Versions pas originales mais originales

Des versions inattendues, des découvertes, ou le résultat de rencontres improbables.

Manfred Mann dans le répertoire de Big Mama Thorton via Presley.

Les Beatles chantent Consuelo Velasquez, tout le monde connaît la chanson mais pas forcément la chanteuse.

Les Byrds imitent où se foutent, on ne sait pas très bien, des Rolling Stones.

Deux grands vocalistes au répertoire assez opposé, mais on trouve le moyen de faire quelque chose ensemble.

La pulpeuse Mae West s’essaye au répertoire des Beatles.

Encore Manfred Mann, une reprise jazzy de « Still I’m Sad » des Yardbirds et « You Don’t Know Me » de Eddy Arnold / Ray Charles.

Un duo improbable, mais quand deux allumés se retrouvent.

Je ne sais pas ce que Gene Vincent doit en penser

Ces gens-là qui sont connus en pas mal de versions, Brel ne doit pas trop se retourner dans sa tombe. Soan a des tripes !

Hommage en direct ? J’espère qu’elle a déposé les droits d’odeur.

A l’origine une chanson des Renegades, aussi connue dans la version des Shamrocks. Ici changement de cap, c’est du jazz et c’est bien torché. Un trio finlandais.

Un peu de dance pour terminer. Je connais un peu la musique arabe, pas tellement la moderne mais la traditionnelle. Parmi un vaste choix, « Mawoud », est un classique éternel du folklore arabe. De manière générale, la musique arabe est pour les gens de là-bas, une invitation à la dance. Les femmes arabes en plus d’être un peu mystérieuses et surtout très jolies, sont des danseuses très sensuelles. En voici un exemple sur l’air mentionné, c’est quand même vachement plus hot que le « Lac Des Cygnes » bien que la comparaison soit farfelue. Une thé à la menthe, des dattes, une chicha, l’odeur des épices, une danseuse comme celle-ci, et la vie est belle.