En passant

Bas nylons et Mr Spencer

*****

On l’oublie un peu, mais le Spencer Davis Group fit partie de cette poignée de groupes qui imposa la musique noire et le r’n’b en Angleterre. En plus de cela, ils eurent aussi pas mal de succès, c’est sans doute ce qui relégua leur démarche un peu au second plan. Leur premier album est truffé de reprises, et l’on ne peut que constater qu’elles sont loin de friser le ridicule. Le groupe contient un petit génie, il n’a que 15 ans quand il intègre le SDG, Steve Winwood. Il est multi-instrumentiste et dans le groupe il joue aussi bien de la guitare solo que des claviers. Sa voix est aussi un de ses atouts, elle sonne assez noire et il est le principal vocaliste du groupe, l’autre étant, aussi très compétant dans cet exercice, Spencer Davis. Ce dernier, vocaux et guitariste rythmique, est déjà un vieux routier. Il a en fait presque dix ans de plus que Steve Winwood, né en 1939. Il est passionné depuis toujours de musique, mais s’il est aussi capable de jouer de plusieurs instruments, il est aussi polyglotte. Il parle l’anglais, l’allemand et le français. Quand je l’ai rencontré, il m’a dit qu’il regrettait de ne pas pouvoir le parler plus souvent et qu’il l’oubliait un peu. En fait, son premier métier fut prof de langues, il était d’ailleurs surnommé « professeur » dans les clubs qu’il fréquentait. Nous trouvons encore Muff Winwood, le frère de Steve, basse et vocaux; Steve York, batterie. Ils sont signés par Island et seront parmi les premiers gros artistes du label qui deviendra rapidement une major.

Spencer Davis et votre serviteur

Allons faire un petit voyage dans la discographie du groupe, surtout ces titres qui remplissent les faces B et parfois un peu perdus dans les albums. Tous parus entre 1964 et 1967, à peu près dans l’ordre chronologique et ne concernent, sauf une exception, que la période avec Steve Winwood.

Le premier single, une version du titre de John Lee Hooker, aussi exploitée par les Animals, mais celle-ci est plus « nerveuse ».

Second single, reprise des Soul Sisters

Un titre emprunté aux Righteous Brothers, dans une excellente version.

Reprise d’un des premiers classiques de Ike & Tina Turner. C’est la chanteuse Millie (My Boy Lollipop) qui chante en second plan.

Un original composé par Spencer Davis, également au chant, très bluesy.

Belle reprise du classique popularisé par Ray Charles.

Reprise d’un très fort titre de la chanteuse de soul Betty Lavette.

Un original de Steve Winwod et Spencer Davis, pour moi un de leurs plus grands titres, le vocal et l’ambiance sont merveilleux.

Un classique de country créé par Joe Babcock et repris par un tas d’autres, même Johnny Hallyday en France.

Un titre en allemand, reprise d’une chanson populaire.

Du même compositeur que les premiers hits du groupe, le Jamaïcain Jackie Edwards, aussi exploité par les VIP’S

Un instrumental de Winwood et un peu de politique avec un certain Lumumba, les anciens connaissent.

Le classique de Presley / Orbison.

Un autre instrumental de Winwood.

L’incontournable classique d’Elmore James.

Le seul célèbre titre de Percy Sledge, qui va comme un gant à la voix de Winwood.

A l’époque, ils avaient passé sur Europe 1 à « Salut Les Copains », j’étais derrière mon transistor. On avait questionné le groupe en leur demandant quel était leur enregistrement préféré, Ils avaient répondu « High Time Baby », composition collective du groupe. Alors la voici…

La face B du premier single sans Winwood, un original de Spencer Davis, immortalisé par Allman Brothers Band.

Un document, le groupe en live pour la tv finlandaise, 1967. Les tubes « Gimme Some Lovin », « I’m A Man », « Georgia On My Mind », Dust My Blues » + interview

Le Spencer Davis Group actuel.

*****

En passant

Peter Pan fait son cinéma (8)

Suite des chroniques de notre ami Peter Pan. Merci à lui.

 

Distribution

  • Gene Hackman (VF : Claude Joseph) : Révérend Frank Scott, pasteur de quartier difficile
  • Ernest Borgnine (VF : Henry Djanik) : Sgt. Mike Rogo, policier de la mondaine
  • Red Buttons (VF : Guy Piérauld) : James Martin, chemisier
  • Carol Lynley (VF : Claude Chantal) : Nonnie Parry, chanteuse
  • Roddy McDowall (VF : Jean-Pierre Leroux) : Acres (Alan en VF), serveur du paquebot
  • Stella Stevens (VF : Michelle Bardollet) : Linda Rogo, ancienne prostituée, femme de Mike
  • Shelley Winters (VF : Paule Emanuele) : Belle Rosen, retraitée
  • Jack Albertson (VF : Philippe Dumat) : Manny Rosen, quincaillier à la retraite, époux de Belle
  • Pamela Sue Martin (VF : Jeanine Forney) : Susan Shelby, jeune vacancière
  • Arthur O’Connell (VF : Jean-Henri Chambois) : Chaplain John, pasteur, mentor de Frank
  • Eric Shea (en) (VF : Arlette Thomas) : Robin Shelby, jeune vacancier, frère de Susan
  • Leslie Nielsen (VF : Jean-Claude Michel) : Commandant Harrison, capitaine du paquebot
  • Fred Sadoff (en) (VF : Serge Lhorca) : Mr. Linarcos, propriétaire du Poséidon
  • Sheila Mathews : Nelly, l’infirmière
  • Jan Arvan (VF : Henri Labussière) : Dr. Caravello, médecin de bord
  • Byron Webster (VF : William Sabatier) : le commissaire de bord
  • John Crawford (VF : Marc de Georgi) : Joe, le chef-mécanicien
  • Bob Hastings (VF : Pierre Hatet) : le Maître de cérémonie
  • Erik L. Nelson (VF : Pierre Hatet) : Mr. Tinkham, sous-officier
  • Charles Bateman (en) (VF : Daniel Gall) : Premier-lieutenant Larsen
  • Maurice Marsac : l’officier français de l’Aéronavale (non crédité)

En passant

Bas nylons et de la couleur

*****

Dès que la photographie apparut, mise au point par Niépce et qui réalisa la première photographie en 1826, les hommes se fixèrent immédiatement un autre but évident, la prise de vue en couleurs. De nombreux procédés et évolutions furent essayés et mis au point. L’Anglais Thomas Sutton en fut un des pionniers en réalisant en 1861 ce que l’on peut considérer comme la première photo en couleurs. Evidemment, les moyens et techniques diverses avaient leurs avantages et désavantages, mais ils avaient un point en commun, ce n’était pas accessible au simple citoyen. Il fallait avoir des connaissances et aussi un matériel assez coûteux qui ne se vendait pas au kiosque de la gare.
Le premier procédé en couleurs qui connut une réussite commerciale, donc accessible à un plus grand nombre et fabriqué industriellement, fut inventée par les frères Lumière, l’autochrome qui utilisait des plaques photographiques. On put se procurer le matériel à partir de 1907 et pendant plus de 30 ans il fut très utilisé. Il ne sera définitivement supplanté que par le Kodachrome, la bonne vieille pellicule que nous connaissons tous, à partir de 1935. Avant, il ne faut toutefois pas imaginer qu’il suffisait d’appuyer sur un bouton et d’amener le film à développer, c’était quand même un peu plus compliqué.
En voici le principe :
A l’opposé des autres techniques de l’époque, ce procédé qui emploie la méthode additive enregistre l’image sur une seule plaque photographique, sous forme d’une image noir et blanc composite représentant le rouge, le vert et le bleu. Émulsion et filtre sont intimement liés, de la prise de vue à la projection, du fait du caractère aléatoire du filtre.
Les grains de fécule colorés
La technique consiste à saupoudrer une plaque de verre avec des millions de particules microscopiques (10 à 20 micromètres) — des grains de fécule de pomme de terre — teints en rouge (orange), vert et bleu (violet), fixés par de la résine. Les interstices entre les grains sont comblés par de la poudre de carbone très fine (noir de fumée). Ce filtre est scellé par une laque qui le protège pendant les opérations de développement de la surface sensible qui a été déposée sur le tout.

  • L’exposition se fait, plaque de verre en avant.
  • Le développement est complexe puisqu’il faut inverser l’image : deux développements successifs avec une post-insolation.
  • La restitution s’effectue par rétro-éclairage, source de lumière du côté de la surface sensible.

Même avec une excellente émulsion, la présence du filtre réduit la sensibilité effective de 4 à 8 stops. Du coup, cette technique demande un long temps de pause, d’où la mise en scène des personnages et le flou fréquent de la végétation.

Voici une vingtaine de vieilles photos réalisées selon ce système. Rien de comparable avec ce qui se fait aujourd’hui, mais certaines sont plutôt bien réussies. Rendez-vous très prochainement dans un autre article, nous parlerons un peu de photo moderne et de technique.

 

Source Gallica, Wikipédia, BNP, DP,