En passant

Bas nylons et une chanson triste

*****

Les Yardbirds furent sur bien des points un groupe très innovateur. L’histoire se rappelle avant tout des trois fameux guitaristes qui officièrent dans la première époque, Eric Clapton, Jeff Beck, Jimmy Page. Après le départ de Clapton et l’apparition de Beck, l’orientation du groupe changea passablement. Du blues plus ou moins traditionnel qui alimenta les premiers sillons, Beck se posa en précurseur d’une avancée musicale qui fait encore la réputation du groupe. L’année 1965 est un tournant majeur dans l’histoire de la musique, la révolution est autant sociétale que musicale. Tout en revendiquant un nouveau mode de vie, on explore à fond de nouveaux sons, de nouvelles manières de concevoir la musique. En toile de fond, la musique psychédélique pose ses premiers jalons, de futurs grands noms comme les Doors sont à l’affût. Les Yardbirds sont déjà présents et à côté de succès  bien calibrés aux sonorités bien nouvelles, ils vont enregistrer pour la première fois dans l’histoire de la pop, un titre inspiré du chant grégorien. Le titre en sera « Still I’m Sad » et à ce jour il reste toujours une référence incontournable dans leur discographie. Jusque-là, le groupe n’a pas vraiment de compositeur attitré parmi les membres, le principal composteur est extérieur, Graham Gouldman qui sera le pourvoyeur des trois premiers gros hits. Mais malgré tout, on s’essaye à la composition, le résultat aboutira au premier album studio qui sera exclusivement composé d’originaux signés par les membres. Toutefois, le bassiste Paul Samwell-Smith, aussi directeur musical, et le batteur Jim Mc Carty font bande à part pour la composition de « Still I’m Sad ». L’idée est venue comme ça, il leur a paru intéressant d’explorer cette voie. Certains essais furent testés dans les toilettes d’un lieu public pour profiter de la résonance des lieux. Une fois le titre mis au point et enregistré, on hésita pour savoir s’il figurait en face principale du prochain 45 tours, l’autre titre étant le resplendissant « Evil Hearted You », la troisième composition de Gouldman pour le groupe. Finalement, le disque fut lancé sur le principe de la double face A. Le disque connut un succès considérable, mais au fil du temps « Still I’m Sad » est celui qui est le plus resté dans les mémoires, d’autant plus qu’il fut repris de nombreuses fois.

L’original

La version française par… les Compagnons de la Chanson !

Le version jazzy de Manfred Mann, instrumental 1966.

Les mêmes dans une version en live, 1966.

Un trio de jazz sur le fameux label Blue Note. the Three Sounds, 1967.

La reprise de Rainbow, hard rock,1975.

La reprise par les stars du disco Boney M, qui fit beaucoup pour immortaliser la chanson en face B de Ma Baker, 1977.

Une version en finlandais, Markku Aro, 1977.

Version de Minimal Compact, groupe new vawe, 1986.

Une autre version française, « Le Chagrin », Ramon Pipin, 1992.

Gregorian, 1999.

Version hard rock, Axel Rudi Pell, très belle voix, qui rappelle un peu celle du chanteur des Scorpions.

Rainbow en live, 2017.

Les Yardbirds, formation actuelle en live, 2016.

2 réflexions sur “Bas nylons et une chanson triste

  1. Bonjour M. Boss,

    Pour la résonance , c’est également dans la salle de bain de la maison Forthlin Road, où il habitait, que Paul a commencé à jouer de la guitare !!
    Si vous allez à Liverpool, vous pourrez visiter la maison de Paul et celle de John , agencées comme à leur époque, je les ai visitées bien sûr, j’en ai encore des frissons, ainsi que de se rendre sur tous les lieux mythiques qui évoquent les Beatles…..
    Bonne semaine,
    cooldan

    • Hello Cooldan,
      Merci pour cette anecdote que je ne connaissais pas. J’avais lu, il y longtemps, que Justin Hayward avait composé « Night In White Satin » dans ses toilettes, pièce réputée la plus tranquille de son appartement.
      C’est clair que si un jour je vais à Liverpool, je ne manquerai pas de voir toutes les connections Beatles. La seule vraie connection que j’ai eue dans ce style, c’est avec Lee Curtis qui a très bien connu les Beatles à leurs débuts à Hambourg. Il m’avait raconté quelques anecdotes. Il m’a aussi affirmé posséder plusieurs albums dédicacés, sans doute une petite fortune aujourd’hui.
      Bonne semaine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.