En passant

Bas nylons et une chanson pour les Zombies

*****

Certaines chansons sont noyées dans la discographie d’un artiste. Très souvent elles émergent des profondeurs grâce à la reprise d’un autre artiste et se posent en un sorte de standard en bénéficiant de cet impact. Il faut bien remarquer que c’est souvent un peu la faute des maisons de disques en ne lui donnant pas la visibilité voulue. Nous allons aller dans la discographie des Zombies et nous intéresser à un titre, une vrai perle. J’ai toujours considéré ce groupe comme étant l’une des meilleures signatures que Decca ait pu faire dans les sixties, mais qu’elle ne sut pas ou mal exploiter. Les USA furent plus rapides et sans doute plus attentifs à pousser la promotion, et avec succès, sur certains de leurs enregistrements. Pour la période Decca, les Zombies c’est surtout l’incontournable « She’s Not There » que ne fut « que » 12ème dans les charts anglais, alors qu’il atteignit aux USA la première place  au Cashbox et la seconde Billboard. Pour le suivant l’Angleterre choisit « Woman » qui n’entra même pas dans les classements. Les USA firent l’impasse, le décalage des publications le permettant, et préférèrent le suivant « Tell Her No » qui fut encore un hit aux USA et se hissa à la 6ème, tandis qu’il fit un très modeste score en Angleterre. La chanson dont nous allons parler s’appelle « I Remember When I Loved Her ». Un de ces titres dont les Zombies avaient la spécialité via la voix unique de Colin Blunstone, ceci dans une ambiance un peu froide et nostalgique au niveau texte. Le clavier Rod Argent en est le compositeur. Les Zombies se partageaient le travail de composition entre lui et Chris White le bassiste, mais jamais ensemble. Originalement, elle figure sur le premier album anglais de 1965. Immédiatement elle attire du monde et plusieurs reprises sont faites la même année, dont Noël Deschamps pour la France. Les USA font selon leur bon plaisir, ils récupèrent un titre pas encore publié « I Want You Back  Again » intitulé parfois « I Want Her Back » aux USA et publient un single avec justement « I Remember When I Loved Her » en face B. Ce sera aussi une spécialité française, Decca publie le premier titre, mais pas le second sur le 4ème EP français des Zombies. Ce sera un succès pour les Zombies en France, il atteindra la 3ème place du hit parade de Salut les Copains. Voilà le contexte original de cette chanson. Pour moi. ce fut un casse-tête pendant longtemps, car il était impossible de mettre la main sur une copie, soit le LP anglais ou le single US. Attiré par l’adaptation française, je l’ai commandé plusieurs fois sans jamais avoir une réponse favorable. Il me fallut attendre la réédition « Rock Roots » en 1976, pour enfin écouter l’original. Je me suis bien rattrapé depuis.

L’original, les Zombies 1965.

Le superbe adaptation française de Noël Deschamps, qui peut faire pâlir l’original, « Souviens-Toi Que Moi Je T’aime », 1965.

Pour la Suède, Ola & Janglers, belle version, 1965.

Pour l’Allemagne, les Boots, un grand groupe, 1965.

Suède, the Monx, 1966.

Par les Brothers Four, la première version anglaise que j’ai entendue, 1966.

Des Hollandais, C-Sounds, 1966.

Une curiosité. Dans un épisode de « Destination Danger » avec Patrick McGoohan, on peut entendre une version en italien de la chanson. Je l’avais noté il y a bien longtemps sans savoir qui l’interprétait. Magie de la Toile, c’est une certaine Angelique, chanteuse apparemment très discrète, Un single publié par Pye en Angleterre, 1966.

Des Hollandais, Denvis and the Real Deal, 2010.

Cineplexx, des Anglais, belle version, 2011.

Victor Delorenzo, 2013

I Love Math, des Américains, 1966.

Lana Cooper, une Allemande, 2018.

Bayshore Zombies, un groupe actuel qui clone les chansons des Zombies.

*****

2 réflexions sur “Bas nylons et une chanson pour les Zombies

  1. Bonjour M. Boss,
    C’est vrai que l’on a trop tendance à s’arrêter pour un artiste aux succès connus, alors qu’en se plongeant dans la discographie on découvre des perles oubliées.!
    vous faites en somme un travail d’archéologie de la musique par vos posts et je m’en délecte.
    Bonne semaine
    cooldan

    • Hello Cooldan,
      Je me suis toujours dit que quand j’achetais un disque, je payais pour écouter le tout. Bien souvent ces titres secondaires révèlent le vrai visage de l’artiste bien plus que les succès. Je suis de ceux qui peuvent repartir à l’écoute quand je découvre une nouvelle version d’un titre que j’aime bien.
      Merci pour votre appréciation.
      Bonne fin de semaine.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.