En passant

Bas nylons et un Auguste sans Renoir

*****

Faisons connaissance avec un photographe vers la Belle Epoque. Ayant exercé divers métiers c’est finalement avec la photo qu’il obtient une certaine renommée. Une de ses facettes, c’est de s’intéresser au spectacle de la rue et surtout les petits métiers. Vision photographique et savoureuse d’une autre époque magnifiée par le sépia, plus de cent ans après c’est toujours un must.

Jean Eugène Auguste Atget, né le  à Libourne et mort le  à Paris, est un photographe français.

Il est principalement connu pour ses photographies sur le Paris de la fin du xixe et du début du xxe siècle.

Eugène Atget est né d’un couple d’artisans de la banlieue parisienne. Orphelin à l’âge de cinq ans, il est élevé par ses grands-parents à Bordeaux. Après de courtes études secondaires, il s’embarque comme garçon de cabine sur un paquebot de ligne et travaille, de 1875 à 1877, sur des lignes desservant l’Amérique du Sud.

En 1878, de retour à Paris, il tente d’entrer, sans succès, aux cours d’art dramatique du Conservatoire. Il doit alors accomplir son service militaire. En 1879, il tente de nouveau le Conservatoire et réussit, mais l’assiduité est incompatible avec ses obligations militaires. Il est exclu du Conservatoire en 1881. Il commence une carrière d’acteur qu’il poursuivra durant quinze ans, sans grande réussite : il joue des rôles mineurs dans des théâtres de banlieue. En 1885, il entre dans une troupe ambulante de comédiens. Son métier lui permet de rencontrer, en 1886, Valentine Delafosse-Compagnon (1847-1926), qui deviendra sa compagne.

L’année suivante, victime d’une affection des cordes vocales, il abandonne le théâtre et Paris pour se lancer dans la peinture, le dessin puis la photographie. Dès 1890, il est de retour à Paris pour s’essayer à la peinture, sans grand succès. S’il ne joue plus sur scène, Atget continue longtemps d’entretenir sa passion pour le théâtre, en donnant notamment des conférences sur cet art dans les universités populaires, et ce jusqu’au déclenchement de la Première Guerre mondiale.

Cliquer sur les photos pour voir la légende et les agrandir.

Souce, Gallica, BNP, Wiki, DP

6 réflexions sur “Bas nylons et un Auguste sans Renoir

  1. Bonjour M. Boss,
    Ces photos font revivre la vie d’antan …..et permettent de mieux comprendre notre monde actuel. On ne peut pas vivre de nos jours, sans avoir un regard sur le passé.
    Bonne fin de semaine
    cooldan

    • Hello Cooldan,

      Comprendre le monde actuel, vous avez raison c’est en étudiant l’histoire qu’on arrive à la comprendre mieux. C’est même parfois assez marrant. Savez-vous pourquoi on appelle les flics, les poulets, les perdreaux ? L’île de la Cité où se trouve le fameux 36 quai des Orfèvres était à l’origine l’emplacement d’un marché de volailles. On s’instruit parfois de l’histoire avec peu de choses. Dans une bande dessinée des années 50, un ivrogne comme rentrant tard chez lui chante dans la rue. Je me suis quelquefois demandé qu’elle était la chanson en question, inconnue pour moi. Aujourd’hui j’ai eu la réponse en écoutant la radio, c’est une chanson de Luis Mariano, sans doute assez populaire à l’époque, mais pas la plus connue.Il faut bien admettre que Mariano, c’est pas trop ma tasse de thé, je suis excusable.
      Bon week-end

  2. très joli regard sur notre passé , je trouve très jolies ces femmes avec leurs bas
    les jambes sont admirablement mises en valeur
    que du plaisir pour les yeux

  3. Bonsoir Mr Boss,

    On découvre la vie (misérable ?) d’autrefois. Petits métiers et grands travaux parisiens. Un Paris en pleine évolution depuis l’époque du baron Haussmann sous le Second Empire. C’est l’époque aussi des peintres impressionnistes.
    Que d’émotion en découvrant ces gens…
    Merci pour ce petit retour sur le passé.
    Bon WE. Peter.

    • Hello Peter,
      Ah ils n’avaient pas tous des diplômes décorés commes des arbres de Noël La vie est plus belle maintenant ? Ca j’en doute, mais ne soyons par trop critiques quand même.
      Bon week-end

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.