En passant

Bas nylons et vieux habits

*****

Encore des affiches ! Dans tout ce qui peut attirer mon oeil, cette dernière n’est pas la plus mal placée. Nous avions vu des affiches qui concernaient les magasins de jouets, allons faire un tour dans les magasins qui ne concernent pas seulement les enfants, mais un peu tout le monde. Celles que je vous propose sont très anciennes, elles furent dessinées en 1850 et 1858, ce qui nous fait remonter d’environ 170 ans dans l’histoire. A travers elles, nous commençons de voir poindre ce qui deviendra le grand magasin. Un peu plus tard, il sera pratiquement une nécessité pour chaque ville de quelque importance d’en avoir au moins un ou deux. Vers 1860, la population de Paris avec la banlieue compte environ 2 millions d’habitants. Cela fait un potentiel de clientèle assez considérable, d’autant plus que le chemin de fer peut amener du monde depuis les environs. Le marketing existé déjà, du moins il se met en place. On a compris que dans un magasin qui vend des articles de pêche, on viendra y acheter des articles de pêche. Mais, si à côté il y a un rayon qui vous propose des journaux, du pâté en boîte, des clopes, des bouteilles de pinard, cela pourra donner des idées à la clientèle. Alors laisser le client se balader librement dans ce qu’il n’est pas venu en principe acheter, cela peut l’inciter à faire des dégâts dans sa bourse. La société de consommation plantait ses premiers clous. Toutefois vers 1850, on trouve surtout des magasins d’habillement, le reste viendra, mais l’idée de grandeur et du choix de plus en plus vaste se fait pressante et présente. Les fameuses Galeries Lafayette ouvrirent en 1894 avec une surface de 70 m2, le placard à balais aujourd’hui. Alors voici à quoi pouvait ressembler l’habillement vu à travers les affiches un peu après 1850. Les images sont cliquables pour une meilleure vue.

Tex Avery

Walt Disney

Source Gallica, BNP, DP