En passant

Inventaire musical à La Prévert (5)

Cinquième partie de notre voyage dans les sixties allemandes.

The Remo Four – On peut considérer que les Remo Four font aussi partie de ces groupes anglais émigrés de Liverpool vers l’Allemagne, qui figurent dans le haut du panier. Ils ne sont pas tout à fait des inconnus quand ils débarquent en Allemagne. Managés par Brian Epstein, ils ont servi d’accompagnateurs pour Johnny Sandon, Tommy Quickly, Gregory Philips, tout en enregistrant deux singles pour le label Piccadilly. L’Allemagne servira d’accélérateur et leur offrira la possibilité d’enregistrer quelques singles et un album. Il ont spécialement dans leurs rangs un guitariste de première main, Colin Manley, au jeu assez jazzy. Paul McCartney qui l’a connu, le considère comme le meilleur guitariste sur la scène de Liverpool au temps de la Cavern. A côté de leur propre cuisine assez r’n’b, ils serviront aussi ponctuellement d’accompagnateurs pour d’autres artistes sur la scène de Hambourg. George Harrison fit appel à eux pour son projet de bande sonore pour le film « Wonderwall », film dans lequel joue Jane Birkin. Du groupe émergea aussi le trio Ashton, Gardner & Dyke qui eut un temps de succès au début des seventies.  Colin Manley fut pendant longtemps un des guitaristes en titre des Swinging Blue Jeans. Il est décédé d’un cancer en 1999. A titre privé et un peu sous forme de devinette, on m’avait montré une photo de lui un peu avant son décès. Je ne l’ai absolument pas reconnu tellement il avait l’air hagard et bouffé par la maladie.

1966, en live, le célèbre Peter Gunn.

1966, en live comme des musiciens de jazz.

1967 – Live Like A Lady, un rien psychédélique, un original de Manley,

Face B, un standard Sing Hallelujah.

1967 – The Skate, assez r’n’b.

1967 – Brother Where Are You. Reprise d’un titre d’Oscar Brown Jr,

1957 – Seventh Son. Un titre de Mose Allison.

The Searchers – Parmi les groupes anglais qui eurent une forte connexion avec l’Allemagne à leurs débuts, mais qui explosèrent par la suite au plan international, mentionnons les Searchers. Contrairement aux Beatles, leur séjour fut plus bref, mais ils laissèrent une assez forte impression. Philips prit même la peine de les enregistrer lors d’un show au Star-Club, bandes qui furent publiés assez rapidement sous forme d’un album quand ils commencèrent à marquer des points en Angleterre. Comparativement avec celles qui furent publiées plus tard pour les Beatles, elles sont d’une bien meilleure qualité sonore. Quand Philips fonda sa sous marque Star-Club, le premier single publié est un extrait de ce show. Par la suite ils revinrent à la charge en enregistrant en allemand plusieurs de leur succès, publications qui font le bonheur des collectionneurs aujourd’hui.

1963 – Album publié en Allemagne

1963 – Premier single publié en Allemagne extrait de l’album. Ce n’est pas les Searchers sur scène, mais la photo a bien été prise au Star-Club.

Sessions du Star-Club publiées en 1963

I Sure Know a Lot About Love – Une reprise des Hollywood Argyles, ils en feront une version studio pour Pye. Première publication pour le label Star-Club.

En face B, une reprise de Buddy Holly.

Sweets For My Sweet – C’est en quelque sorte un rodage, mais aussi une reprise des Drifters.

Hey Joe –  Mais oui il existe aussi par eux. C’est un traditionnel dont certains tentèrent de s’attribuer la paternité.

Sick And Tired – Reprise de Fats Domino et première publication allemande sur Philips.

Reprises en allemand 1963 – 1965 sur le playback de la version anglaise.

Süß Ist Sie (Sugar And Spice)

Liebe (Money)

Farmer John

Tausend Nadelstiche (Needles And Pins)

Wenn Ich Dich Seh (When You Walk In The Room)

Verzeih My Love (Goodbye My Love)

The Cry’n Strings – Un peu comme les Rainbows que nous avons vus dans un autre post, les Cry’n Strings furent un des groupes allemands qui cassa la baraque le temps d’un titre en 1967. « Monja », un slow plein de romantisme à la manière allemande puisque chanté dans la langue nationale. Elle fut elle-même un peu concurrencée par la version carbone enregistrée par Roland W pour un label rival. C’est le genre de truc que l’on entend partout pensant quelques semaines et puis quasiment plus rien. Il arriva un peu plus tard jusqu’en France via la version française du playboy suédois, Peter Holm qui rencontra un succès assez conséquent. La version originale fut également publiés par Vogue, bien avant le succès de Holm, mais n’émergea pas des profondeurs. Le groupe ne réitéra jamais ce succès, les disques suivants s’inspirèrent par trop de leur hit. Ils se reforment occasionnellement pour des soirées nostalgie.

1967 – Monja

Une assez sympathique face B en anglais, assez rock.

1968 – Addio Margaretha. La face B du second single qui se détache mieux de la copie presque note pour note leur hit figurant sur la face A.

Johnny & The Hurricanes. Le légendaire groupe de la fin des fifties, mené par Johnny Paris  recentra une partie de sa carrière en Allemagne au début des sixties. Il est reçu comme un roi car il a sa légende déjà bien construite. Evidemment le Star-Club l’accueille, avec en première partie de son premier concert quelque chose qui ressemble fort aux Beatles. S’étant passablement fait gruger au niveau des droits d’auteur, les producteurs s’attribuent tous ses arrangements, il fonde sa propre maison  de production Atila records. Naviguant entre l’Allemagne et les USA, il garde une popularité pratiquement intacte et devient surtout le seul membre du groupe original. D’après ses dires, plus de 300 musiciens sont passés dans le groupe. Du groupe original il ne reste qu’un seul membre encore en vie, l’organiste Paul Tesluk. Lui-même décéda en 2006 aux USA des suites d’une opération. Une des plus importantes publication sur son label fut un album enregistré au Star-Club et publié en 1965.   Il s’est mis dans l’air du temps, on y retrouve des reprises des Beatles, des Kinks, Tommy Tucker, à côté de quelques uns des ses succès. Pendant longtemps cet album est resté presque introuvable jusqu’à sa réédition en 1980. Je n’ai malheureusement trouvé aucun titre extrait de cet album sur Youtube, mais en lieu et place je vous propose quelques clips en vrai live enregistrés en Allemagne. En ouverture, je vous propose un enregistrement peu connu de 1964 « Saga Of The Beatles » sur son label Atila, dans lequel il affirme son admiration pour les Beatles.

1964 – Saga Of The Beatles

Buckeye

Reveille Rock

Beatnick Fly

*****

6 réflexions sur “Inventaire musical à La Prévert (5)

    • Merci pour votre commentaire et bienvenue…
      Dommage, mais je suis plus chanceux que vous, les miens je sais très bien où ils sont.
      Cordialement et revenez nous dire bonjour !

      • J’ai retrouvé des 78t durs comme de l’acier mais ils sont noirs … les autres, je sais pu. Pourtant j’en ai un paquet. Même des très bariolés du style aux PINK FLOYD … si je ne me trompe pas. ELO en a aussi fait un en couleurs.

      • Hello l’Ami,
        En principe les 78 tours étaient en bakélite donc facilement cassables. Pour éviter cela, les maisons de disques coulaient parfois la matière sur un support en métal.pour les stocker dans les archives, cela existe aussi pour le vinyles.
        Le disque « bariolé », picture disc ou shape disc a été popularisé à la fin des années 60 et il existe toujours en tirage spécial pour les fans mordus.Ce sont en général des éditions qui prennent assez vite de la valeur. Encore mieux quand ils sont anciens et pressés en petites quantités. Il en existe à peu près pour tous les artistes très célèbres. C’est une manière d’attirer les fans et de revendre la marchandise une deuxième fois. Certains rarissimes peuvent se vendre des milliers d’euros
        Bon week-end

  1. Bonjour M. Boss,
    Entre autres, vous m’apprenez encore une chose : la version de la chanson MONIA de Peter HOLM ayant tellement envahi les ondes radio, télévision et surtout les esprits…je n’ai jamais eu la curiosité de chercher que ce titre pouvait provenir d’un original de 1967 par les Cry’n strings .
    Pour tout ce qui est des titres « Hommages » aux Beatles en anglais je vous conseille la très bonne série de Cd’s « Flabby Road » sur le vol 1 est inclus la chanson de Johnny and the hurricanes « Saga of the Beatles », mais vous devez connaître cette série
    Bonne semaine
    cooldan

    • Hello Cooldan,
      Vous êtes tout excusé, je pense que l’immense majorité des gens ignorent que c’est une reprise. Les maisons de disques sont de fins observateurs, ils recherchent ce qui se fait ailleurs et pourrait faire un succès chez eux. Ils ne pouvaient pas louper celle-là, elle resta 4 mois dans les charts allemands et fut aussi publiée en France par Vogue. Les Allemands semblent plus l’avoir oubliée que les Francophones, au compteur, elle affiche bientôt 8 millions de vues pour Holm et la version originale même pas 140 000. A part ça , c’est bien le genre de disque que je n’écoute jamais.
      Je connais bien sûr « Flabby Road », c’est assez savoureux pour certain titres plus ou moins obscurs. Qui n’a pas rêvé d’être un des 4 ?
      Bonne fin de semaine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.