Bas nylons et éclairages sur un soleil.

*****

Louis XIV reste un des plus célèbres rois de France. Au-delà du personnage que l’on connaît assez bien, l’histoire ne s’attarde moins souvent sur les autres facettes de sa personne. Il a fait de Versailles l’un des lieux les plus connus au monde, longtemps considéré comme le plus magnificent palais construit et habité par un souverain. Son objectif avoué mais non crié sur les toits, était de mettre toute la noblesse sous son contrôle et pour cela il fallait les avoir à l’oeil, donc a proximité. Il imposa l’étiquette, une sorte de mode d’emploi sur la manière de  se comporter à la cour et surtout envers lui. Sa journée était pratiquement réglée comme du papier à musique, et selon l’heure qu’il était, on pouvait savoir exactement ce qu’était le roi était en train de faire. Il dérogeait rarement à cette règle quand il était à Versailles, évidemment s’il s’en éloignait les choses pouvaient différer. Louis XIV fit de sorte que si certains auraient bien voulu prendre sa place, jamais ils n’eurent à mettre en doute que le roi c’était lui et lui seul.
Sous ces détours qui peuvent paraître relever de la plus pure mégalomanie, en fait il n’avait pas grand chose à prouver dans ce domaine, il fut plutôt une personne à qui l’on peut attribuer des côtés plutôt sympathiques. Je vais vous révéler quelques anecdotes, drôles, attachantes, inattendues sur le personnage. Elles appartiennent à l’histoire, mais ne sont pas forcément toutes connues des personnes qui n’ont pas étudié son histoire dans le détail.

Quelques traits généraux liés à sa personnes.

Enfant, il était plutôt timide.
Il a régné 72 ans dont 54 tout seul, record absolu dans le domaine
A la cour, le tabac était connu et passablement employé en prise ou fumé. Bien qu’il en offrit généreusement à ses soldats, il était un anti-tabac convaincu. Jamais, il n’offrit une tabatière en cadeau. Il ne fallait pas trop, pour ne pas dire c’était interdit, de fumer en sa présence, mais il semble que de rares fois où il était de joyeuse humeur, il accordait la permission de fumer.
Louis XIV était un grand mangeur, un ogre. Il adorait les petits pois mais détestait le chocolat. Il établit lui-même tout un cérémonial en ce qui concerne les repas. Selon les occasions c’était tel ou tel cérémonial qui était de rigueur. Mais pendant un journée normale, la suite était de trois repas dans l’ordre : le déjeuner (8 h 30), le dîner dit Petit Couvert (13 h 00), le souper dit Grand Couvert. (22 h 00) Le Carême était scrupuleusement respecté et se constituait d’un seul repas pris au coucher du soleil, la viande et le vin y étaient interdits. Le souper au Grand Couvert comportait une trentaine de plats. Le reliefs étaient vendus à la noblesse de Versailles aux portes des cuisines, sorte de cantine maison.


Il jouait de la guitare et était un fin danseur, tout en adorant se mettre en scène
Quand il allait au théâtre, il jouait les ouvreuses, accueillait chaque spectateur et prenait soin de fermer les portes quand tout le monde était là.
Il mesurait 1,84 mètre et était donc plutôt grand.
A 19 ans il avait perdu tous ses cheveux suite à la typhoïde, il portera des perruques tout au long de sa vie.
S’il était de constitution plutôt solide, vers la quarantaine il commença à souffrir le martyr à cause de sa dentition. Il adorait les sucreries. Une intervention ratée lui perça le palais, tant et si bien que tout ce qu’il avalait ou buvait pouvait lui ressortir par le nez. Il souffrit aussi d’une fistule anale dont il guérit grâce à l’habilité de son chirurgien qui inventa des instruments spéciaux pour résorber le mal. Curieusement, cette maladie devint presque une mode à la cour, tout le monde voulait avoir sa fistule, plus ou moins sévère et imaginaire, bien entendu.
Il était un grand fan de billard, on dit qu’il était même assez doué pour ce jeu. Il jouait aussi aux boules, mais il avait à sa disposition un ramasseur qui lui rapportait ses boules à la fin de la partie dans un panier de paille. Selon certains historiens, le Versailles d’une certaine époque n’avait rien à envier à Monte-Carlo question jeux.


Louis XIV vécut à une époque où l’hygiène laissait à désirer. L’eau n’avait pas très bonne réputation, pourvoyeuse de maladie selon l’idée de l’époque. Il est vrai que l’eau stagnante contient pas mal de microbes, même de nos jours dans certaines régions du globe, il vaut mieux éviter d’en boire. Le roi ne prenait, semble-t-il, qu’un bain par mois. Il se raconte que sa seule concession était de mettre chaque jour une chemise propre, après s’être plus ou moins frotté le corps avec une toile parfumée, ce qui est dans doute une des origines du mot toilette. Il recevait ses premiers visiteurs du matin en étant assis sur une chaise percée dite « chaise d’affaire », et expédiait si l’on peut dire, ses affaires courantes. Il n’apparaissait toutefois pas nu, sa chemise de nuit cachant le principal. C’était pratiquement un honneur d’assister à ce cérémonial, respirer les effluves malodorantes du roi une saine distraction réservée à une petite élite. Les médecins examinaient le résultat comme des voyantes prédisant l’avenir dans le marc de café. La fonction de gérant de la chaise percée n’était pas réservée à un quelconque serviteur, il fallait payer pour l’exercer.


Une des coutumes assez marrantes chez les rois de France, c’est qu’ils étaient déniaisés à l’adolescence. Comme il n’y avait pas de cours d’éducation sexuelle, on passait directement à la pratique. Ce fut une certaine Catherine-Henriette Bellier, dite Cateau-la-Borgnesse, qui ouvrit le bal de ce que l’on peut considérer comme étant la première maîtresse de Louis XIV. On ne possède pas de portrait d’elle, mais elle avait la réputation d’être laide, même borgne. La fameux chroniqueur Saint-Simon, la désigne comme étant un femme d’esprit, audacieuse et galante, entendez qu’elle avait assez facilement le feux aux fesses. C’est probablement la mère du roi qui l’envoya à la tâche, même si elle avait déjà atteint la quarantaine. Du haut de ses quinze ans, le roi semble avoir très apprécié la chose et il remit le couvert plusieurs fois avec elle par la suite. Elle reçut une château et une rente pour les services rendus. L’histoire retiendra qu’elle mit le roi sur orbite (sans jeu de mots), car par ses prouesses elle le rendit plutôt chaud lapin et lui donna goût à la chose.
Durant son règne il était presque plus facile de se promener à l’intérieur de Versailles que maintenant. Tout un chacun pouvait venir explorer à son gré l’intérieur du château. Même sa chambre à coucher était libre d’accès à condition qu’il ne l’occupe pas bien sûr. Il y avait évidemment des gardes partout pour intervenir en cas de besoin, mais pour le reste chacun faisait à sa guise. Il était strictement interdit de cracher parterre, par contre par manque de commodités, il n’était pas impossible de voir quelqu’un se soulager dans un coin. Un sorte de service existait, que Mel Brooks immortalisa plus tard dans son film « La Folle Histoire Du Monde » sous le nom de « valet de pisse », permettait moyennant un petite rétribution, de se soulager dans un seau porté par un préposé à la chose. Il n’est pas improbable que lorsque le roi utilisait ses services, les excréments royaux se vendaient un bon prix. On a les passions que l’on peut.
Selon l’étiquette, le roi se couchait seul et se levait de même. Mais il finissait toujours sa nuit dans le lit de la reine. S’il n’a jamais vraiment été fou amoureux d’elle, sauf peut-être au début du mariage, Louis XIV la respecta en temps que reine, mais beaucoup moins comme épouse en alignant les maîtresses.  En plus de 20 ans de mariage, il lui fit quand même six enfants, toutefois ce nombre ne surpasse pas celui des bâtards. A la mort de la reine, il aurait déclaré : « voilà le premier chagrin qu’elle me cause ».

Marie-Thérèse d’Autriche (1639-1683), reine de France (1660-1683)

Saint-Simon qui fut un de ses principaux détracteurs, lui reconnaissait toutefois deux qualités, juste et bon. Ces qualités devaient probablement s’effacer devant la raison d’état, mais au-delà il semble avoir été un homme qui aimait sincèrement quand il vous accordait sa confiance, le mot tendresse revient souvent dans ses mémoires. Le métier de roi en est un où la clientèle est très volatile.


6 réflexions sur “Bas nylons et éclairages sur un soleil.

  1. Bonjour M. Boss,
    Merci pour ces faits et anecdotes de l’histoire, cocasses pour la plupart !!!,
    un régal à lire ou découvrir !
    Bonne fin de semaine
    cooldan

    • Hello Cooldan,
      C’est un peu comme cela que l’histoire me plaît le plus. Savoir que Napoléon emportait avec lui des cure-dents sur le champ de bataille, cela met un homme à sa plus juste place.
      Bon weekend

  2. Bonjour Mr Boss,

    Ah les petites histoires de la grande Histoire.
    Eh oui, les princes sont des hommes comme tout le monde, la bénédiction divine en plus,
    Louis XIV est un de mes personnages historiques favoris. On lui prête toujours par ironie ces mots : « L’Etat, c’est moi ». Il a véritablement lancé la France sur la voie des temps modernes, d’un point de vue artistique et administratif.
    Paris attire alors les artistes de toute l’Europe, moyennant pension octroyée par Sa Majesté.
    Trois siècles après sa disparition, son héritage est toujours présent.
    Le palais de Versailles, naturellement, lieu ô combien symbolique de son pouvoir et prison dorée pour une noblesse rebelle (épisode de la Fronde- 1649) mais aussi les ports et forteresses construits par Monsieur de Vauban, Commissaire aux Fortifications.
    Une légende tenace voulait que Louis Dieudonné était une personne de petite
    taille. Visiblement ce ne fut pas le cas. En revanche, Napoléon 1er mesurait 1, 65 mètre. Charlemagne, le grand Empereur d’Occident, avait la même prestance qu’un autre grand Charles, au propre comme au figuré, célèbre, de notre histoire contemporaine : Le Général De Gaulle : 1,92 mètre !
    Et comme le dit très justement, le comédien Jean Desailly dans le film » le fou du
    Roi  » (1987) : « Et Versailles sans le Roi, ce n’est pas Versailles ! « .
    Bon WE. Peter.

    • Hello Peter,
      Louis XiV est assez attachant. Sa taille semble avoir été sous estimée pendant longtemps, mais on est sûr de rien, juste quelques indices. C’est marrant comme on peut se faire des idées sur la taille des personnes. Parmi ceux que j’ai croisés, Aznavour était petit, Hugues Aufray très grand, je fais moi-même 1,80 m, alors je compare. Je les avais imaginés ni plus grands ni plus petits que moi. Aussi marrant, la gestuelle des personnes, leur tics ou manies, leurs voix, c’est toujours une découverte quand on les a en face. On s’imagine là-aussi bien des choses, puis on se ravise, c’est autrement. D’autres fois, on ne sait rien, ils aiment qu’on ne les reconnaisse pas. C’est ainsi que je suis presque sûr d’avoir passé une soirée à discuter et bore des verres avec Jacques Debary, le commissaire Cabrol. Il avait la même voix, les mêmes tics, fumait les mêmes cigarettes. C’était dans un petit bistrot du côté de Pigalle où j’avais mon hôtel. Il m’avait juste dit son prénom, Jacques, un indice de plus. Encore aujourd’hui j’ai un doute.
      Bon weekend

  3. Bonsoir Mr Boss,

    C’est juste. Avec les gens connus, on s’imagine des vérités et des clichés sur leur personnalité, tant physique que morale. En raison de leur métier au contact du public certainement. La TV est en quelque sorte un prisme au travers duquel on voit telle ou telle personne et l’image qui en est rendue peut être parfois exagérée ou réductrice. Et le rôle d’acteur a tendance à occulter la vraie personnalité au quotidien. Du style : il joue les méchants ? Alors il doit avoir mauvais caractère. C’est assez terre-à-terre comme réflexe mais non dénué de sens. Enfin à mon humble avis.
    Jacques Debary jouait dans la nouvelle série des « Cinq dernières minutes » me semble t-il. On ne l’a connu que dans ce rôle visiblement. Si mes souvenirs sont
    exacts.
    Ah la belle époque des feuilletons télé de notre jeunesse…
    Bon WE. Peter.

    • Hello Peter,
      En effet, on s’image des choses du style un méchant à l’écran, l’est aussi dans la vie. En fouillant un peu, on s’aperçoit vite qu’il n’en est rien, c’est même souvent le contraire. Le propre d’un vrai acteur, c’est de jouer dans tous les registres, et surtout de faire oublier qui il est. De ce point de vue et par exemple Bourvil en était très capable. On le voit principalement en comique, mais on oublie qu’il fut aussi un assassin, un infecte Thénardier, ou encore un commissaire de police très sérieux.
      Jacques Debary est surtout connu pour son rôle des « Cinq dernières minutes », mais il a beaucoup tourné dans des rôles moins visibles comme chez Luis Bunuel par exemple. C’est sûr que sans la télé il serait beaucoup moins connu. La télé reste un refuge pour les acteurs qui veulent arrondir les fins de mois, sans que cela soit un atteinte au talent de certains.
      Bon weekend

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.