En passant

Bas nylons et faits d’un peu partout et d’ailleurs

 

*****

Une des plus succulentes sources d’infirmations reste les journaux qui traitent de faits divers. Chacun peut y trouver son bonheur, quelle que soit la chose à laquelle il peut s’intéresser. Hélas, le plus souvent les gens sont attirés par le côté malsain, on se gargarise d’histoires criminelles et des vilaines histoires qui n’arrivent, en principe, qu’aux autres. Peu de gens imaginaient il y a cent ans, qu’avec l’apparition de la Toile, ces informations allaient entrer dans une sorte d’éternité. Vous allez découvrir dans la suite de l’article, quelques histoires qui furent relatées en 1912 dans le magazine L’Oeil de la police. Elles concernent des anonymes qui ont jailli le temps d’un article à la connaissance d’un lecteur pour retomber dans un inévitable oubli, sauf que maintenant 108 ans plus tard, elles refont surface. On peut considérer que les journaux numérisés peuvent constituer aujourd’hui un gigantesque ficher, bien plus fourni que dans n’importe quel rêve de policier. Si votre grand-père a braqué une banque, il se pourrait bien que l’on retrouve son nom à quelque part. Même vous, si votre affreux voisin a embouti votre bagnole un soir d’ivresse, vous pourrez toujours lui mettre sous le nez le compte rendu du tribunal qui l’a condamné à six mois avec sursis, vous verrez comme c’est drôle. A la fin de l’article, vous trouverez un développement pour un cas précis. Comme il s’agissait d’un fait survenu à l’étranger, j’ai voulu vérifier le précision et la véracité de l’information en le cherchant dans la presse locale. Vous pouvez cliquer sur certaines images pour une meilleure vue.

Comme dit au début, voici le développement d’un fait divers qui s’est passé en Suisse. Il concerne l’histoire ci-dessus des deux jeunes filles qui ont un accident de montagne, Il est fait mention dans l’article qu’elles venaient de La Chaux-de-Fonds, ville proche du Doubs qui fait la frontière entre la Suisse et la France dans cette partie du Jura. L’article dans L’Oeil de la police est très succinct, suffisante pour rappeler le fait dans les grandes lignes. Mon but était de vérifier si l’information était exacte, du moins pas trop fantaisiste, et si ce drame avait vraiment eu lieu. J’ai recherché dans la presse locale, si je trouvais mention de ce fait. Après quelques recherches, difficile quand on n’a pas de noms ni de dates, j’ai fini par trouver. Ce fait a bien eu lieu, il est plus développé dans le journal suisse, d’autant plus qu’il concerne les filles de parents honorablement connus comme on dit, mais le résumé va a l’essentiel et rapporte les faits correctement. J’ai volontairement effacé les noms, car il peut encore y avoir de la descendance qui se souvient de cette histoire, inutile d’en rajouter.

 

 

 

Source, Gallica, BNP, DP

4 réflexions sur “Bas nylons et faits d’un peu partout et d’ailleurs

  1. Hello M. Boss,
    Faits divers truculents ou cruels ….à contrario de nos faits divers actuels, c’est le choc des mots (avec ou sans dessin) , pour compenser le choc des photos qui viendront plus tard.
    Bon weekend
    cooldan

    • Hello Cooldan,
      Une photo c’est sans doute plus parlant, mais à contrario, l’écriture permet souvent de se faire une idée sur celui qui écrit. En fait, l’idéal c’est les deux.. Cela dit je suis toujours assez friand de ces petites histoires qui éclairent un pan du passé.
      Bon week-end

  2. Bonjour Mr Boss,

    Plongeon dans les faits divers du passé. Tout est dit par le texte court, précis au maximum, et parfois agrémenté d’une illustration. Qui sera supplantée par la photographie.
    La différence entre ces deux types d’illustration réside dans le fait que le fait divers rapporté prend corps par le biais de l’imagination de son auteur, alors que la photographie fixe les conséquences du drame rapporté sans re-intervention. Difficile à l’époque, vu la technique, d’en faire des montages fantaisistes.
    La mer et la montagne sont deux entités naturelles redoutables dont il faut se méfier des soubresauts. « Prudence est mère de toute sûreté ».¨
    Peter.

    • Hello Peter,
      On pouvait douter à l’époque qu’un jour ces petites histoires resurgiraient d’un truc qui fait que les gens sont reliées entre eux par une sorte d’autoroute mondiale.
      La montagne c’est beau, mais elle mérite le respect, c’est un spectacle dont je ne me lasse pas.
      Bonne semaine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.