En passant

Bas nylons et des mensonges qui cartonnent

1965 fut une année remarquable en musique, sans doute une des meilleures du siècle. On assiste à une révolution musicale importante. C’est un peu une charnière entre l’ancien et le nouveau monde. Ce n’est évidemment pas quelque chose qui commence le premier janvier, il y a des prémices. Le rock and roll a marqué les années 1950, la musique noire n’est plus tout à fait rangée à l’intérieur d’un ghetto, le blues commence à marquer les esprits blancs. Les teenagers se reconnaissent de plus en plus à travers leurs idoles, la musique devient le centre de leurs intérêts. Les Beatles ont conquis le monde entier, c’est la première fois qu’un groupe le fait de manière durable, il y a des émeutes partout où ils passent. Ce qui va marquer 1965, c’est l’évolution vers une musique qui se veut pensante, on ne fait plus essentiellement que de la musique, mais on recherche des nouveaux sons, on explore de nouvelles tendances. Là encore il y a des prémices, les Rolling Stones, les Yardbirds, les Who, commencent à intéresser les amateurs de sensations un peu plus fortes. Avec « My Generation » les Who ont un hit avec une chanson peu conventionnelle, plus une suite de débauche instrumentale et vocale, qu’une mélodie pour sérénade. Cinq ans plus tôt, un tel truc était impensable, aucun producteur n’aurait mise un centime pour produire un disque pareil.  Les Yardbirds ont introduit le clavecin dans leur premier hit « For Your Love », sans que personne ne s’en rende compte, tellement c’était bien trafiqué. Même la face B, l’instrumental « Got To Hurry » est à mille lieues de ce qu’aurait pu imaginer un fan des Shadows. Aux USA, cela bouillonne aussi, les Byrds électrifient le folk, dans les studios on prépare le lancement des première fusées pyschédéliques, la soul music ne va plus être une musique essentiellement noire. Depuis 1963 l’Angleterre mène le bal, de par la domination des Beatles, les artistes sujets de la reine ont une préférence au niveau international. Ironie du sort, c’est parfois avec des chansons crées par des artistes US qu’il accaparent le succès. L’Amérique n’est toutefois pas dans un silence radio complet, quelques artistes arrivent à briser le silence. Des Beach Boys à Roy Orbison ils arrivent à se faire entendre, mais dans l’esprit du citoyen pas trop branché, ils sont des artistes anglais. Les Ricains vont même mettre un embargo, pour qu’un artiste anglais se produise aux USA il devra y avoir une contrepartie anglaise pour un artiste américain, c’est dire si la situation est tendue.
C’est en 1965 que la tendance va s’inverser, les Américains commencent à renverser la vapeur, les Byrds, les Righteous Brothers, Del Shannon, accaparent les places du hit parade anglais. Les plus marioles imitent le style anglais pour se faire un nom. Des groupes comme les Beau Brummels captent assez bien ce style et auront une consécration nationale et dans une moindre mesure internationale. Une des plus belles démonstrations dans ce genre, souvent citée en exemple, reste le fameux « Lies » propulsé par les Knickerbockers et qui s’inspire fortement des Beatles.
Le groupe fut formé en 1962, mais n’enregistrent rien avant 1964. Ce n’est que l’année suivante que leur fameuse chanson, un original composé par deux membres du groupe Beau Charles et Buddy Randell, devient un hit national publié par le label Challenge. Il sera publié internationalement et sera très populaire dans plusieurs pays, je me souviens de l’avoir entendu sur les radios françaises. Ce sera leur seul véritable succès. Le groupe se sépara, mais il se reforma plusieurs fois pour divers concerts. La batteur Jimmy Walker, doué d’une belle voix, remplaça Bill Medley dans le duo des Righteous Brtothers en 1968.

L’original, 1965.

Première cover par la fille de Frank Sinatra, bien vocalement, mais de loin pas aussi intéressant instrumentalement que l’original, 1966.

Un gag en montage, comme si les Beatles avaient vraiment enregistré ce titre, on s’y croirait.

Un autre fils de star, celui de Jerry Lewis, Gary Lewis et ses Playboys, 1966.

La version française de Ronnie Bird « Cheese », un des très bons adaptateurs de l’époque yéyé, 1966.

The T-Bones,, le goupe US instro célèbre pour une pub sur les aspires, existe aussi par les Ventures.

Une première version tendance hard rock par Styx, 1974.

Linda Ronstadt, 1982.

The Delmonas, 1985.

Kel-Ann Brandt, c’est une Australienne, 2003.

The Strangers, version acoustique entre copains, 2013.

Une orchestre US d’animation pour fêtes, bonne reprise, 2016.

Les Sonomatics, groupe nostalgique du garage punk, reprise nerveuse, 2016.

*****

5 réflexions sur “Bas nylons et des mensonges qui cartonnent

  1. Hello M. Boss,
    Pour If The Beatles Were Actually Singing ‘Lies’, je connaissais cette parodie.
    Le gars a sûrement pris du temps pour à faire cette vidéo; synchroniser les mots avec les Beatles chantant ces mêmes mots. Bon travail! toutefois.
    PS – Comme vous devez le savoir, John Lennon aurait déclaré: « Ils nous ressemblent plus que nous! » quand il a entendu Lies par les Knickerbockers.
    Il y a aussi sur le net un autre titre If The Beatles Were Actually Singing ‘The Dancer'( The allusions)
    Bonne semaine
    cooldan

    • Hello Cooldan,

      Oui le montage est parfait, tout y est.
      A l’époque quand j’avais acheté le disque, je l’ai d’ailleurs toujours, je n’avais pas trop fait le rapprochement avec les Beatles, mais bon je n’avais pas mon l’oreille aussi bien formée que maintenant.
      Par contre, je ne connais pas les Allusions, je vais aller voir cela.
      Il y a aussi les Shakers « Don’t Ask Me Love » du l’Uruguay

      ou encore les Black Knights « Angel Of Love », cela sonne comme du Beatles des débuts.

      Bonne semaine

  2. De rien pour cette trouvaille, c’est surtout vous qui m’en apportez toutes les semaines .
    Les Shakers, les Black Knights ….etc beaucoup de groupes ont voulu faire à la sauce Beatles ….c’est souvent très réussi ….mais pour perdurer il fallait avoir la diversité et le génie des Beatles, même si j’en conviens certains groupes ont pas eu de chance d’être captés par le public et les médias.
    Bonne semaine
    cooldan

    • C’est très bien de pouvoir échanger sur un blog. Sans être ignorant sur les Beatles, je ne suis pas aussi fin limier que vous, c’est justement nécessaire d’avoir des spécialistes pointus sur un artiste. Je suis plus un spécialiste des obscurités, du psychédélique, du garage, du british beat. Je peux aussi dire merci au fait d’avoir eu la chance de pouvoir me monter une belle collection dans mes jeunes années. J’achetais un peu tous ces invendus que l’on trouvait dans les magasins à des prix ridicules. Ce sont une grande partie de ces disques qui sont devenus des collectors. Dans les années 1970, j’ai écumé les disquaires de plusieurs pays, seuls les disquaires m’intéressaient, tant pis pour les musées.
      On peut aussi dire merci à ces compilations parues dans les années 1980, qui réunissaient pas mal de ces obscurités. C’est ainsi que j’ai découvert les Shakers, les Black Knights, sinon difficile de mettra la main sur des copies originales.
      Les Beatles ou les Rolling Stones ont été souvent imités mais jamais égalés, c’est très difficile de lutter contre une bonne alchimie entre les membres d’un groupe. Et cette alchimie est en fait très rare.
      Bonne fin de semaine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.