ses suppléments de juin 1900. Il est surtout question d’humour à travers quelques dessins qui reflètent la société d’alors. Le bourgeois est toujours présent, mais c’est pour mieux brocarder ses travers. Et son pire ennemi est souvent l’autre bourgeois. On se permet même un dessin un peu raciste, mais il est vrai que la plaisanterie raciste n’a jamais quitté le monde de l’humour. Mais elle est très souvent à deux sens, rire pour souligner qu’il ne faut pas rire, rire pour vraiment se moquer.

 

Source Gallica, BNP, DP

3 réflexions sur “Bas nylon et humour breton

  1. Bonjour Mr Boss,

    L’humour fait passer bien des messages. Molière, ce génial auteur de théâtre très prolifique, l’avait bien compris. Tout comme La Bruyère.
    Molière a eu des problèmes à la suite de sa pièce « Tartuffe » avec les autorités religieuses puisqu’il dérangeait certains de leurs privilèges. Il reste toujours d’actualité.
    Au début du 20è. siècle, les humoristes et caricaturistes, tel Daumier ou Carandache, s’en donnent à-cœur-joie pour railler la société bourgeoise. Il est vrai que les premiers mouvements syndicaux existent depuis peu (loi de 1884 avec Jules Ferry) et font progresser les lois sociales… Et puis, c’est l’époque des groupuscules anarchistes et leurs actions politiques.
    A l’autre bout du monde, l’année 1900 voit aussi la guerre des Boxers en Chine, vaste révolte sanglante déclenchée suite à des récoltes ravagées et des famines dans les provinces. Hollywood a porté à l’écran ce drame, en 1960 ou 1962, servi par de grands acteurs et actrices : Heston, Niven, Gardner.
    Dans un registre plus drôle, rappelons « les Pieds-Nickelés  » et la plus célèbre petite bonne maladroite de nos grands-parents : Bécassine, qui sont quasiment contemporains. Leurs albums sont difficiles à retrouver , sauf peut-être chez les collectionneurs ou les bouquinistes. Bonne chance, alors.
    Bon WE. Peter’.

  2. Bonjour M. BOSS
    Dans ce registre, pour info :
    Daumier’s Law (1992)
    Un court métrage de Paul McCartney qui est basé sur les travaux de l’artiste Honoré Daumier. Un homme dans une librairie lit une histoire allégorique sur un homme condamné à tort, qui doit nourrir un géant appelé Gargantua jusqu’à ce que le salut vienne.
    Réalisateur: Geoff Dunbar
    Écrivains: Paul McCartney (idée), Linda McCartney (idée)
    Bon weekend
    cooldan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.