Bas nylon et une chanson qui valait plus que Dale

 

*****

Il est indéniable que la part du folklore ou des chansons traditionnelles dont l’origine se perd dans la nuit des temps, est loin d’être absente dans la musique moderne. Des chansons connues comme « J’Entends Siffler Le Train » ou « Le Pénitencier » viennent de là. Reste à trouver le petit truc et le succès qui les fera passer à la postérité de manière définitive. Un habile arrangement ou un peu de réécriture amènent quelquefois le déclic espéré. Nous allons revisiter un instrumental rendu célèbre par Dick Dale « Misirlou ». Les origines de la chanson viennent de bien loin, de bien plus loin que la Californie où elle a vu le jour dans sa version moderne.

Bien qu’incertaine géographiquement, l’origine exacte de la chanson se situe dans un des pays de la Méditerranée du sud-est. La Grèce, la Turquie, l’Egypte sont les plus évoqués. Un style musical est loin de s’arrêter à la frontière d’un pays. Même entre la Grèce et l’Egypte, on peut retrouver des similitudes sur les mélodies et la manière de chanter, d’autant plus que l’Empire Ottoman a modelé la culture du coin pendant longtemps. Dans les versions traditionnelles de « Misirlou » on sent l’inspiration arabe, mais on est pas trop étonné de l’entendre chanter en grec, car c’est avant tout une chanson. Encore aujourd’hui, le débat sur les origines n’est pas clos, chacun voyant un peu midi devant sa porte. Même le titre est un peu différent selon la langue dans laquelle elle est interprétée, le titre sous lequel on la connaît maintenant « Misirlou » ou « Miserlou »semble être le grec, mais elle parle d’une femme qui est probablement égyptienne. Voilà pour les origines.

Dick Dale est bien entendu connu de tous les amateurs de guitare surf, dont il est incontestablement le pionnier. Il est avec Link Wray l’un de ceux qui inventèrent quelque chose de nouveau au niveau de la technique de la guitare vers la fin des années 1950. Ce n’est pas tout à fait par hasard s’il connaît la chanson, car il a des origines libanaises et dans sa famille de musiciens, il arrive qu’elle soit jouée. Une des particularités de la mélodie est qu’elle peut être, selon les instruments, jouée sur la même corde. Dick Dale à lui-même la particularité d’être gaucher et de jouer avec les cordes inversées, c’est à dire les cordes aiguës en haut. Après avoir signé un contrat avec Deltone, puis Capitol, et après avoir publié des disque vocaux à partir de 1958, il peaufine ce qui deviendra son style propre et « Misirlou » fera tout naturellement partie des titres qu’il met à son répertoire. Sorti en 1962, le disque n’obtient aucun classement dans un quelconque hit-parade, mais malgré tout il fait grosse impression et les reprises s’enchaînent les unes dernière les autres. L’inclusion du titre, entre autres, dans le film « Pulp Fiction » relança passablement l’intérêt pour Dick Dale, même s’il est un de ces rares musiciens qui n’a pas vraiment besoin de succès commerciaux pour exister, il est une vrai légende et on ne peut pas interpréter sa musique sans le connaître.  A plus de 80 ans, il se produit encore sur scène maniant sa guitare avec une dextérité folle, tout juste s’il ne fait pas des sauts périlleux en jouant de la guitare.

Le EP français de 1963

*****

La première version enregistrée connue, Grèce 1927.

Le version « originale » studio de Dicd Dale, 1962.

Dick Dale avec son groupe les Del-Tones en live, 1963.

Une assez belle reprise par les Astronauts, un groupe du Colorado, 1963.

Une version vocale par Chubby Checker, 1962.

La version des Beach Boys, 1963.

La version des Chaussettes Noires, assez loin du surf, mais plutôt original, 1964.

Dans le film Taxi, joué par Patrick Abrial, 1998.

Un de ces massacres modernes samplé par les Black Eyed Peas, qui a sans doute rapporté pas mal de fric à Dick Dale, car c’est sur sa version, 2006.

Même les Brésiliens aiment ça, très belle version, 2012.

Une version tzigane jazzy, 2013

Le Maître en 2018

Pour le plaisir regardez le bonhomme dans 2 morceaux plus véloces, c’est son fils à la batterie, 2016.

2 réflexions sur “Bas nylon et une chanson qui valait plus que Dale

  1. Bonjour M. Boss,
    J’ai connu ce titre grâce aux Beach Boys ….mais j’étais à des kilomètres de toutes ces reprises et ce à toutes les sauces ! pourtant j’en connaissais certaines !
    étonnant !! et c’est sûrement pas fini …..comme quoi, même en partant de rien .
    Que dire de Dick Dale à 80 ans …un exemple pour toutes les générations .
    Bonne semaine
    cooldan

  2. Hello Cooldan,
    Moi c’était par la version des Astronauts, le EP français que j’avais trouvé dans un bac d’occase à mes débuts et dans le même lot celui des Chaussettes Noires, ainsi que celui de Dick Dale « The Roaster », c’est ainsi que je l’ai découvert. C’est fou ce qu’on trouvait dans les magasins à un prix symbolique. Ah la machine à remonter le temps !
    Bonne suite de semaine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.