En passant

Bas nylons et un nana qui ne doit pas partir

*****

Récemment, j’ai abordé très brièvement la chanson « Baby Please Don’t Go » dans un autre post. Cette chanson a toute une histoire, bien qu’on l’attribue au bluesman Big Joe Williams comme créateur, elle lui est d’ailleurs créditée comme compositeur. En fait, les origines remontent probablement bien plus loin. Certains lui voient une ressemblance avec le standard « Alabamy Bound » ou un vieil air qui date de l’époque de l’esclavage « Long John ». Il est certain qu’une multitude de chansons circulaient à travers les USA à la manière de chansons de troubadours, et le fait de l’arranger d’une manière un peu particulière pouvait suffire pour en déposer les droits. Big Joe Williamns l’enregistra lui-même en 1935, et ce n’est que 30 ans plus tard via le reprise des Them qu’elle connut son envol définitif. Evidemment les Them en proposèrent une adaptation assez percutante, qui n’avait plus grand chose à voir avec l’original, elle changeait de couleur passant du noir au blanc. Pendant les 30 années écoulées entre original et reprise, il en existe de nombreuses autres versions avec quelques variantes, même en Angleterre les Them ne furent pas les premiers, Georgie Fame l’enregistra avant. Encore une fois, c’est une chanson qui se prête facilement à un arrangement dans un style précis, c’est le fait qu’elle soit reprise par une multitude d’artistes. Exploration…

L’original, 1935.

Lightnin’ Hopkins, 1949.

The Orioles, 1951.

Muddy Waters, 1953.

Billy Lee Riley, probablement première version blanche et un peu rockabilly, 1958.

Mose Allison, 1960.

Georgie Fame, 1964.

Them, 1964. Rappelons que la face B était le fameux « Gloria ».

The Boots, Allemagne, toujours très bons dans les reprises, 1965.

Paul Revere & Raiders, 1966.

 

Le Grand Mellon, version assez particulière, 1966.

Amboy Dukes, les débuts de Ted Nudgent, version pop bien enlevée, 1967.

The Rising Storm, à toute allure et psyché, 1967.

Dharma Blues Band, ce sont des Anglais, 1969.

Dion,  le chanteur à minettes qui aimait le blues, 1969.

Gary Glitter, 1972.

ACDC, 1975.

Hank C Burnette, le fameux rocker suédois, instrumental et décoiffant, 2002.

xxxxx

2 réflexions sur “Bas nylons et un nana qui ne doit pas partir

  1. Bonsoir
    Une chanson multi facettes qui permet toutes les fantaisies
    j’aime beaucoup aussi ce titre live

    Bonne fin de semaine
    cooldan

Répondre à Le Boss Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.