En passant

Bas nylons mais pas en 1850

Je ne sais pas ce que vous considérez comme étant les inventions les plus significatives de l’histoire de l’humanité. Certaines relèvent d’un côté utile et pratique, voire indispensable. D’autres sont plus futiles, mais permirent une évolution considérable dans la connaissance et le domaine culturel. De ce point de vue, même si on peut vivre sans, la photographie est un apport gigantesque qui permet de soumettre de manière indélébile les limbes d’un moment quelconque dans la mémoire des hommes. Imaginez qu’elle serait notre vision de l’histoire si la photographie avait existé à la cour de Louis XIV. Il s’en faudra encore de plus de 100 ans avant que cela ne devienne une réalité. J’ai toujours considéré une photo sous deux aspects, un voyage dans le temps qui rencontre un moment d’éternité. Sans doute ceux qui s’adonnèrent à cette passion au 19ème siècle pensaient comme moi, mais un peu à l’envers, fixons le présent pour le futur. Par la grâce d’Internet, cette machine qui remplace un peu Dieu pour certains, il est aisé de se perdre dans les dédales du temps et aller frapper à des portes qui sont closes depuis longtemps, de voir des visages qui ne sont plus que poussières aujourd’hui, mais est-on vraiment complètement mort quand quelqu’un pense à vous ?

Fort de ces paroles, je suis aller en rechercher une douzaine qui furent prises entre 1850 et 1860. Visages, lieux connus ou inconnus, ils voyagent dans le temps.

Une assemblée de nobles anglais assistant à la mise à l’eau d’un bateau sur un chantier londonien.

Martin Van Buren, 8ème président des Etats-Unis.

Un couple avec un enfant posant devant les chutes du Niagara.

Marché public à Boston.

Jerusalem

Un chantier industriel de construction navale à Londres.

Morlaix, qui de Tréguier

Napoléon III, empereur de France.

Paris la Seine et l’île de la Cité.

Pierre Clément Eugène Pelletan, écrivain, journaliste, homme politique.

Une jeune fille hollandaise.

La reine Victoria et sa suite à une exposition d’art à Manchester.

Sources DP

4 réflexions sur “Bas nylons mais pas en 1850

  1. Bonjour M. Boss,
    Comme vous le dites si bien le passé permet de vivre le présent et aussi d’imaginer le futur , un bon côté d’internet de récupérer ces photos, tout comme je pense les belles photos de ces femmes en Bas Nylon dont on peut que se délecter.
    Bon weekend
    cooldan

    • Hello Cooldan,

      Internet est une chose dont nous n’envisagions même pas l’existence un jour. Avoir un tourne-disque stéréo était déjà un must, la télé couleur une révolution Quant aux belles en nylon, le seul avantage, c’est que nous les avions réellement devant nos yeux, du moins j’ai quelques souvenirs précis sur la chose. Mais ne faisons pas notre fine bouche, la vie est quand même belle, même si l’on peut regretter certaines choses.
      Excellent weekend

  2. Bonsoir Messieurs

    Excellente invention que la photographie ! Merci Mr Niepce !
    Elle vient au secours de notre mémoire parfois défaillante. Elle fixe pour un certain temps des évènements qui nous ont émus ou marqués : un visage, un lieu , un moment partagé…
    Etudiant à Toulouse, en 1988, mon cursus comprenait des cours de photographie avec prise de vue et développement en labo. Intéressant de découvrir son propre cheminement technique. Documentaliste, je devais savoir indexer tous types de supports d’information destinés au public,
    L’ère d’Internet et la numérisation bouleversent la conservation des informations audio-visuelles et écrites. Le microfilmage leur cède la place notamment dans le domaine de l’écrit. Les Archives Nationales sont progressivement fixées sur support numérique. L’INA à Paris a pour tache principale de conserver toute l’actualité du pays depuis l’apparition des reportages sur pellicule il y a un siècle.
    C’est en quelque sorte « la mémoire du pays ». Je vois d’ici l’immense travail de Bénédictins de mes confrères dans ce but. Et des heures à visionner ces évènements… « Ô temps, suspend ton vol… ».
    Bon WE. Peter Pan

  3. Hello Peter,

    En effet, votre métier vous a permis de suivre l’évolution de la technique liée aux documents. Pour ma part, je suis un fans de tous ce qui peut approcher les anciens documents conserves ici ou là. L’INA est une mine d’or dans laquelle je puise abondamment. J’y passe parfois des soirées entières.
    Bonne semaine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.