Un disque de Noël pas comme les autres

RENDEZ-VOUS DEMAIN POUR LA SURPRISE DE NOEL!!!

Le disque de Noël a toujours existé. De nombreuses vedettes l’ont fait. C’est aussi un moyen détourné de se rappeler aux fans une fois par année. Jusqu’aux années 1960, on a respecté la tradition musicale de ces chansons, avec quelques exceptions où quelques disques tendance rock and roll mettaient une petite touche de style. En 1963, le producteur Phil Spector décide de révolutionner le genre en produisant un album de chansons de Noël version modernisée. Pour ceux qui ne le connaissent pas, il faut avoir en mémoire qu’il est le créateur du « mur du son », un concept technique et instrumental additionné de vocaux qui donne une couleur particulière aux sons, ce qui les rends facilement reconnaissables. A cette époque, Spector ne jure que par les interprètes noirs, c’est ainsi qu’il réunit ses plus grosses vedettes noires pour la réalisation de ce disque. Il y a les Crystals avec Darlene Love, Darlene Love sans les Crystals, les Ronettes, Bob B Soxx & The Blue jeans. Certaines des chansons reprises sont connues et sont des classiques du genre. Mais une partie sont des originaux spécialement écrits pour le disque. A la fin sur un air connu, Spector adresse un message à tous. C’est l’album de Noël qui se démarque le plus des productions traditionnelles et reste encore aujourd’hui un modèle du genre, c’est musicalement une réussite totale.

A sa sortie, le disque fut plutôt bien accueilli et se vendit très honorablement, il est classé par la revue Rolling Stone à la 142ème place sur leur liste des 500 meilleurs albums de tous les temps. Phil Spector est considéré comme un des rares producteurs plus célèbre que ses artistes. Il a aussi travaillé et produit certains albums ou titres pour de nombreux artistes dont il n’est pas à l’origine de leur notoriété, les Beatles, groupe et solos, les Rolling Stones, Leonard Cohen, les Ramones. Personnage devenu fantasque au fil des ans, adorant les armes à feu qu’il dégaine vite s’il est contrarié, il est inculpé pour le meurtre d’une actrice de série B et condamné à 19 ans de prison en 2009. Il devrait probablement finir ses jours en prison. Dommage pour un génie de ne pas le rester dans tous ses actes.

1. ‘White Christmas’ – Darlene Love (2:52)
2. ‘Frosty the Snowman’ – The Ronettes (2:16)
3. ‘The Bells of St. Mary’s’ – Bob B. Soxx & the Blue Jeans (2:54)
4. ‘Santa Claus Is Coming to Town’ – The Crystals (3:240
5. ‘Sleigh Ride’ – The Ronettes (3:00)
6. ‘Marshmallow World’ – Darlene Love (2:23)
7. ‘I Saw Mommy Kissing Santa Claus’ – The Ronettes (2:37)
8. ‘Rudolph the Red-Nosed Reindeer’ – The Crystals (2:30)
9. ‘Winter Wonderland’ – Darlene Love (2:25)
10. ‘Parade of the Wooden Soldiers’ – The Crystals (2:55)
11. ‘Christmas (Baby Please Come Home)’ – Darlene Love (2:45)
12. ‘Here Comes Santa Claus’ – Bob B. Soxx & the Blue Jeans (2:03)
13. ‘Silent Night’ – Phil Spector and Artists (2:08)

Voici l’intégrale de cet album dans l’ordre d’apparition sur le disque.

bas nylon et divers faits

En avril 1914, malgré la perspective d’une guerre imminente, George V roi d’Angleterre visite Paris. On est toujours dans l’esprit de « L’Entente Cordiale », l’Anglais n’est plus l’ennemi qui donne son nom aux problème menstruel de ces dames. Il débarque en France pour de toutes autres raisons. Il est vrai qu’à cette époque, l’Angleterre possède un empire colonial qui peut faire enrager n’importe quel Français épris de conquêtes, le style le soleil ne se couche jamais sur l’empire.  Les journaux destinés à un public averti, charmante appellation pour cacher des choses que l’on veut bien montrer, n’existent pas encore officiellement. Il existe quand même une presse qui porte la mention « pour les adultes ». Elle n’a aucune prétention érotique, mais un certain voyeurisme malsain constitue l’essentiel de ses pages. Les faits divers en sont la principale source d’alimentation et sont relatés d’une manière assez crue, sans toutefois exclure des histoires plus drôles. On peut faire la comparaison avec le même type de presse d’aujourd’hui, les meurtres, les accidents, le mauvais sort, sont toujours présents. Voici un florilège de ces infos publiées dans un numéro d’avril 1914, quelques jours après la visite de George V, de La Semaine illustrée.

Source Gallica, BNP, DP