En passant

Bas nylons et coup d’oeil sur l’écran

*****

Les petits reportages de la télévision, les actualités cinématographiques, ont fait oeuvre de pionniers pour saisir l’air du temps. Des petites séquences faisant enrager le cinéphile qui attendait avec impatience son film, mais rien ne se perd. Bien des années plus tard, ces petits films témoignent d’une époque passée, voire oubliée, tout en y ajoutant une saveur particulière. On retrouve l’attitude et le comportement des gens d’alors et c’est souvent assez étonnant. Heureusement que nos bibliothèques nationales ont eu la bonne idée de conserver tout cela plus ou moins précieusement. Plus fort encore, les mettre à notre disposition pour pouvoir les visionner. L’Ina occupe une place particulière en conservant des milliers de clips qui couvrent une immensité de sujets. Je n’ai pas hésité en allant les fouiller et en vous proposant une sélection des reportages brefs dans des domaines très éclectiques. Un régal !

1966 – L’apparition de la mini-jupe causa un drame, lequel?

Le métro en 1950, déjà des beaufs!

1963 – L’homme de la rue et son opinion, on a presque l’impression que c’est aujourd’hui.

1964 – Maman la plus belle du monde…

1963 – Voilà ma ville camarade, elle s’appelle bidonville…

1971 – Qui aime bien, châtie bien…

1960 – La vérité est ailleurs…

1950 – C’est fumeux…

1982 – Gainsbourg & Siné et quelques autres…

*****

8 réflexions sur “Bas nylons et coup d’oeil sur l’écran

  1. Bonjour M. Boss,
    Des faits de société qui ma foi nous font réfléchir sur le présent et nous éclaire peut être un peu sur le futur …….quoique on est pas au bout de nos surprises.!
    Bonne fin de semaine
    cooldan

    • Hello Cooldan,
      Nous qui sommes du même âge, on ne peut que mieux comprendre l’évolution de la société. C’est quasi sûr, nous ne sommes pas au bout de nos surprises.
      Bon week-end

  2. Bonjour Mr Boss,

    Voilà un bon bain de jouvence !!!
    Ah l’I.N.A ! Cette mémoire vivante de notre temps !!! J’envie mes confrères qui y travaillent. Super ! Visionner des films et autres reportages comme activité professionnelle. Le rêve pour moi en particulier, qui suis passionné d’Histoire.
    Une belle initiative. Et quel plaisir de replonger dans ces années des « Trente Glorieuses » sous l’égide du Général. France laborieuse, respectueuse des valeurs traditionnelles… Les années 1970 me ramènent à mon enfance et à cette insouciance de cet âge. On voit les mêmes préoccupations sociales dans la population. Premier choc social : l’apparition de la mini-jupe !!! Premier pas pour l’émancipation féminine lancée par Courrèges et Quant. 1966 ! La belle année !
    Il s’en est passé des choses, cette année-là !!! Houlala !!!!
    Merci pour ce petit clin d’œil émouvant.
    Bon WE. Peter.

    • Hello Peter,
      En effet, on tombe en plein dans votre truc. Je n’ai jamais pu exercer ma passion pour l’histoire de manière à en faire un gagne pain, mais cela peut aussi se pratiquer sans but lucratif. Je le pratique assez bien au niveau local, c’est toujours intéressant de savoir pourquoi les choses sont ainsi et pas autrement. Il y a deux ans, j’ai écrit un petit livre d’histoire locale pour une société d’un intérêt semblable, un exemplaire fut remis à tous les membres. Parmi eux, il y en a un qui chaque fois qu’il me voit, me reparle de ce bouquin, il a presque des étoiles dans les yeux. Il est vrai que j’ai abordé le sujet plus par la petite histoire, tout en soulignant le fait que Louis XIV était intervenu dans sa destinée et que Louis XVI a signé un traité avec cet endroit. Personne n’avait connaissance de cela, à part les plus férus. Pour la petite histoire, je mentionne par exemple, que l’on vit la fameuse comète de Halley, avant que sa périodicité ne soit établie par l’astronome qui lui a donné son nom. Autant dire que les gens de l’époque voyaient en elle des signes divins et même un goût de fin du monde. Dire que maintenant l’on cherche des traces du vie dans les planètes qui nous sont voisines.
      Bon week-end

  3. Bonjour Mr Boss,

    Tout ce travail de recherche, de mémoire collective ou individuelle demande de l’effort, du temps, essentiel, et des moyens financiers ou matériels. On devient pour un temps l’archéologue, qui porte bien son nom. On s’aventure dans le labyrinthe du temps, accroché au fil conducteur des souvenirs comme à un fil d’Ariane…
    Mais au final, c’est gratifiant pour soi et pour les autres qui retrouvent un peu d’eux mêmes par des bribes d’une histoire familiale, qu’on croyait effacé pour l’éternité.
    Dans une famille, quant nos ascendants disparaissent naturellement, au fur et à mesure, c’est comme si un peu de nous mêmes disparaissait. Leur présence au quotidien a quelque chose de magique, Qui de nous n’a jamais eu ces mots avec les plus anciens : « Dis-moi,Grand-Père/ Grand-Mère, c’était comment avant ?? ».
    Je reviens sur votre article ci-dessus. Sa conclusion m’intrigue.
    La Comète de Halley fut découverte en 1786 et ne sera visible qu’en 2061 !
    Le fameux traité signé par Louis XVI fut peut-être le traité de Lunéville par rapport au duc de Lorraine Stanislas( ?). J’avoue que je n’ai pas vérifié mes propos.
    Oui, les comètes étaient porteuse de bons ou mauvais présages selon la mentalité populaire de ces époques… L’aventure astronomique se tourne vers la Voie Lactée et semble lancer : « Il y a quelqu’un là-haut ? ». Insatiable curiosité humaine…
    Bon WE. Peter.

    • Hello Peter,
      Alors voici une précision. La comète de Halley fut clairement identifiée par Halley qui en établit la périodicité en 1786, environ 75-76 ans, Mais comme il s’agit d’une comète très visible, assurément la plus visible de celles à périodicité régulière, elle a été aperçue bien avant sans que l’on sache que c’était elle, cela remonte même à l’Antiquité. On la retrouve dessinée sur la célèbre tapisserie de Bayeux lors de son passage en 1066, qui fut interprété par les Saxons comme un mauvais présage. Les chroniques et les écrits qui m’ont servi pour mon livre font mention des ces apparitions, et le cycle correspond bien à celui de la comète de Halley avant qu’elle soit identifiée, j’ai vérifié. Par contre, j’ai été déçu lors de son passage en 1986, car elle était peu visible, alors qu’en 1910 elle fut même visible en plein jour.
      Non, le traité auquel je fais allusion n’a rien à voir avec Lunéville, mais a trait à l’abandon de certains droits réciproques dans les successions. Quant à Louis XIV, il rappela à ses sujets que les possessions sur certains territoires revenaient en droit au prince de Conti qui avait ses faveurs. Le roi c’était lui, et il ne loupait jamais une occasion de le rappeler. Tout cela, c’est de l’histoire locale qui n’a pas changé la face du monde, mais qui montre que malgré les distances qui pouvaient paraître énormes à l’époque, on savait très bien combien il y avait d’assiettes dans le buffet de la cuisine.
      Il est vrai que les témoignages des ancêtres peut attirer notre curiosité. Mais je suis un peu à part dans le domaine, car mon père est né en 1889, contemporain de Charlot et de Hitler, c’est dire si j’ai une assez bonne idée de ce qui se passait en 1900 ou 1910 avec un témoignage direct, car Dieu sait si mon père m’en a parlé à travers ses souvenirs. C’est d’ailleurs un peu grâce à lui qui j’ai ce goût pour l’histoire locale. Entre les deux, on couvre presque 130 ans d’observations sur trois siècles. Entre mon père, moi, et ma fille, nous sommes nés chacun sur un siècle différent. Il faudra un jour que je cherche combien de familles ont cette particularité, ça doit quand même pas courir les rues.
      Bon dimanche

  4. Bonjour Mr Boss,

    Merci beaucoup pour toutes ces intéressantes précisions.
    Pour le passage de la comète en février ou mars 1986, je me souviens qu’ici en midi toulousain, la majorité des observateurs avaient été eux aussi déçus de la mauvaise visibilité due à la météo, en particulier ce jour-là.
    Je crois que le magazine « Ca m’intéresse » de févier ou mars 1986 contenait un dossier « Astronomie » sur la Comète de Halley. A vérifier.
    Louis XIV pratiquait la « Politique des Réunions » en diplomatie. Et ce procédé lui fut parfois reproché par les souverains étrangers. Strasbourg ne se rend à sa Majesté qu’en 1681, en toute fin de la Campagne d’Alsace, car lâchée par l’Empereur de Prusse et réduite à la quasi-famine.
    Votre père est né l’année de l’Exposition Universelle. Quelle coïncidence !
    Le goût pour l’histoire locale puis nationale prend souvent racine dans les souvenirs de famille, et par extension, on en vient à s’intéresser aux évènements qui les entouraient et au-delà. L’Histoire est parfois, si j’ose dire, un gène familial.
    A cultiver sans modération.
    Bon Dimanche. Peter.

  5. Hello Peter,
    En effet l’exposition de 1889 et l’inauguration de la Tour Eiffel. Il avait encore comme contemporains Cocteau, Nehru, Salazar, De lattre de Tassigny, Abel Gance, Damia. Il ne faut pas s’imaginer je l’imaginais comme un grand-père, malgré nos 64 ans de différence d’âge. Physiquement il paraissait beaucoup plus jeune et il était très alerte et avait l’esprit vif. Plus qu’une relation de père et fils, nous étions surtout deux bons copains et cela a perduré après que j’aie commencé à avoir des copines, qui le trouvaient d’ailleurs très cool. L’une d’entre-elles avait son grand-père qui avait à l’école avec mon père. Il a quand même atteint le bel âge de 90 ans, décédé suite à une attaque cérébrale. Ma mère, 20 ans plus jeune que lui, l’a même surpassé puisqu’elle est morte à 93 ans.
    Ce qui a peut-être attiré mon intérêt pour l’histoire locale, c’est les discussions de mon père avec ses copains, qui avaient évidemment un peu le même âge que lui. C’était les trucs du genre : Tu te souviens de… ». Une autre petite anecdote: un couple que mon père connaissait très bien, ils avaient été témoins du second mariage de mon père et il avait été à l’école avec la femme, avait deux photos de son père affichées dans des cadres. Il avait été un phénomène capillaire, car ses cheveux poussaient, si l’on peut dire, en droite ligne. Il ressemblait un peu à un hérisson. J’ai toujours le visuel de cette photo dans l’esprit. Sur l’autre, il était juché sur un de ces vieux vélos avec une immense roue et une petite derrière. D’après ce qu’il disaient, il avait été le premier à en posséder un dans la ville où il habitait. Cela me fascinait en étant enfant, car il y avait très longtemps que ces vélos n’existaient plus, seuls les plus anciens s’en souvenaient. J’imagine le premier Tour de France sur ce genre de bécane.
    A propos de comètes, le plus belle que j’ai vu est celle de West en 1975, très spectaculaire.
    Bonne semaine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.