En passant

Bas nylons et un Jules

Où étiez-vous le 27 avril 1912 ? A cette question, vous auriez pu répondre : « A Choisy-le-Roi, j’assistais à la capture de Bonnot ». En effet, c’est ce jour-là que fut mis fin à la cavalcade du fameux bandit. Dans l’histoire, il y a des bandits qui sont moins antipathiques que d’autres, Bonnot en est certainement un. Certains font l’unanimité contre eux, d’autres bénéficient d’une certaine aura dans certains milieux, comme ce fut le cas pour lui avec les anarchistes. Entre les pour et les contre, Bonnot a toujours fait parler de lui, c’est encore le cas aujourd’hui. Mais remontons le temps et voyons ce que racontait un journal au sujet de dernier baroud d’honneur de Bonnot, ce 27 avril 1912. J’ai choisi L’Humanité, journal que l’on ne peut pas trop suspecter de partialité. Sans doute la description la plus honnête des journaux de l’époque, même si elle n’encense pas le créateur du braquage motorisé.

Source Gallica, BNP, DP